Smugglers, un film de casse à l’eau de mer. Incontournable ! !

0
138
Smugglers

Synopsis

Les Haenyeo perdent leur emploi lorsqu’une usine chimique est construite dans la paisible ville balnéaire de Guncheon (ville fictive). Chun-ja apprend que l’on peut gagner beaucoup d’argent en remontant des objets jetés à la mer. Elle découvre le monde de la contrebande et propose au chef des haenyeo de travailler avec elle et ses copines. Un jour, une opportunité unique de faire fortune se présente.

Distribution

Kim Hye-Soo : Jo Chun-Ja, une contrebandière.
Yum Jung-Ah : Um Jin-Sook
Zo In-Sung : Sergent Kwon, le roi national de la contrebande.
Park Jeong-Min : Jang Do-Ri.
Kim Jong-Soo : Lee Jang-Chun, un douanier.
Go Min-Si : Go Ok-Bun, qui dirige un café.
Park Kyung-Hye : Dok-Soon, Une Haenyeo
Kim Jae-Hwa : Une Haenyeo
Park Jun-Myeon : Yang Geum-Ne, Une Haenyeo
Joo Bo-Bi : Lee Eok-Cheok, Une Haenyeo

Fiche technique

Réalisé par Ryoo Seung-Wan
Écrit par Ryoo Seung-Wan et Kim Jeong-Yeon
Date de sortie 26 juillet 2023
Durée 129 minutes

Impressions

Smugglers a tout d’abord le mérite de nous transporter dans une ambiance inhérente à la mer et à tout ce qui l’entoure. On peut sentir son odeur, la chaleur, le sel qui vous colle partout. Les effluves de poisson, les oiseaux, les bateaux qui éclaboussent de l’eau froide sur votre peau qui brûle au soleil. Riche en couleurs et en sensations, nous avons vraiment l’impression d’être immergés dans tout cet univers que l’on peut ressentir lorsque nous allons en vacances près de la mer. C’est comme si quelqu’un avait ouvert une fenêtre et que l’on pouvait assister à toute cette atmosphère propre de l’été à la plage. Tout ceci décrit notre première sensation.

Les Haenyo

milsu smugglers Smugglers, un film de casse à l'eau de mer. Incontournable ! !
Smugglers

Ensuite nous rentrons dans un autre contexte, très éloigné de ce souvenir de nos vacances en famille, que nous observons avec une toute autre curiosité : Les Haenyo, « femmes de la mer » en coréen. Ces plongeuses, qui sont souvent très âgées, plongent plus de sept heures par jour en apnée, sans masque d’oxygène, pour pêcher des fruits de mer tels que des ormeaux ou des oursins. Ces femmes qui portent sur le dos le filet traditionnel, le taewak, sont inscrites au patrimoine immatériel de l’UNESCO depuis 2009. Et ainsi, comme Zo In-Sung l’a dit lors de la réception de son award au The 44rd Blue Dragon Film Awards, ces femmes devraient aussi recevoir des awards. Smugglers est devenu d’ailleurs, le grand gagnant de la soirée, remportant un total de quatre prix, dont celui du meilleur film, du meilleur acteur dans un second rôle (Jo In Sung), de la meilleure nouvelle actrice (Go Min Si) et de la meilleure musique.

Film de casse

Smugglers jouit des paramètres d’un Heist movie ou film de casse, genre cinématographique qui met en vedette un groupe de personnes essayant de dérober quelque chose. L’intrigue tourne la plupart du temps autour d’un plan stratégique qui amènera ces personnes à se procurer ce bien si précieux à leurs yeux, à l’insu bien sûr des autorités. Ce plan sera presque toujours contrarié par une force extérieure comme la police, un détective malicieux, un autre groupe de personnes qui veulent la même chose et tout un tas d’éléments qui, tel un jeu vidéo, veulent empêcher nos personnages principaux d’arriver à leurs fins.

Années 70. Les vêtements fantaisie représentant une envie d’autonomie, de permission. Les pantalons pattes d’éléphant, les tee-shirt imprimés, les couleurs criardes, orange, violet, rouge, vert. Les tissus fluides, les motifs floraux, psychédéliques, les rayures. Des coiffures à la Farrah Fawcett ou Elvis. Le monde change.

Smugglers Film Poster 2 HanCinema Smugglers, un film de casse à l'eau de mer. Incontournable ! !
Smugglers

À cette époque, la dictature autoritaire du président Chung-Hee met en place les bases de la modernisation économique de la Corée, l’une des plus rapides de l’histoire économique moderne. Dès 1972, l’économie sud-coréenne engage son passage à la croissance auto-entretenue et, très protectionniste, elle interdit la plupart des produits d’importation. La Corée du Sud est fermée au monde extérieur (Jusqu’à la fin de la dictature militaire, en 1988, les séjours à l’étranger étaient interdits), et le seul moyen de se procurer par exemple, des cigarettes étrangères (bonjour la pub, d’ailleurs) ou des radios, de la vaseline, des cosmétiques et des vêtements, c’est à travers une contrebande menée surtout par des hommes.

La particularité de Smugglers est d’être situé dans un milieu maritime, ce qui en fait un film de casse pas comme les autres. Ces femmes qui plongent, les Haenyo, qui étaient habituées à ramasser des fruits de mer en plus de quelques caisses remplies des produits de première nécessité, déposées par les navires, se retrouvent contre leur gré au milieu d’une contrebande beaucoup plus importante. Ces six femmes qui n’ont rien demandé à personne, se sentent acculées par des hommes qui veulent s’enrichir prenant le contrôle de toute activité illégale autour de l’île. Elles vont monter le douanier Jang-Chun (Kim Jong-Soo), le sergent Kwon (Zo In-Sung et son aura de Zo In-Sung), le roi de la contrebande et le nouveau gangster Do-ri (Park Jeong-Min) entre eux pour stopper leur emprise, et retrouver leur liberté perdue.

