More
    More

      Dunce, l’humour venu du froid

      Après le mobilier scandinave, la littérature du grand nord, que diriez-vous de découvrir l’humour norvégien avec Dunce ? Laissez-vous convaincre par ce nouveau titre de la collection 404 comics.

      Dunce, la découverte d’un nouveau pays de bande dessinée

      Dunce est un florilège de strips – des bd en quelques cases que l’on trouve dans les journaux – norvégiens. Jensk – Jens K. Styve – s’installe au nord du pays marqué par l’hiver polaire. Quand il se lance tardivement dans le dessin, ce climat rude et les paysages enneigés l’influencent. Il commence sur les réseaux sociaux mais Dunce devient rapidement le comicstrip le plus publié du pays – dans quinze journaux et deux mensuels. C’est lors d’un voyage à Bergen que Nicolas Beaujouan, responsable éditorial, est marqué par le dessin avant d’être conquis par l’humour doux amer.

      Dunce et le passé

      Une vie de famille tumultueuse

      Le nom de la série signifie en anglais un cancre et on retrouve le symbole par le chapeau du personnage principal, Jens. Cet anti-héros est surtout très égoïste. Il ne donne son sang que pour le cadeau offert ensuite, des mugs collector. Bien que le héros ait un fils, Gustav, c’est le plus petit qui semble le plus mature. En effet, son fils réclame une journée sans internet pour pouvoir enfin échanger avec son paternel. Il faudra une coupure de courant pendant plusieurs jours pour que les deux se parlent. C’est par la famille que l’on sent le passage des saisons. La dépression hivernale est soignée par un morceau de hard rock tandis que les vacances au Sud du pays sont l’occasion pour Gustav de découvrir le sable brûlant et l’eau gelé. Ce ne sont pas les vents violents de l’automne qui vont nous convaincre de venir. La rentrée est très attendue car le petit garçon pourra enfin décorer ses manuels tout neufs par des insultes à chaque page. