More
    More

      10 romans autour de l’Asie à lire cet été

      L’Asie ne se résume pas aux manga. Grâce au travail des éditeurs, la littérature asiatique se fraie un passage dans les rayons de nos librairies. Et comme en parallèle, l’imaginaire oriental inspire nombre d’auteurs occidentaux, les étalages des librairies regorgent d’oeuvres autour de l’Asie. De quoi susciter la curiosité à laquelle nous tentons humblement de répondre à travers cette sélection, subjective, de 10 romans. Bonne lecture !!!

      Fantasy, Science Fiction

      Les chroniques de l’étrange de Romain d’Huissier

      Johnny Kwan exerce la profession d’exorciste à Hong-Kong. Un métier qui l’amène à côtoyer les divinités, les fantômes et les démons. Lorsqu’il est contacté par un richissime homme d’affaires féru d’antiquités, il s’engage dans une affaire dangereuse où d’anciens dieux viennent perturber l’ordre sous le Ciel. Si vous aimez les ambiances du style Big Trouble in Little China, Histoire de fantômes chinois ou Hellboy, cette trilogie écrite de main de maître est pour vous.

      La guerre du Pavot, R-F Kuang

      L’empire de Nikara et l’île de Mugen s’affrontent depuis des siècle et à nouveau l’État insulaire menace son voisin. Rin, jeune orpheline, intègre la prestigieuse académie militaire de Sinegaard afin de devenir chaman. Mais le feu de la guerre la rattrape et la jeune magicienne intègre les légions impériales. Roman initiatique, épopée militaire, ce premier volume est surtout la réécriture audacieuse du conflit sino-japonais, de la guerre d’Asie-Pacifique, transposée dans un univers fantastique. Une grande réussite.

      Zhongghuo de David Wingrove

      XXIIème siècle, la Chine domine le monde. 7 cités géantes regroupant l’essentiel de l’humanité sur près de 300 niveaux ont été érigées sur chaque continent. A leur tête, un des sept Tang, représentant l’autorité de l’empire du milieu. Mais la révolte gronde, les mensonges de l’histoire s’effacent et l’empire tremble. Saga fascinante (9 tomes en anglais) mais uniquement 3 tomes en français suite aux caprices de l’édition. Mais quel chef d’œuvre anticipant la puissance chinoise, les nouveaux modes de contrôle, la réécriture de l’Histoire, le tout porté par un amour pour la culture chinoise. Une saga dantesque.

      Romans Classiques

      Au Bord de l’eau : Shi nai’an

      Ils sont 108 bandits devenus hors la loi à cause de la corruption des fonctionnaires et des ministres. Ils vont devenir des héros du peuple multipliant les aventures et les exploits. Voici un des romans les plus populaires de Chine figurant parmi les quatre classiques de la littérature chinoise. Il est à la croisée des aventures d’Ulysse, de Robin de Bois et des Trois Mousquetaires. Une histoire que l’on ne peut plus lâcher.

      Le sabre des Takeda de Yasushi Inoué

      En pleine ère Sengoku, Yamamoto Kansuke sert le puissant clan des Tekada. Malgré son handicap, ce nain boiteux devient le stratège de son seigneur. Laissez-vous porter par ce roman historique conté par un des plus grands auteurs japonais. Une histoire digne des plus belles pages d’Alexandre Dumas ou de Victor Hugo, une plongée dans une époque héroïque et brutale. Si vous avez aimé Ran ou Kagemusha de Kurosawa, vous serez comblé(e).

      Policier

      Chine, retiens ton souffle de Qiu Xialong

      A Shanghai, l’inspecteur Chen étouffe comme toute la population de la métropole sous la pollution atmosphérique. La contestation monte notamment sur le net, animée par une militante écologiste bien connue. C’est sur elle que le parti demande à l’inspecteur d’enquêter alors qu’au même moment une série de meurtres perpétrés au petit matin agite les services de police. Les enquêtes de l’inspecteur Chen forment la plus grande série policière écrite en langue chinoise. Chaque livre indépendant est à la fois une intrigue intelligente associée à une évocation des changements et des problèmes de la Chine, un voyage dans le temps où l’on suit les métamorphoses du pays et enfin un livre d’amour à la cuisine chinoise. Une série qui n’a jamais déçu.

      Avis de décès de Zhou Haohui

      1984, des meurtres inexpliqués dans la ville de Chengdu conduisent à la dissolution de l’unité spéciale 4/18. Vingt-deux ans plus tard, un nouvel assassinat provoque la renaissance de l’unité 4/18. L’équipe se lance dans la traque d’un tueur aussi brillant qu’invisible. Premier volume d’une trilogie, Avis de décès s’inspire d’Usual Suspect ou de Seven pour nous offrir un récit dynamique, haletant porté par un style virevoltant et une histoire prenante. Une ouverture magistrale.

      Le Seigneur de Bombay de Vikram Chandra

      Ils sont deux. Ganesh Gaitonde le plus puissant gangster de Bombay en fuite depuis des années. Sartaj Singh, policier d’un petit commissariat. Quand ce dernier est contacté par téléphone par l’ancien parrain de la mafia, il ne se doute pas qu’il se lance dans une enquête dont dépend la survie des habitants de la métropole. Roman fleuve (1 000 pages) qui se dévore d’une traite. Œuvre totale qui évoque tout autant le passé de l’Inde que les traumas de la société, le poids de la spiritualité et l’itinéraire de deux hommes écrasés par le poids des traditions et de l’héritage. Une histoire phénoménale qui n’a pas échappé à l’attention de Netflix.

      Romans sur la vie quotidienne

      Les délices de Tokyo de Durian Sukegawa

      Sentarô est le gérant d’une petite boutique de dorayaki, pâtisseries japonaises. Sa vie se retrouve bousculée lorsqu’il embauche Tokue, une vieille dame aux mains curieusement déformées qui va lui apprendre à préparer avec beaucoup de soin la pâte de haricots rouges. Peu à peu, les clients affluent en nombre, la boutique ne désemplit plus. Des collégiennes viennent passer une partie de leur temps libre dans l’échoppe notamment Wakana, discrète jeune fille qui se lie avec Tokue. Mais le physique de la vieille dame a alerté certains clients et son passé de lépreuse refait surface. Voici un roman percutant, lumineux sur les relations humaines et le poids des conventions au Japon. Si l’œuvre a été adaptée brillamment au cinéma, la poésie des mots (félicitations au traducteur) ne peut être saisie que par la lecture. Un roman humaniste au service d’une histoire universelle.

      Le restaurant de l’amour retrouvé de Ogawa Ito

      Suite à un chagrin d’amour, une jeune femme de 25 ans perd la voix. Elle choisit de revenir chez sa mère, personne exubérante et décalée. Pour s’occuper, elle ouvre un restaurant atypique. Elle y prépare en effet des plats personnalisés aux besoins et à l’état d’esprit de ses clients.  Elle va alors découvrir son don : celui de rendre la joie aux gens par la cuisine. Le roman se déguste d’abord comme une déclaration d’amour à la cuisine servie par des descriptions délicates, poétiques et originales. Il éveille ensuite la part la plus noble de l’humanité : le don de soi, le pardon, l’écoute, l’entraide. Un roman plein de grâce.

      2 Commentaires

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité