Le ministère secret, le sphincter de Moscou : l’Elysée ne répond plus

0
667
le ministère secret tome 3

Les éditions Dupuis viennent de publier le troisième volume du Ministère Secret, l’hilarante série de Johan Sfar et Mathieu Sapin. Sous le prisme de l’humour, du conspirationnisme loufoque, les deux comparses revisitent le monde actuel, le brocardent pour en imaginer une version alternative. Ce troisième opus nous replonge dans la campagne présidentielle française sur fond de complot russe et de révélations james bondienne sur les vraies activités d’Alexandre Benalla. Un vrai régal.

L’Agence présidentielle

C’est le secret d’Etat le mieux gardé du pays. La vraie mission des présidents de la République Française commence à la fin de leur mandat. Ils intègrent le redoutable Ministère Secret dont la mission est de protéger le peuple français des menaces terrestres et extra-terrestres. Cette agence dont il est interdit de parler s’appuie sur un trio d’experts qui a déjà fait échouer les pires complots : Nicolas Sarkozy, François Hollande et Mathieu Sapin, journaliste et ami de François Hollande.

Notre équipe est à nouveau appelée à la rescousse car les choses vont mal. Les élections présidentielles approchent et le peuple français s’en moque. Epuisé par le Covid, il semble ne plus faire confiance à ses élus. Mais les apparences sont trompeuses et notre héroïque équipe va dévoiler un odieux complot tout en croisant la route d’Elise Lucet, d’Eric Zemmour, d’Alexandre Benalla et de Léa Salamé.

Ministère secret Tome 3

Le Ministère secret : quand Le Bureau des Légendes rencontre Les Guignols

Chaque volume de cette excellente série repose sur un scénario extrêmement bien écrit. Toute l’intrigue se tient en effet, brillamment servie par un sens du détail, du rythme. Si l’oeuvre se veut humoristique, elle n’en garde pas moins cette envie de cohérence permanente à l’image de la série des Y-a-t-il un flic. Le complot russe est absurde mais traité avec tout le sérieux qu’il mérite. Johan Sfar et Mathieu Sapin nous offrent ainsi un vrai suspense accentué par leur style inimitable.

Ce côté, premier degré, va décupler la dimension parodique, satyrique de leur récit. Celui-ci se présente comme le compte rendu détaille d’un secret d’Etat et des dessous de la campagne présidentielle. Les auteurs vont donc nous révéler la vraie mission d’Alexandre Benalla, les dessous de l’affaire Bygmalion et du déroulement de la campagne présidentielle. Ils se lâchent avec délectation s’amusant à reprendre les pires théories du complot pour mieux en souligner l’incohérence tout en convoquant des figures de la pop culture : Terminator, Goldorak ou Tolkien. Et dans ce joyeux chaos, notre trio devient le seul espoir de la république.

Ministère secret Tome 3

Le théâtre de la politique

Les auteurs du ministère secret s’attellent à une tâche loin d’être aisé. Parler de politique et dévoiler avec humour des vérités qui dérangent. Ils la mènent brillamment en s’appuyant sur leur dialogue ciselé où les ex-présidents échangent les punchlines. « En ce qui concerne le parti socialiste, s’il y a eu meurtre, les coupables sont nombreux. » déclare François Hollande. « Chacun sait que Le Pen a reçu 8 millions d’euros et banques russes et tout le monde s’en fout. Il y a trois semaines, Mélenchon déclarait que tout ça c’était la faut de l’O.T.A.N et des Américains » assène Nicolas Sarkozy. Ce même Nicolas Sarkozy qui est, pendant tout l’album, obnubilé par sa carrière littéraire

Et le reste de la classe politique n’est pas en reste. Eric Zemmour envisage de déplacer la colline du crack dans le quartier latin pour créer une jungle de Calais et gagner des voix. Clémentine Autain affirme que « C’est Mathématique : puisque Macron a gagné, en fait il a perdu ». Marine Le Pen, le soir de sa défaite, n’a jamais semblé aussi heureuse. Ou encore Christiane Taubira est accueillie par deux ex-détenus qui lui déclarent « Grâce à votre réforme de la garde à vue, on est sortis tout de suite (…) on peut casser du gauchiste, on risque plus rien ». Les auteurs frappent, fort et au gré ces phrases succulentes, dignes d’Audiard, assènent de jolies vérités sur le théâtre politique.

Ministère secret Tome 3

Le ministère secret, le sphincter de Moscou : les médias en folie

Les deux auteurs ne se contentent pas de brocarder avec tendresse les hommes et femmes politiques. Ils dédient une bonne partie de cet album à « allumer » les médias. C’est d’abord le personnage de Nicolas Sarkozy qui ouvre les hostilité en déclarant pêle-mêle « Libération vous êtes fous, ce sont des maoïstes, des indigénistes ! c’est le Temple du Wokisme. Leur chef est un Ancien Agent du Mossad ». Et plus loin »Avec mon copain Bolloré, on est motivé. C’est très important de reprendre la main sur la Culture ». Quand on sait que l’album a été pré-publié sur le site Libération, on apprécie la liberté de ton des hauteurs.

Le Ministère secret va aussi critiquer les grandes stars des médias mainstream. Laure Adler par exemple est décrite ainsi : « depuis le décès de Michael Jackson, personne n’a un ego aussi volumineux que Laure Adler ». Apolline de Malherbe est comparée à une moderne Mona Lisa. C’est surtout Elise Lucet qui est sévèrement égratignée quand elle déclare se présenter à l’élection présidentielle et proposer un programme radical. Elle supprimera la justice et deviendra la seule juge publiant su tweeter les condamnations. Elle multipliera les amendes qui constituent un impôts indirect tragiquement sous-employé pour engager plus de fonctionnaires !!

Les adjectifs manquent pour qualifier ce troisième opus du Ministère Secret. Inspiré, Irrévérencieux, intelligent, ce Sphincter de Moscou transporte son lecteur dans un histoire aussi absurde que riche en réflexions sur le monde de la politique. 

Retrouvez sur notre site d’autres critiques de Bandes Dessinées