Angel et Jeanne, un court-métrage présenté lors du festival Côté court

0
100


Dans le cadre de l’édition 2015 du Festival Coté Court, le réalisateur Adrien Lecouturier présente Angel et Jeanne, un court métrage sur l’expérience d’un premier amour en marge du monde.

Synopsis

Angel et Jeanne | Adrien Lecouturier | 2014 | 45 minutes | Couleur

Dans le quartier chinois du 13ème arrondissement de Paris, Angel et Jeanne vivent en couple au 27ème étage d’une tour. C’est l’année après le bac et le début d’une année sans études ni travail, une année sabbatique pour vivre leur premier amour.

Un premier amour en marge du monde

Car tel est bien l’amour entre Jeanne et Angel, un espace aménagé en marge du monde, à l’écart de la vie, où ces deux êtres seuls sont coupés de tout. Un territoire hors du temps où la vie est comme suspendue dans cet appartement où le couple passe tout son temps. Le quotidien du couple est à l’image d’une bulle, où rien ne pénètre en son sein. Le couple très introverti, renfermé sur lui même, limite tout contact avec le monde extérieur. Personne ne pénètre dans cette citadelle amoureuse, ni amis, ni parents dans la vie des deux jeunes. Au début de leur histoire, le cocon qui enveloppe Jeanne et Angel semble protecteur, mais à mesure du temps, il se révèle extrêmement fragile et destructeur.

L’expérience du couple: un cocon protecteur mais fragile

L’histoire de Jeanne et Angel raconte l’amour de jeunesse, l’expérience amoureuse dans ses prémices. Le couple immature et inexpérimenté en amour progresse vers une remise en question de son existence. En filmant leur intimité, leur vie quotidienne, le temps qui passe, le réalisateur propose une immersion loin du voyeurisme, dans la vie de ce jeune couple. Le spectateur saisi la mesure, le rythme de ces deux amants. Une routine ponctuée de moments complices et de disputes s’installe progressivement dans les relations amoureuses de ce tandem.

Un questionnement sur les premiers rapports amoureux 

Le court métrage interroge le spectateur sur la complexité des premiers rapports amoureux, leur fragilité. Jeanne est rêveuse, souvent absente, dans ses pensées, Angel est terre à terre, expressif, démonstratif dans son amour pour Jeanne, romantique et parfois colérique. Entre des moments de bonheur éphémères, des tensions apparaissent dans le couple et se font de plus en plus pesantes. Angel reproche à Jeanne d’être égoïste, froide, insensible; de ne pas exprimer suffisamment ses sentiments, son affection, son attention envers lui. Jeanne se sent de plus en plus prisonnière dans le couple et aimerait avoir plus de liberté dans l’expression de ses sentiments. Angel est demandeur d’une affection qui doit s’exprimer selon ses désirs qu’il commande à Jeanne. Jeanne semble vouloir échapper dans sa rêverie à ce quotidien pesant dans lequel elle ne semble pas épanouie et s’ennuie. Le couple est fragilisé par un manque de communication et de compréhension réciproque.

L’individu dans le couple, la liberté remise en question

Le couple n’a pas véritablement de projet ni de perspective d’avenir. Jeanne et Angel ne suivent pas d’études et ne travaillent pas, leurs activités sont très limitées et se restreignent à l’organisation de leur vie de couple. Au travers de leurs disputes, le couple se rend à l’évidence de sa fragilité et se questionne sur la question centrale de la liberté dans la vie amoureuse. Cette liberté consiste à mener une vie, à s’épanouir en dehors du couple afin d’exister en tant qu’individu. L’amour de ces deux amants, leur présence absolue l’un pour l’autre est une absence, une désertion, sinon une trahison à l’égard du monde qui les entoure. Jeanne et Angel s’aperçoivent ainsi progressivement que la citadelle dans laquelle ils s’étaient confortablement établis, doit être brisée, sinon elle accélérera la fin de leur histoire.