More
    More

      Red Rocket: portrait de l’Amérique que l’on ne voit pas

      Sean Baker c’est ce genre de réalisateurs qui ont une patte, une identité, une sorte de madeleine qui revient sans cesse, dans ses plans, dans ses sujets. Une Amérique que lui seul montre. Red Rocket est dans cette lignée, un film sur les oubliés du rêve américain, ceux qui y croient encore.

      Red rocket c’est l’histoire d’un acteur porno qui revient dans sa ville natale à Texas City. Mikey Saber, de son nom de scène, suite à un revers de fortune,  débarque chez son ex belle mère et son ex femme par la même occasion.

      4392576 1

      Mikey cherche à refaire fortune et va se trouver une jeune fille qui rêve d’un ailleurs un peu plus brillant.  Il va tenter de la convaincre de se lancer dans le porno. Au cours de l’histoire, Mikey se ballade à vélo dans cette ville perdue du Texas, dans un de ces coins où l’on ne vit que parce que l’on y est né. Perdu entre les tours des usines  où la seule sortie est celle que l’on fait pour aller chez le vendeur de donuts du coin.

      red rocket 2

      Sean Baker filme cela durant l’été qui précède les élections américaines de 2016, cet ennui, le manque d’activité, le tout avec délicatesse, avec humour aussi au travers des répliques, du ridicule de Mikey et de ses magouilles. Mikey est attachant malgré tous ses défauts. On le sent totalement perdu. On se laisse prendre au piège de Sean Baker. De ce personnage à la bonne tête, vendeur de sa personne qui  sait nous faire rire, en un mot attachant, malgré tout.

      Le film n’est pas sans rappeler le film précédent de Baker The Florida Project, un film où l’on suit une petite fille et sa mère dans le sud d’Orlando. Baker filme ces régions que l’on ne voit que dans des documentaires. Baker est un réalisateur du réel qui parle de cette population déçue par le système qui ne croit plus en la politique, qui ne croit plus en eux-mêmes, ceux qui ne font que rêver.

      Red Rocket st 4 RESIZED

      L’Amérique de Hooper

      Le film rappelle aussi un film de 93, Gilbert Grape de Lasse Hallström. Le film du réalisateur suédois parle de Gilbert incarné par Johnny Deep qui vit à Endora, Iowa . Petite ville là aussi, un film où Gilbert s’occupe de Arnie son frère handicapé campé par le jeune Leonardo DiCaprio. Cette Amérique comme dans les photos d’Eggleston où les tableaux de Hooper, c’est celle que l‘on voit dans ce film.

       

      Red Rocket sort mercredi 2 février au cinéma. Baker nous livre un film qui saura ravir ses spectateurs.

      Baker filme des choses que l’on ne voit que chez lui. Des choses qui ne font peut-être pas rêver mais que lui rend humaines et c’est là sa plus grande force.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité