More
    More

      Arrêtez-moi là – Ou comment une vie bascule

      Aujourd’hui sort, Arrêtez-moi là, le premier long-métrage de Gilles Bannier, réalisateur de la saison 2 de la série française Engrenages, ou encore de Reporters et Les Beaux Mecs. Un réalisateur de télévision qui approche le cinéma dans un registre qu’il maîtrise, le milieu judiciaire en adaptant un roman américain trop peu connu à son goût.

      L’histoire d’un homme menant une vie calme et solitaire dont le destin bascule à cause d’une magistrale erreur judiciaire ! Gilles Bannier malheureusement, témoigne ici d’une réalité dont nous n’avons pas toujours conscience. Comment un innocent peut se retrouver derrière les barreaux et perdre sa vie entière, ses proches, son logement, son métier, il en perd jusqu’à son chat…

      « Samson est victime de cette loterie insensée qu’est la vie. »

      Gilles Bannier adapte en France le roman américain « The Cab Driver » de Iain Levison qui relate une affaire qui a eu lieu en 2002. Il admet avoir eu quelques difficultés à transposer le système judiciaire américain au français étant donné que la législation diffère selon les pays.

      Originaire de Perpignan, c’est dans le sud que le réalisateur dirige Arrêtez-moi là. Le réalisme du film et la véracité des faits nous plonge dans un malaise avec Samson, accusé à tort d’avoir kidnappé une petite fille. Le point de vue reste assez objectif, les faits parlent d’eux-même, nous ne sommes jamais dans un rapport bon/mauvais, mais dans l’incompréhension et le sentiment d’injustice qui grandit au fur et à mesure que le personnage les vit. Ce film est emprunt d’une grande humanité et nous permet d’ouvrir notre vision et notre compréhension même avec les personnages les plus ridicules. S’il est classé dans le genre dramatique, l’absurdité de cette erreur judiciaire et le manque de subtilité des policiers ne manque pas de nous faire sourire voir rire à certains moments.

      Reda Kateb interprète le personnage de Samson avec brio, un personnage doux et calme qui aspire à une vie sereine, qui ne s’engage pas trop et qui aime son train-train…en taxi accompagné de son chat. Les paysages du sud, la mer et la promenade des anglais ajoutent une quiétude au personnage.

      « Samson…(comme le dit le réalisateur) Sans-Son…pour un personnage qui a du mal à s’exprimer, trouver ses mots et qui préfère de loin écouter de la musique »

      Erika Sainte joue Elisabeth, petite-amie de Samson, déterminée à vivre avec lui, entrer, pénétrer sa solitude. Elle rêve d’une vie à deux, lorsque la situation bascule, elle doute et se détourne pour revenir à la charge, sa présence à l’écran est très agréable et son jeu délicat.

      Léa Drucker est d’une extrême justesse, incarnant Louise, mère de la petite fille kidnappée. Ses apparitions à l’écran ne sont pas si fréquentes et pourtant elle nous marque, on la remarque. Ses expressions et ses regards permettent de se passer de mots.

      Ces trois personnages principaux sont plein de pudeur et font un beau contraste avec la dureté du milieu judiciaire. Le sujet est traité de manière générale avec une grande pudeur et aucunement dans un psycho-drame. Nous n’entrons pas dans les personnages comme si nous les « disséquions », mais nous sommes posés, à côté, témoins et empathiques. La divergence entre l’opulence que nous pouvons voir à travers les fenêtres et la vue que nous retrouvons souvent dans le sud contrebalance la délicatesse des personnages.

      Sacré tour de force !

      Ce soir, en avant-première, l’équipe du film a répondu présente ! Gilles Bannier a répondu aux questions avec une agréable douceur et une honnêteté appréciée et Reda Kateb, accompagné de son yorkshire, était délicieux de simplicité. Il a évoqué l’envie de vouloir rejouer avec Barbara Bolotner, qui n’avait qu’une ou deux répliques mais qui a su les faire valoir !

      Léa Drucker, fort sympathique a répondu avec franchise et était très plaisante, elle a été heureuse de tourner avec Reda Kateb pour son exigence qui correspond à ce qu’elle attend d’un travail d’acteur.

      Attendez-vous a suivre Gilles Bannier et n’hésitez-pas à aller voir ce film qui donne à réfléchir et qui met à jour une réalité trop peu présente à nos esprits !

       

       

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité