Tunnel to Summer, Plus fort de la génie de la lampe

0
2637

La magie de l’adolescence se poursuit dans le tome deux de Tunnel to Summer. Cette série vous propose de marcher dans un tunnel pour réaliser vos rêves. Facile ? Non, bien entendu et découvrez pourquoi dans notre chronique.

Un couloir temporel

Le lycéen Kaoru Tôno rêve en classe de grammaire. Il ne s’ennuie pas mais sa vie a changé depuis qu’il est rentré dans un tunnel. Écrit par Mei Hachimoku, Tunnel to Summer commence par une légende urbaine : en traversant le passage d’Urashima, on pourrait réaliser un souhait. Kaoru part à la recherche de ce lieu caché. Ayant perdu sa sœur lors d’un accident, la famille de Kaoru est en crise. Le lycéen se souvient très souvent de sa petite sœur Karen. Ne supportant pas cette perte, sa mère a quitté le foyer. Son père s’en occupe seul mais il a bien du mal car il souffre. Plutôt que d’en parler, il boit. Dans le premier tome, Kaoru a trouvé le tunnel et la légende semble vraie.

Hélas, rien n’est jamais aussi simple dans les conte. En effet, Kaoru découvre que le temps s’écoule plus vite dans cet espace magique. Tunnel to Summer devient alors une fable sur le passage à l’âge adulte et donc la fin de l’innocence. En effet, un groupe de quatre adolescents se forme progressivement. Élèves dans le même lycée, ils sont amis d’enfance ou se découvrent un point commun. Ces ex-enfants et futurs adultes espèrent ou souffrent du temps. Certains refusent de croire en leurs rêves. D’autres veulent rester dans l’enfance. D’autres encore espèrent obtenir ce qu’ils veulent en acceptant de vieillir. Le tunnel est perçu différemment. Évidemment, c’est un lieu magique qui permettrait à Kaoru de réparer son passé. Cependant, pour Hanashiro, c’est une machine à voyager dans le temps.

La magie dans Tunnel to Summer
La magie dans Tunnel to Summer

Une communauté adolescente

Comme pour tous adolescent, la découverte du tunnel magique devient le lieu d’expérimentation. Kaoru et Hanashiro testent les limites de ce lieu. Une corde permet par exemple de mesurer l’écoulement du temps. Tunnel to Summer se métamorphose en un récit symbolique : cette corde illustre le lien amical en construction. En lui révélant le secret de Tunnel to Summer, le solitaire Kaoru s’est fait une ami avec une nouvelle élève Hanashiro. Pourtant, le courant a du mal à passer. Elle sort des codes quand elle ne s’excuse pas de ses retard. La normalité est pour elle un-contre modèle. Ce comportement pourrait passer pour du snobisme adolescent mais, au contraire, c’est un choix intime en lien avec sa famille. A l’inverse, Kaoru vivant dans une famille brisé rêve d’une vie banale. Les paroles d’Hanashiro déroutent et questionnent Kaoru. Cette justesse du récit se retrouve dans le dessin très détaillé de Koudon. Les décors sont remarquables. Les héros et héroïnes sont beaux, mais sans sexualisation nous permettant de nous projeter (contrairement à la couverture assez vulgaire).

Une histoire d’amour pourrait naître dans Tunnel to Summer car Kaoru est séduit par Hanashiro mais il est aussi exaspéré. Il faut dire qu’il est totalement inhibé en présence d’une personne de l’autre sexe. Il n’était jamais rentré dans une chambre de fille. Par ses nouvelles amies, Kaoru découvre les femmes. On peut le voir par l’apparition d’un nouveau personnage à l’avant-scène. Koharu Kawasaki, également en couverture, était jusqu’à présent une peste arrogante. A la suite d’une altercation avec Hanashiro, elle ne vient plus en classe. A la demande d’un professeur, Kaoru lui apporte les cours qu’elle a manquée. Il découvre alors sa famille et réalise que la réalité est plus complexe.

En raison du problème de chronologie, Kaoru rate des cours et l’école s’inquiète de ses absences. Tunnel to Summerdonne une moins ouvertement rigide de l’école japonaise. La discipline est moins lourde malgré les responsabilités sociales nombreuses même hors de l’école.

A l’issue du tome deux de cette série éditée par Mangetsu, une communauté se crée autour de Kaoru et du tunnel. Cette communauté est soudée par des deuils, consciemment de proches et inconsciemment de l’enfance. La magie du tunnel rassemble le groupe mais c’est surtout par les personnages que la série nous touche ce qui est remarquable pour une série sur la magie.

Retrouver sur le site un chronique du premier tome ainsi qu’une autre série sur l’adolescence, Shigahime davantage mordante.