Réalisateur

Des mises en scène pour arriver à leurs fins, des prises de pouvoir, des connivences éphémères, des trahisons aussi ingénieuses qu’ignobles, des revirements… tous ces cas de figure exigent des éclaircissements et quelques débroussaillages qui obligent le réalisateur à remonter le temps pour rejouer certaines séquences. Ryoo Seung-Wan à qui l’on doit, entre autres, les géniaux Escape from Mogadishu, The Battleship Island, Veteran, s’attaque cette fois-ci à une entreprise hors du commun dans laquelle les aléas de la mer permettront – ou pas – les jours de tournage.

S’il nous fait grâce d’une confrontation très violente et sanglante entre Kwon et des gangsters, d’une chorégraphie qui touche les limites de la perfection, ce seront les bagarres aquatiques qui nous marqueront le plus. La fluidité, l’entente entre ces six femmes, leur connaissance de la mer, cette façon de filmer qui tient compte du soleil, et des couleurs. La transparence, cette volonté de ne pas trop remplir la scène. Nous nous laissons porter et acceptons volontiers le changement produit vers le premier tiers du film. Du presque superficiel, du finalement typique cinéma des années 70, nous passons à un contexte beaucoup plus dur où l’étau se resserre.

7bd43c639aff4aef9650961626e32655 Smugglers, un film de casse à l'eau de mer. Incontournable ! !
Smugglers

Musique

La musique est présente tout le long du film comme un élément de plus, comme quelque chose qui remplit l’espace hors de l’eau. Des vieux morceaux choisis par le propre réalisateur se mélangent à une bande sonore qui pourrait être propre au compositeur Lalo Schifrin ou encore Tom Scott. Il s’agit d’une combinaison entre musique symphonique, jazz et électronique (rappelez-vous de cette continuelle musique en arrière-plan dans Starsky et Hutch, Mission Impossible ou Les Rues de San Francisco). Ce genre de style est devenu inhérent à presque tous ces films dont le sujet principal est un braquage, que ce soit du côté des flics ou du côté des éventuels voleurs. C’est une façon de dynamiser l’action.

Acteurs

Pour vous parler des acteurs et des actrices qui jouent dans Smugglers, il nous faudrait un article dédié à chacun d’entre eux, et même des livres car ils sont tous des acteurs de taille. Ils ont tous cette énergie, cet entrain qui rend un bon film, un film exceptionnel. Si l’idée qu’un film où des femmes qui campent les rôles principaux pourrait souffrir d’un manque de succès, la réalité, la synergie entre ces femmes et entre tous les acteurs en somme, déborde de l’écran. Leur alchimie rayonne autant que le soleil au-dessus de la mer.

Kim Hye-Soo, cette force de la nature qui est capable de jouer une juge implacable, une avocate doublée d’une hyène, une reine ferme et juste et tant, et tant, et tant d’autres rôles, nous revient cette fois-ci, exubérante, ambitieuse, comme un ouragan qui nous entraîne vers le centre. Son envie de vivre et de gagner, sa chaleur, nous transporte.

Yum Jung-Ah choisit de couper ses cheveux, ce qui lui donne un air soit d’enfant, soit masculin, mais qui montre surtout son antagonisme et son aigreur vis-à-vis de celle qui était sa meilleure amie. Ne sachant nager et vu que la plupart des scènes d’action ont été réalisés par les acteurs, elle a dû s’entraîner pendant des mois pour apprendre mais aussi pour descendre jusqu’à 6 m sous l’eau.

Zo In-Sung, The Zo In-Sung qui vient aussi de très loin et qui nous a ému en profondeur depuis son rôle dans A frozen flower. Ce sourire, cette assurance, cette aura qui lui est si propre ne l’ont jamais quitté. Le seul entre les autres acteurs à avoir déjà travaillé avec le réalisateur Ryoo Seung-Wan, il rayonne autant que cette ambiance de petit village au bord de la mer.

Smugglers 902335396 large Smugglers, un film de casse à l'eau de mer. Incontournable ! !
Smugglers

Park Jeong-Min, nous l’avouons, nous avons un faible pour lui ainsi qu’une grande admiration. Il nous arrive de revoir certaines scènes de Keys to the heart, Unforgettable, Dongju: The Portrait of a Poet ou Deliver Us from Evil, juste pour le plaisir des yeux, car il est vraiment remarquable et son jeu d’acteur à quelque chose de sauvage. Malgré cette impression de timidité qu’il donne, il se lâche dans chacun de ses rôles. Il a déclaré que s’il est populaire parmi les nombreux réalisateurs, c’est parce qu’il fait ce qu’on lui dit. Nous ne pouvons pas affirmer que c’est pour cette raison qu’il est « si bon », mais, en tout cas, il se fait remarquer une fois de plus par son jeu d’acteur dans Smugglers.

Smugglers

Quand vous commencerez Smugglers, vous aurez l’impression d’être directement éjectés vers cette époque où Les drôles de dames ou La croisière s’amuse faisaient fureur. Habillés avec leurs pattes d’éph aux motifs psychédéliques, ils se voyaient dotés d’un genre de rythme joyeux comme dans l’une de ces vielles pubs. Tout le monde affichait un continuel sourire et les épisodes se finissaient toujours bien. Transporté vers cette ambiance maritime ensoleillée, Smugglers saisit très vite sa propre forme et nous amène vers une histoire prenante aux rebondissements captivants. C’est vraiment beaucoup plus qu’un bon moment à passer. Il s’agit d’une volonté, très réussie, de nous immerger dans un scénario absolument captivant.