Les cauchemars de Mimi vous hanteront longtemps

0
387

Le maître de l’horreur, Junji Ito est de retour pour vous offrir des insomnies avec Les Cauchemars de Mimi. Nous ne vous fournissons pas les calmants mais seulement la chronique suivante pour tenter de dépasser votre peur…

Un volume pour les nouveaux lecteurs

Le premiers effroi des cauchemars de Mimi
Le premiers effroi des cauchemars de Mimi

Les Cauchemars de Mimi est une suite de courts récits de Junji Ito dans le genre horrifique. Ce choix de nouvelles vous procure une suite de fortes frayeurs par le talent du scénariste et dessinateur devenu un spécialiste mondialement reconnu de l’horreur. Dans le premier récit, une jeune femme, Mimi, attend dans les embouteillages. Elle découvre une femme âge au sommet d’une poteau électrique qui se jette sans raison sur leur voiture. Ce n’est que la première étape de nombreuses rencontres surnaturelles que va faire Mimi. Quand il invente un personnage fort, Junji Ito le reprend jusqu’à ce qu’il en ait épuisé toutes les ressources. C’est le cas de cette jeune femme qui devient le lien des Cauchemars de Mimi.

Les Cauchemars de Mimi commence souvent par une scène banale : un bruit de voisinage, une pierre tombale déplacée dans un cimetière, des vacances à la plage… Dans la deuxième nouvelle, Mimi se plaint d’une voisine bruyante. Totalement habillée de noir, l’inconnue est si étrange que son voisin plonge dans la folie. L’horreur repose sur l’installation progressivement d’une ambiance inquiétante. Junji Ito ne multiplie pas les scènes gores : de simples tiges de métal deviennent une arme terrifiante.

Ito évite également l’explicite mais multiplie les non-dits, puis, en tournant une page, le lecteur a le souffle court par une image monstrueuse. De nombreux éléments restant dans l’ombre poussent le lecture à s’imaginer le pire. On ne saura jamais pourquoi la voisine de Mimi se comporte si étrangement. Ce choix se voit également dans le dessin. Prises séparément, les images ne sont pas choquantes mais par la magie de la mise en page, l’angoisse monte en suivant les cases. De plus, le style d’Ito est très réaliste. Les visages sont justes. Les décors sont banals voire intemporels.

Les Cauchemars de Mimi raviront les fans d’Ito

Mimi et son ami en forêt, un drame surprenant
Mimi et son ami en forêt, un drame surprenant

Si vous êtes fans d’Ito, vous serez ravis de découvrir cette adaptation inédite en France d’un recueil de légendes urbaines, Shin Mimibukuro de Hirokatsu Kihara et Ichiro Nakayama. Ito l’explique d’ailleurs dans une postface dessinée. Les Cauchemars de Mimi est donc plus proche de L’amour et la mort. La plupart traite d’un deuil difficile et le dessin retrouve une précision épurée. Ito sait en dire beaucoup juste par les yeux et la disposition des corps.

Pour une des premières fois, le personne principal ne devient pas fou. Elle mène une vie très simple entrecoupée de périodes horrifiques. Mimi est la témoin de scènes horrifiques mais elle n’est pas la créatrice de l’horreur contrairement à Tomie. Au fil des épisodes, on découvre ses amis. Étant donné tout ce qui leur arrive et les remarques pessimistes de Mimi, on se demande comment ils font pour s’amuser avec elle. Naoto, plus rationnel, cherche souvent une explication logique aux surgissements surnaturels.

Le dernier récit quitte le fil continue en proposant de suivre des décorateurs d’attraction sur les maisons hantées. Les nouvelles apportent au lecteur français des informations sur l’archipel nippon : la large domination de la crémation, la présence acceptée de fantômes…

Comme à chaque sortie, l’édition de Mangetsu est parfaite. Les Cauchemars de Mimi nous fait découvrir la personnalité d’Ito par la préface de sa traductrice Miyako Slocombe lors de son voyage cette année à Angoulême. Dans les bonus en fin de volume, on comprend l’acharnement du directeur de la collection Mangetsu, Sullivan Rouaud qui a permis le retour au Japon et en France de ce livre.

Les Cauchemars de Mimi est une très bonne porte d’entrée de l’univers horrifique de Junji Ito. Suivant un personnage central, le lecteur peut facilement suivre les différentes récits. Ainsi, il découvre l’horreur subtil d’Ito. Ce recueil de nouvelles ravira également les fans. Ils y verront des éléments bien connus, comme le dessin, mais également de nouvelles pistes dans l’œuvre.

Frisonnez en découvrant d’autres titres de Junji Ito avec Soïchi et L’école décomposée.