More
    More

      NBA PLAYOFFS 2021 : Imprévisibles !

      Qui aurait pu prédire que les Phoenix Suns et les Milwaukee Bucks s’affronteraient en Finales des Playoffs cette année ? Revenons ensemble sur cette fin de saison un peu particulière en NBA et tentons de voir qui aura l’avantage dans ces Finales 2021.

      Car oui, on a bien eu droit à une fin de saison assez atypique, marquée malheureusement par de nombreuses blessures. Et alors, quand on revoit la liste des joueurs concernés, le moins que l’on puisse dire, c’est que le sort s’est acharné sur les meilleurs joueurs ces derniers mois.

      Côté Conférence Ouest, l’excellent Jamal Murray se blesse au genou 18 matchs avant le début des Playoffs, brisant ainsi les rêves de titre pour Denver où Jamal et son compère Jokic (MVP de la saison régulière au passage cette année), forment l’un des meilleurs duos de la Ligue. Du coup, même si le collectif de Denver l’emporte dans le premier tour face à Portland porté par un Damian Lillard stratosphérique à deux doigts d’aller même chercher le record de points marqué en Playoffs en un match détenu par un certain MJ, Denver se fera sweepé 4-0 ensuite par Phoenix.

      Donovan Mitchell, une autre Superstar montante de la NBA qui avait affronté Jamal l’année dernière dans un des duels les plus épiques de l’histoire des Playoffs, à coup de performances à plus de 40 points marqués par match sur la série par les deux joueurs, s’est aussi blessé. Déjà touché à la cheville plus tôt dans la saison, il a quand même joué la série face aux Clippers mais a de nouveau aggravé sa blessure au Game 3. Du coup, le très bon effectif du Jazz déjà privé de l’apport de leur meneur Mike Conley qui allait revenir lui-même de blessure, se retrouve aussi orphelin de son Star Player. Même s’il reste sur le parquet blessé, son efficacité est nettement moins bonne et empêche Utah de passer face aux Clippers.

      D’ailleurs, les champions en titre, les Lakers, ne sont pas épargnés par ce fléau. Avant le début des Playoffs, Lebron s’était abimé la cheville le forçant ainsi à manquer 26 des 30 derniers matchs. Et bien qu’il semblait avoir récupéré à temps pour aller rechercher une bague de champion, on s’est aperçu que le King n’était pas au meilleur de sa forme, et que sa blessure le limitait encore physiquement dans son explosivité, sa détente et ses accélérations dans le premier tour face à Phoenix. Alors en plus, lorsque qu’Anthony Davis l’autre joueur majeur de l’équipe se blesse à la jambe au match 4, les Lakers se sont retrouvés à la merci du collectif des Suns emmenés par Chris Paul et Devin Booker. Triste de voir que parmi les tenants du titre, aucun joueur n’a su élever son niveau de jeu pour palier à ce manque cruel d’apport offensif et défensif pour l’équipe.

      Et enfin, toujours à Los Angeles mais côté Clippers cette fois, Kawhi Leonard, lui aussi la pièce maîtresse de l’effectif californien se blesse au genou dans le match 5 face au Jazz ce qui l’empêche de disputer la finale de conférence face aux Suns. Une blessure là encore cruelle pour une équipe qui avait vraiment les cartes en mains pour aller chercher un titre. Malgré les performances de Paul George, l’apport offensif de Reggie Jackson, Marcus Morris et Terance Mann qui sortit même un match à plus de 40 points dans la série, les Clippers s’inclinent.

      Coté Conférence Est, l’infirmerie est aussi bien remplie aux plus grands regrets des fans de balle orange qui ne souhaitent qu’une chose, voir les meilleures équipes s’affronter à leur meilleur niveau. Les Celtics, même si leurs chances étaient maigres d’accrocher un résultat face aux Nets dans le premier tour, se voient privés de leur Ailier Jaylen Brown touché au poignet. Mais malheureusement pour les Nets de Brooklyn, ce sont eux qui vont être victimes du plus gros coup dur de ces Playoffs. Car on le rappelle, cette année le roster de Brooklyn a de quoi faire peur : Kyrie Irving à la mène, James Harden pour l’épauler, une bande de bons copains répondant aux noms de DeAndre Jordan et Blake Griffin chargé d’apporter un peu de virilité sous le cercle, une grosse gâchette à 3 points du nom de Joe Harris, un role player de qualité comme Jeff Green. Sans oublier un petit détail de 2,06m : un certain Kevin Durant.

      On a beau supporter une autre équipe que les Nets cette saison, ça nous désole de voir Harden et Irving se blesser tous les deux dans la série les opposant à leur adversaire le plus coriace à l’Est, les Bucks. Coup dur pour Brooklyn qui s’en remet quasi essentiellement à Durant pour assurer le scoring et les maintenir en vie dans la série. Mais KD est attendu au tournant à chaque match, il joue souvent l’intégralité des 48 minutes avec une pression défensive focalisée sur lui, malgré la fatigue et les défenseurs qui se relaient pour le ralentir, Durantula envoie deux matchs à presque 50 points refusant l’élimination jusqu’à un Game 7 d’anthologie où ce sont les gars de Giannis Antetokounmpo et Khris Middleton qui l’emportent et filent en Finale de conférence face à Atlanta.

      Les Hawks eux se sont qualifiés de justesse face à Philadelphie qui a aussi failli perdre son Star Player en la personne de Joel Embiid sur une blessure au genou. Du coup, la finale a l’Est ira en 6 matchs, et nous ne sommes pas encore au bout de nos peines avec les blessures. En effet, ce sont tout simplement les meilleurs joueurs de chaque équipe qui vont se faire mal. Trae Young, le meneur et la machine à scorer des Hawks va se faire la cheville en retombant sur un arbitre. Et Giannis, dans une action vers le panier contre Clint Capela se fait une grosse frayeur au niveau du genou. Les ralentis de l’action ne sont pas beaux à voir, à tel point qu’on s’étonne que les ligaments du joueur Grec n’aient pas été plus gravement touchés. Du coup, au milieu de la série, les deux formations s’affrontent sans leur leader respectif, mais à ce jeu-là, l’effectif des Bucks emmené par son lieutenant Khris Middleton qui n’hésitera pas à planter 38 points en l’absence de Giannis histoire de montrer qu’il y a toujours un shérif en ville, aura raison des Hawks qui sans Trae Young, ont du mal à organiser leur attaque et au-delà de ça, ont beaucoup de déchets dans leur jeu et peinent à défendre.


      Comme quoi, il y a du beau monde à l’infirmerie cette année ! Une situation qui préoccupe les staffs des équipes, les fans et les dirigeants de la Ligue. En moyenne et comparé aux saisons précédentes, on ne remarque pas significativement plus de blessures, mais incontestablement, les 72 matchs de saisons régulière joués dans un calendrier réduit à cause de la pandémie ont eu un impact sur l’état de fatigue des joueurs ayant le plus de temps de jeu et dont la mission est de décrocher une place en Playoffs. C’est à se demander si c’est la meilleure équipe qui l’emportera cette année ou bien celle qui aura su le mieux préserver son effectif en forme.

      Pour preuve, si on revient un instant sur nos finalistes de l’Ouest, les Phoenix Suns, ils ont failli perdre le « point god » Chris Paul à cause d’une douleur à l’épaule réveillée dans la série face aux Lakers. Et que dire de Devin Booker incontestablement leur meilleure arme offensive qui s’est retrouvé face à un certain Pat Berveley qui lui a cassé le nez sans faire exprès, enfin sans faire exprès façon Pat Beverley. Heureusement que les p’tits gars de l’Arizona sont des durs à cuire. Si on les bouscule, ça les rend même dangereux ! Ainsi, CP3 a pris le relais de son pote Book histoire qu’il puisse un peu reposer son nez, en plantant 41 points dans le dernier match face aux Clippers. Et Devin a dû juste s’adapter à porter un masque de protection pour retrouver de l’efficacité au shoot. Tout à l’air d’aller !

      NBA FINALS 2021 : SUNS vs BUCKS

      Des Finales inattendues donc, mais à quoi s’attendre maintenant ?

      Lorsque les deux effectifs se sont affrontés en saison régulière, les Suns l’ont emporté les deux fois mais littéralement à une possession d’écart. Ils ont excellé dans leur jeu rythmé sur le Pick’n Roll entre Chris Paul, Devin Booker et le Big Man Deandre Ayton que les Bucks ont peiné à défendre. En revanche Phoenix n’a pas eu de réponse défensive à apporter aux assauts incessants de Giannis qui avait marqué 47 et 33 points !

      Mais voilà Antetokounmpo est incertain à cause de son genou, et il faut dire que sans leur MVP de 2,11 m pour 2,21m d’envergure et pas moins de 110 kg à la pesée, ce n’est pas tout à fait la même équipe. Mais bon, même s’il revenait, il serait étonnant qu’il soit en mesure d’exploiter pleinement tout son potentiel athlétique. Pour avoir une chance de gagner 4 matchs et le titre de champion NBA dans ces finales, Khris Middleton devra être impérial. On sait qu’il peut mettre le feu dans une défense par sa qualité de shoot mais encore faudra-t-il qu’il arrive à réaliser plus régulièrement ce genre de performance. À noter aussi l’efficacité du Pivot de 2,13m Brook Lopez aussi bien en défense qu’à l’attaque qui sera déterminante, si efficace jusque-là qu’il est surprenant que ses coéquipiers ne l’aient parfois pas plus sollicité en attaque. Jrue Holiday, le meneur titulaire à montrer qu’on pourra compter sur lui pour attaquer le cercle et de créer de l’espace pour ses coéquipiers. Bobby Portis avec ses 2,08m, qui a remplacé Giannis au poste d’Ailier Fort a aussi fait de l’excellent boulot, reste à voir s’il peut continuer face à Phoenix.

      En face, la force des Suns c’est leurs deux pièces maitresses CP3 et Booker. Ces deux-là qui en plus d’être très bons sont très malins, savent organiser l’attaque à merveille et réagir aux différents systèmes défensifs qu’on peut leur opposer. Il va falloir de l’intensité défensive et des efforts du côté des Bucks pour contrer les arrières de Phoenix qui arrivent parfaitement à créer les mismatchs sur les systèmes avec écrans. On rappelle que Chris Paul, un vrai vétéran de la Ligue, se bat à l’Ouest depuis 16 ans pour avoir un ticket d’entrée pour les Finales et maintenant que c’est chose faite, c’est sûr qu’il va donner tout ce qu’il a sur chaque match ! Devin Booker, comme tout scoreur qui se respecte fait peur aux défenses adverses. Sauf que lui il est quand même un niveau encore au-dessus, on rappelle qu’il s’agit là tout simplement du plus jeune joueur dans l’histoire de ce sport à avoir réalisé l’exploit de marquer 70 points en un match ! Il n’y a qu’un certain Kobe Bryant qui a fait mieux dans l’histoire moderne de la NBA.  Une ligne d’arrières redoutables qui devra être plus efficace que jamais pour gagner ses 4 matchs.

      Puis l’autre clé pour Phoenix ce sera leur pivot et jeune recrue Deandre Ayton. Son duel qui l’opposera à Lopez sera déterminant pour son équipe. Ça devrait faire des étincelles sous le cercle car le jeune homme bien que talentueux et puissant va croiser un Brook Lopez qui défensivement n’a pas été trop d’humeur à se faire marquer dessus ces derniers temps.

      En bref, en l’absence de Giannis, les Bucks gardent quand même un avantage physique sur les Suns, mais la régularité d’un Middleton à son meilleur niveau en attaque sera indispensable pour l’emporter. Il faudrait sans doute qu’il réalise plusieurs matchs au-delà des 30 points.

      Les Suns ont beau être moins impressionnant athlétiquement, s’ils parviennent à imposer leur rythme en attaque grâce à leur jeu avec écran sur le porteur de balle, ils vont donner du fil à retordre à Milwaukee qui a du mal à défendre sur le Pick’n Roll.

      En tout cas ça s’annonce très serré entre les deux formations même si elles étaient inattendues à ce niveau de la compétition. En revanche, elles savent pertinemment qu’elles n’auront peut-être pas de sitôt une chance de décrocher le titre donc ça promet du spectacle ! Espérons juste que la malédiction des blessures s’arrête pendant les Finales !

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité