More
    More

      Le Livre de la Jungle: Notre critique du nouveau film Disney!

      Cette semaine sort en salles le très attendu « Livre de la Jungle », une réadaptation cinématographique du dessin animé de 1967, lui-même adapté du roman de Rudyard Kipling.

      Il est des choses qui marquent notre enfance. S’il fallait en considérer une parmi les plus grandes, pensons alors à ce qui a façonné notre imaginaire à chacun. Fermez les yeux, et replongez quelques instants dans cet univers incroyable dans lequel ont su nous bercer les films d’animation Disney. « Le Livre de la Jungle », l’un des plus grands, nous conte l’aventure extraordinaire qu’a vécu Mowgli, ce « Petit d »homme », comme aiment l’appeler les animaux de la Jungle, qui va grandir dans un milieu incroyable pour un jeune garçon.

       

      Pourquoi décider de réaliser un film, après un tel mythe de l’animation?

      C’est vrai, le risque pouvait sembler important aux yeux de certains. Par peur de se retrouver devant une pâle copie d’un succès intemporel peut-être. Mais, ce serait oublier dans ce cas là que le cinéma est rempli d’histoire incroyables, de prises de risques, de tentatives inattendues et parfois même très décriées. À juste titre pour certaines, mais pas toutes. Dans quelle catégorie alors classer ce nouveau « Livre de le Jungle »? Ne passons pas par quatre chemins, il fait partie de la seconde, assurément. Mais est-ce véritablement une surprise?

      Lorsqu’a été mise en ligne il y a quelques mois la première bande annonce du film, les images en ont surpris plus d’un. Agréablement, bien sûr. Dès lors, il nous tardait de découvrir le produit final, grandeur nature.

      le-livre-de-la-jungle-film

      Le Livre de la Jungle: existe t-il un parallèle entre le film et le dessin animé?

      Le film démarre très fort. Le décor est planté, nous aussi, placés comme spectateurs d’une course poursuite naturelle, suivant celle-ci au moyen de plans dynamiques et savamment orchestrés. Jon Favreau capte notre attention dès les premières secondes, nous immergeant aussitôt pour profiter de cette excellente mise en bouche, une dégustation qui se voudra délicieuse jusqu’à la fin.

      Ce nouveau « Livre de la Jungle » reprend les mêmes ingrédients que le dessin animé. Les personnages que l’on avait connus sont tous réunis, et l’histoire reprend plus ou moins la même ligne scénaristique. Le film explore néanmoins plus en profondeur les différentes facettes et la psychologie de certains protagonistes. On en apprend ainsi davantage sur les origines de Mowgli, sa rencontre avec Bagheera, mais aussi les raisons de cette obsession qu’a Shere Khan vis à vis de ce « Petit d’homme ».

      Si le dessin animé est destiné à un public jeune, cette réadaptation se veut plus mûre, voir plus « violente ». La surprise réside peut-être ici, pour un film signé Disney. Que l’on soit jeune ou moins jeune, certaines scènes nous surprendront, Jon Favreau parvenant à instaurer un climat quelques fois pesant. Pour d’autant plus apprécier au final les moments plus « légers ». Le film se veut étonnamment équilibré, mêlant avec justesse des sentiments aussi paradoxaux que l’angoisse et la quiétude. Cette dernière se fera à ce propos particulièrement ressentir lors d’un des rares moments chantés du film.

      003313

      Replongez une nouvelle fois dans le dessin animé originel. Essayez donc de vous remettre dans la peau d’un jeune enfant, à l’époque où vous découvriez pour la première fois celui-ci. Maintenant, imaginez ce sentiment décuplé, plus vrai et bien plus intense. Vous avez une petite idée de ce que procure le film. Un tour de force incroyable, où l’on ne sait plus véritablement dans quel univers se situer, entre le film et le dessin-animé.

       

      Une réalisation à couper le souffle.

      Le film est une merveille de réalisation, à la fois dans les choix des plans comme dit plus haut, mais également le niveau technique que parviennent à atteindre les spécialistes de la synthèse aujourd’hui. La modélisation de la jungle, mais surtout des animaux qui la composent, est incroyable de réalisme et de justesse. Les silhouettes, les expressions de visage, du moindre sourire, froncement de sourcil ou plissement de paupière, jusqu’au bout de chaque poil qui recouvre les fourrures de chacun d’eux, et la colorisation de celles-ci, représente ce qu’il se fait de mieux actuellement. Au point de nous surprendre par la beauté des détails, nous donnant le sentiment d’avoir atteint un nouveau stade en termes d’imagerie 3D. La réalisation dans son ensemble est absolument parfaite, et les lumières de jour comme de nuit viennent sublimer un travail déjà remarquable.

      On retiendra particulièrement, pour ne citer qu’elle, la scène dans le temple des singes. Ces quelques minutes, passées à l’intérieur de ce vestige de la civilisation, réunissent un condensé de prouesses techniques et visuelles qui nous laissent pantois, grâce à la modélisation du roi Louie (certainement le plus impressionnant du film), associée à un jeu d’ombres et de lumières tout bonnement subjuguant. Ce livre de la jungle est tout simplement une merveille d’esthétisme.

      le-livre-de-la-jungle-roi-louie

       

      Une morale pour petits et grands.

      Parler du livre de la jungle sans citer le jeune Neel Sethi serait un affront à la performance de ce gamin, seul acteur visible dans le film (découvrez l’ensemble du casting américain). Une prouesse, déjà. Héros de celui-ci, il est bien évidemment le plus présent des personnages, et l’on prend un malin plaisir à le regarder affronter les différents obstacles sur son chemin. Son jeu est simple, et son visage, associé à son sourire insouciant, le rendent particulièrement attachant. Pour autant, le jeune garçon ne tombe pas dans la mièvrerie, démontrant bien souvent sa détermination et son courage dans cet environnement hostile.

      Le film touche d’ailleurs du bout des doigts ce thème du passage de l’enfance à l’âge adulte, transition obligatoire et difficile à apprivoiser pour chacun. Une question se posera alors: sommes nous irrémédiablement destinés à être foncièrement mauvais, suivant ainsi les traces de nos prédécesseurs, ou pour faire simple, de l’humanité dans son ensemble? C’est à ce moment là que le film aborde un thème bien plus important, et ô combien d’actualité: celui de la préservation de notre planète. Favreau parvient, tout en délicatesse, à établir une mise en garde plus qu’une critique, quant à la manière qu’a l’homme aujourd’hui de traiter cette planète que nous partageons avec les autres espèces. Un clin d’oeil écologique très bien amené, qui ne fait pas passer le long métrage pour une propagande pro-écolo, mais plutôt pour un conte aux multiples leçons, non plus seulement pour les enfants, mais également pour les plus grands.

      « Le Livre de la Jungle » version Jon Favreau surprend par sa capacité à nous replonger dans l’univers Disney, nous faisant oublier même qu’il s’agit là d’un film et non d’un dessin animé. Notre âme d’enfant semble ressortir le temps d’1h45 de cinéma, souriant ou se laissant prendre de panique, vivant chaque instant, ressentant le tout avec une innocence que l’on croyait disparue.

       

      Note importante: Suivez les actualités liées au Steelbook du Livre de la Jungle sur le site référence Steelbookpro.  La page sera régulièrement mise à jour.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.