More
    More

      Critique A Perfect Enemy : Une adaptation qui plaît à Amélie Nothomb

      Cela doit être fascinant pour un auteur de voir transposer son film sur grand écran. C’est une des chances qu’a eue Amélie Nothomb, elle l’a même eue plusieurs fois. Hygiène de l’assassin, Stupeur et tremblements et Tokyo Fiancée formaient jusque là les trois adaptations de l’œuvre de l’écrivaine belge. Aujourd’hui sort le quatrième film adapté : A Perfect Enemy.

      C’est l’histoire d’un célèbre architecte polonais, Jeremiaz, qui se trouve en retard pour son vol. Coincé dans un aéroport, il va faire la rencontre d’une jeune fille hollandaise Texel,  qui va commencer à lui raconter une histoire des plus étranges.

      © albafilm

      A perfect Ennemy : Un quasi huis-clos

      Quasi huis-clos au sein du célèbre aéroport parisien, style qui correspond parfaitement au thriller comme dans Hard Candy. Ce film avec Elliot Page montre une jeune fille qui accuse un homme d’être un pédophile. Le huis clos c’est une tension permanente mais pour rendre cette tension, il faut que les enjeux soient forts. Là, les enjeux grandissent avec le film.

      On a donc cette question permanente du « oui, mais pourquoi ?» qui nous reste. Ce que l’on retient aussi du film en sortant, c’est son esthétique. Soignée, quasi épurée, on se croit vraiment dans un livre de A. Nothomb. Ça tombe bien, c’est une adaptation de Nothomb. Deuxième chose, ce sont les deux acteurs principaux : Thomasz Kot et Athena Strates. Les deux partagent l’affiche, ils sont tantôt humains tantôt exécrables.

      Un thriller repose tout de même sur le scénario. Si dans ce style le scénario du film laisse à désirer, le film serait une déception. Ici, le tout nous tiendra en haleine. Virant vers le fantastique comme souvent chez l’auteur belge, cet aspect souvent bancal s’avère bien mené ici, bien que peu original dans sa révélation finale si on fait un peu attention aux détails.

      ©alba film

      Quelques scènes resteront dans nos têtes. On pense à une scène du début avec des chats ainsi que dans un aspect très graphique celles qui sont en rapport avec la maquette et qui sont une très bonne manière de montrer le doute qui s’installe chez Jeremiasz.

      Amélie Nothomb est contente de cette adaptation. Si vous êtes fan de l’auteure belge vous serez sans doute ravi de ce film. Si vous aimez les film très stylisés, les thrillers très esthétiques, nous vous les conseillons sans hésiter.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité