More
    More

      5 anecdotes insolites à raconter le soir du réveillon de Noël !

       Noël, une période tant attendue par les parents, mais surtout par les enfants. Afin d’animer cette soirée magique et de briller auprès de vos invités, voici quelques anecdotes sur cette fête mythique !

      D’après les historiens, Noël puiserait ses origines d’une fête païenne célébrée le 25 décembre, lors du solstice d’hiver, en l’honneur de la nature et du soleil.
      Au IIème siècle, avec l’expansion du christianisme, l’Eglise décide de célébrer la naissance du Christ et est à la recherche d’une date qui pourrait par la même occasion faire un peu d’ombre cette fête païenne.  Il faudra attendre l’an 330 pour que l’empereur Constantin fixe la date de la naissance du Christ au 25 décembre, c’est ainsi que Noël devint Noël.

      1) Fêter Noël a pendant longtemps été illégal

      Oui, oui, vous avez bien lu. Entre 1651 et 1681, soit pendant 30 ans, fêter Noël était interdit dans les colonies anglaises d’Amérique du Nord. Pour les puritains, cette fête païenne n’apportait que le désordre et la perdition. Et ceux qui la célébraient se voyaient dans l’obligation de payer une amende. Cette interdiction a été levée par le gouverneur anglais Edmund Andros, mais ce n’est qu’à partir de 1950 que les États-Unis ont fait de Noël la grande célébration commerciale que nous connaissons aujourd’hui.

      2) Le sapin de Noël serait d’origine française…

      Le sapin de Noël remonterait à l’Allemagne médiévale et au Nord de la France, lors des pièces de théâtre qui relataient la création du monde. Dans chaque pièce donnée le 24 décembre, un arbre figurait sur scène, décoré de pommes et de rubans pour symboliser l’arbre de la vie dans le jardin d’Eden.  D’ailleurs, à l’époque, il était décoré avec des pommes rouges.

      C’est à partir de 1521, dans la ville de Sélestat, en Alsace, que l’arbre de Noël tel que nous le connaissons, s’échappe du théâtre pour loger auprès de nos cheminées. Les habitants alsaciens coupaient les arbres encore verts à l’occasion de la Saint-Thomas. Une fois coupés, ils étaient décorés de fleurs, de pommes, de bonbons et de petits gâteaux.

      C’est la reine Victoria d’Angleterre qui a fait du sapin l’arbre de Noël « à la mode » en Grande-Bretagne, après que son mari allemand, le prince Albert, ait décoré le sien au château de Windsor en 1841.

      3) …Et les décorations aussi !

      C’est un souffleur de verre de Moselle qui aurait proposé de remplacer les pommes comme décoration d’arbre de Noël par des boules de verre peintes en rouge. Pourquoi ? En 1858, la récolte de pommes avait été catastrophique, cela dû à une grande sécheresse qui se serait abattue sur la région. Les boules de Noël en verre commenceront à se répandre en France grâce à l’usine Vergo (« ver » de verrerie et « go » de Goetzenbruck), qui commença à les produire en grand nombre à la fin du xixe siècle.

      4) Dans certains pays, ce n’est pas le Père Noël qui apporte les cadeaux…

      Bien que cette coutume soit universellement connue par les enfants, dans certains pays, ce n’est pas le Père Noël qui descend la cheminée pour déposer les cadeaux aux pieds des sapins. En Espagne par exemple, ce sont les Rois Mages qui apportent les cadeaux le 6 janvier. Un jour férié qui correspond également à l’épiphanie.

      En Suède, c’est Jul Tomte le petit lutin. Il s’agit d’un petit homme maigrichon moitié lutin, moitié gnome. On nomme ses présents  » julklappar » ( les coups de Noël) car lorsqu’il se glisse jusqu’aux maisons, le Jul Tomte frappe très fort sur la porte et souvent jette les cadeaux à l’intérieur avant de disparaître bien vite dans la nuit.

      Enfin, Befana la sorcière en Italie. Selon la légende, la fête de la Befana est très ancienne. Elle remonterait à l’époque romaine, puis les chrétiens l’auraient récupérée. On raconte aux enfants italiens que les Rois mages, un peu perdus, trouvèrent une vieille femme sur leur chemin. Ils lui demandèrent leur chemin. Les rois mages lui proposèrent même de les accompagner, jusqu’à l’enfant Jésus, mais la vieille dame refusa. Prise de remords, elle tenta ensuite de les retrouver. Sans succès…Mais tout le long du chemin, elle distribuait des cadeaux et des petits gâteaux aux enfants.

      5) Les légendes et coutumes de Noël diffèrent d’un pays à un autre

      En Islande, le Jólakötturinn, le chat de Yule est une légende très connue.  N’imaginez pas un petit chat tout mignon…C’est un chat énorme et vicieux qui rôde dans les campagnes enneigées durant le temps des fêtes et mange les gens n’ayant pas reçu de nouveaux vêtements à porter avant le réveillon de Noël. Associé à d’autres personnages du folklore islandais, comme la géante Gryla, avec qui le chat Yule est censé vivre.
      Autrefois, les agriculteurs usaient de cette légende pour effrayer leurs ouvriers. Ces derniers incitaient ainsi leurs ouvriers à terminer le traitement de la laine d’automne avant la période de Noël. Les agriculteurs offraient des habits neufs aux plus travailleurs. Mais, les plus fainéants ne recevaient rien, devenant ainsi de potentielles proies pour le monstrueux chat.

      Ainsi, pour motiver les enfants paresseux, leurs parents les menaçaient de les livrer à Jólakötturinn, ce qui les terrifiait. Injustement, les plus pauvres, qui ne pouvaient rien s’acheter, risquaient de subir eux-aussi le colère du Chat de Noël.

      En Ukraine, Noël ressemble un peu à Halloween. En effet, il est coutume de décorer son traditionnel sapin de Noël avec des toiles d’araignées, signe de bon présage ! Une tradition venant d’une très ancienne légende ukrainienne de Noël. Une veuve très pauvre n’avait pas d’argent pour décorer le sapin. Au cours de la nuit, des araignées ont utilisé les larmes de ses enfants pour créer de belles toiles destinées à orner l’arbre. Dès le lendemain, le destin de la famille a basculé et elle a vécu dans la prospérité. Depuis, les ukrainiens perpétuent cette tradition afin de s’assurer prospérité et chance pour l’année à venir.

      Au Mexique, plus précisément dans la région d’Oaxaca, le 23 décembre, c’est la Nuit des Radis (Noche de Rabanos). Des artistes doivent réaliser des sculptures sur des radis géants. Chaque année, ils sont plus de cent à y participer. L’événement prend son origine dans la période coloniale, où les radis sont introduits dans le pays par les Espagnols. Oaxaca a une longue tradition de sculpture sur bois et les agriculteurs ont commencé à sculpter des radis, en forme de chiffres, afin d’attirer l’attention des clients du marché de Noël, qui a eu lieu sur la place principale le 23 décembre. C’est donc en 1897 que la ville créée officiellement le concours. 

      Voilà ! Nous vous avons donné de quoi frimer auprès de votre famille le soir du réveillon. À vous d’être assez convainquant pour qu’elle vous croie tant ces anecdotes sont farfelues !

      1 COMMENTAIRE

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité