Piaf l’Olympia : Au BA Théâtre  Du 29 juin au 21 juillet Relâche le jeudi Texte de et avec Nathalie Romier

0
64

En 1961, Edith Piaf, célèbre pour ses chansons comme « La Vie en Rose, » avait pratiquement mis fin à sa carrière. Éloignée de la scène et souffrant de problèmes de santé, elle ne souhaitait plus chanter. Pendant ce temps, l’Olympia, une salle de concert parisienne dirigée par Bruno Coquatrix, traversait une période difficile, menacée de faillite après une série d’événements annulés et de mauvais choix de programmation.

Dans cette situation critique, Coquatrix fait appel à Edith Piaf, une vieille amie, dans l’espoir de sauver l’Olympia. Peu avant cet appel, Edith avait découvert « Non, je ne regrette rien, » une chanson qui lui avait immédiatement plu. Motivée par cette chanson, elle accepte de remonter sur scène.

Le 29 décembre 1960, Piaf commence une série de concerts à l’Olympia qui dureront trois mois. Ces concerts, où elle se produit parfois deux fois par soir, sont un immense succès, chaque soirée se terminant par des ovations debout et des rappels records. Edith décide de ne pas prendre les recettes des concerts, les laissant à l’Olympia pour l’aider financièrement.

Grâce à cette série de performances, non seulement l’Olympia retrouve une situation financière stable, mais Edith retrouve aussi le goût de la musique. Elle continue de chanter et d’enregistrer jusqu’à la fin de sa vie, re-démontrant son amour profond pour la scène et son impact durable sur la musique française.

En ce qui concerne la performance théâtrale de Nathalie Romier, les émotions et la nostalgie nous captivent par sa prestance, sa voix et son jeu de scène, qui rappellent le talent de l’icône de la musique française. Elle nous transporte hors du temps et nous offre un spectacle grandiose.