Critique Trois Milles Ans à t’attendre de George Miller : Intime épique

0
400

Vroum, vroum ! George Miller créateur de Mad Max est de retour ! Le cinéaste australien revient après Fury Road avec Trois mille ans à t’attendre pour tenter une nouvelle fois de rouler sur l’industrie hollywoodienne avec son histoire de narratologue trouvant une lampe magique libérant un génie bien décidé de lui accorder trois vœux. Pas de chance, Alithea (Tilda Swinton) est satisfaite de sa vie et n’a pas envie de faire de souhait. Afin de pouvoir assurer sa survie le génie (Idriss Elba va tenter de la convaincre en lui racontant ses souvenirs. Alors que nous réserve ce Trois Milles Ans à t’attendre ?

La première chose que nous noterons est l’impressionnant travail de mise en scène et de montage du maître (qualifié d’Eisenstein moderne par son ami Mel Gibson). En multipliant les mouvements de caméra et les raccords d’une créativité transcendante le cinéaste nous offre un véritable kaléidoscope d’images et de son à même de transcender l’imagination, et ce, malgré quelques effets visuels kitch et ratés probablement dû à un budget peu élevé (60 millions de dollars).

Ceux qui connaissent la carrière de George Miller savent que l’australien ne va jamais là où on l’attend. Après avoir produit le film d’action le plus important de la dernière décennie, et probablement le film hollywoodien le plus important des années 2010 avec Avatar, il change une nouvelle fois de registre. Cette fois, il tente de marier intime et épique en nous montrant une longue conversation entre un génie et sa nouvelle propriétaire.

Three thousand year of longing Cannes Critique Trois Milles Ans à t’attendre de George Miller : Intime épique

En tentant de reprendre l’imaginaire (un peu vieillot) des 1001 nuits, Miller tente de condenser des années de recherche sur la mythologie et la narration. Le cinéaste passionné par les notions de mythe universel tout droit sortie des travaux de Joseph Campbell, revient vers la dimension la plus universelle d’un récit : le conte et comment ce récit arrive à transcender l’imagination.

En multipliant les références à un imaginaire oriental un peu vieillot ainsi qu’à son propre cinéma (difficile de ne pas avoir en tête le tyran Immortan Joe lorsqu’un sultan s’enferme dans une pièce se réfugiant dans la compagnie de femmes rondes), le cinéaste tente avant tout de provoquer un fascinant sentiment d’émerveillement à même de nous provoquer la joie enfantine de ceux qui découvrent la puissance d’une fiction.

capture décran 2022 05 19 à 21.04.49 Critique Trois Milles Ans à t’attendre de George Miller : Intime épique

Si la fiction de Trois Mille Ans À T’Attendre s’avère malheureusement par moment tirer en longueur (le procédé des contes raconté en trois parties s’avère avoir un rythme un peu ingrat) cela est composé par la créativité visuel et sonore, ainsi que par le romantisme qui se dégage du film. Ce récit gigogne nous apparait comme étant un film mineur mais grand par son ambition et par l’exploration des thèmes qui sont chers au cœur du cinéaste.

Bien que sans rivaliser avec les plus grands films de George Miller, 3000 ans à t’attendre est un film fascinant et vivifiant capable d’enflammer l’imagination et d’emporter son spectateur dans une valse d’images chocs et transmet une passionnante exploration de la puissance d’un récit.