Reprise du championnat dans le tome 15 d’Ao Ashi

0
3410

Les compétitions nationales sont en congés, alors quoi de mieux qu’un manga pour garder le toucher de balle ? Pour le prouver, lisez notre chronique sur le tome 15 d’Ao Ashi, une série qui va droit au but.

Bientôt champion ?

Dans le tome précédent d’Ao Ashi, l’équipe de réserve a fortement progressé. Cette série est une leçon sur l’organisation de la vie d’un joueur en club. Elle démontre que ce sport n’est pas qu’une question de muscles mais le foot oblige les joueurs à réfléchir pour trouver la bonne tactique. Le lecteur comprend que l’entraînement sert à peaufiner son analyse du jeu et à développer de nouvelles compétences que l’on applique lors du match suivant. Une partie des joueurs s’est astreint à des entrainements supplémentaires et a suivi les multiples conseils donnés. Pour le poste de défenseur occupé par Ashito, le plus important est d’agir ensemble, et donc de faire confiance à ses coéquipiers. Hélas, le jeune joueur peine à suivre le niveau. Il a été relégué à l’observation sans même pouvoir faire partie des remplaçants.

Dans le tome quinze, un match international vient tout changer. Trois joueurs sont sélectionnés pour jouer dans l’équipe nationale junior en République tchèque. Ashito pourra rentrer sur le terrain mais les autres joueurs s’inquiètent. Toute la défense sera assurée par des premières années et un titulaire sans expérience est nommé meneur de jeu. Ashito sera-t-il au niveau ? A chaque tome d’Ao Ashi, l’enjeu devient plus fort. La série avait débuté par une sélection pour rentrer dans une équipe de jeunes d’un club de Tokyo dans le tome un et ce tome décrit des rencontres internationales. On observe également le début de la médiatisation des joueurs : un journal télévisé parle du tournoi lycéen et l’enjeu du match entre l’Espérion, numéro deux du championnat, et le numéro trois.

Quelques personnages du tome 15 d'Ao Ashi
Quelques personnages du tome 15 d’Ao Ashi

Ao Ashi, un manga sur les valeurs

Même si on ne voit quasiment jamais les footballeurs en classe ou en révision, l’avenir professionnel est présent dans la série Ao Ashi. Certains joueurs abandonnent prématurément pour se consacrer à leurs études. D’autres renoncent en voyant leur avenir pro s’éloigner. Le travail est la clé du progrès. Certains nouveaux s’entraînent en secret le soir pour travailler leur coordination d’équipe alors que d’autres se préservent pour éviter les blessures. Ces derniers sont stigmatisés.

La confiance en soi est déterminante alors que ces ados sont à un âge de transition. Par leur actes ou leur discours à des moments clés, certains s’affirment en tant que chef. Kuribayashi veut devenir le meilleur joueur et tous veulent passer pro pour laisser une trace. Comme souvent dans les shonen, Ao Ashi est également une série sur l’adolescence de jeunes hommes. Le questionnement sur la virilité est donc très présent. Évidemment, la virilité s’affiche par le corps et le travail de préparation physique. Elle est aussi psychologique. Certains joueurs sont arrogants quitte à mépriser les autres comme Nagisa Akutsu. Cependant, on a pu voir par Keiji Togashi que les plus arrogants sont souvent remis à leur place par des joueurs plus humbles qui progressent plus vite. Le respect aussi un sujet sensible à l’adolescence et cela se voit sur le terrain. Il faut se faire une place et ne pas être dominé par les adversaires mais également par ses partenaires. La couverture d’un chapitre montre d’ailleurs les joueurs en soldats défendant une tranchée. Pourtant, Ao Ashi est également une leçon de fair-play. Dans le tome quatorze, les deux équipes se saluent et se félicitent à la fin.  Le prometteur Kuribayashi félicite ses adversaires pour leur ténacité. Chacun apprend d’une défaite.

Ce nouveau tome d’Ao Ashi édité par Mangetsu marque toujours le terrain de l’empreinte des péripéties. Il se divise en deux. La première partie, prolongeant le tome précédent montre les efforts des nouveaux pour s’intégrer dans l’équipe U18 tandis que la suite illustre le résultat lors d’un match décisif.

Que diriez-vous d’une troisième mi-temps après cette chronique en découvrant sur le site les chroniques sur le tome un et sur Deep3, une autre série sportive.