More
    More

      Critique de « The Haunting of Bly Manor »: une série parfaitement splendide

      Loin d’être une deuxième saison de The Haunting of Hill House, The Haunting of Bly Manor s’impose comme une série à part entière avec sa propre histoire et sa propre ambiance. En effet, si l’on peut retrouver des thèmes et des acteurs communs, il n’en reste qu’il s’agit de deux séries avec des identités propres. Il s’agit de l’histoire d’une jeune américaine, qui est embauchée en tant que jeune fille au pair pour des enfants, qui viennent de perdre leurs parents, dans un manoir anglais à la campagne.

       Une série plus angoissante qu’horrifique

      Si The Haunting of Hill House pouvait être qualifié de série d’horreur par ses nombreux jump scares et son ambiance morbide, The Haunting of Bly Manor se concentre plus sur l’atmosphère et l’ambiance en elle-même. Il n’y a pas de monstres sanguinolents, pas de cadavres dans les murs, ou d’objets qui bougent tout seul mais une ambiance angoissante, qui s’installe épisode après épisode. Les fantômes, bien que très présents du début à la fin de la série, ne sont pas ici le point central de celle-ci. Ils sont souvent relégués au second plan, au propre comme au figuré. Bien que Mike Flanagan, créateur des deux séries, suit quelques codes du genre de l’horreur, comme un manoir hanté, des enfants repliés sur eux-mêmes, et des personnes avec des passés autant mystérieux que traumatiques, il s’en sert pour mieux s’en libérer. En effet, souvent, Flanagan joue avec les attentes du spectateur.

      Une série qui laisse l’histoire s’installer

      The Haunting of Bly Manor est une série qui prend le temps. Le spectateur ne découvre que petit à petit la maison, l’histoire, les personnages. C’est ce rythme peu soutenu qui donne de la profondeur à la série. Ainsi, en prenant le parti pris de ne présenter les personnages qu’un à un, les décors que par pièce par pièce, les évènements antérieurs qu’histoire par histoire, Flanagan donne à chaque élément de la série une valeur et une identité. Les pièces du puzzle s’agencent peu à peu. De plus, la narration est fréquemment coupée par de nombreux flashbacks. Flanagan choisit de montrer et non de raconter la vie de ses personnages. En faisant cela, il permet non seulement au spectateur de comprendre comment les personnages sont devenus ce qu’ils sont mais aussi, de souligner les implications du passé dans le présent.

      The Haunting Of Bly Manor's Hidden Ghosts Will Be Explained

      Une série qui met l’accent sur les émotions et les sentiments

      Les thèmes abordés sont similaires dans les deux séries mais différemment abordés. En effet, si l’amour est la notion forte dans les deux séries, dans The Haunting of Bly Manor, il peut aussi bien être salvateur que destructeur. Comme dirait Trevor Macy, producteur exécutif de la série, « l’amour revêt de nombreuses formes… et il est parfois difficile de le distinguer de la peur ». Dans cet univers, toutes les émotions s’entremêlent. Loin des séries qui peuvent se laisser regarder, il faut être attentif non seulement aux nombreux détails laissés par le réalisateur mais aussi, à chaque émotion et à chaque caractère pour comprendre non seulement la raison de leurs actions mais aussi de leurs réactions. Mêmes les fantômes ont un caractère, une âme propre, qui ne pourraient être ni reniés ni négligés.

      The Haunting of Bly Manor ne donne peut-être pas les mêmes frissons et la même sympathie envers les personnages que the Haunting of Hill House, mais elle n’en reste pas moins une série captivante qui prend au piège autant les personnages que le spectateur. Elle s’affirme comme une très bonne série et comme digne adaptation du livre La tour d’écrou d’Henry James.

      +3

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité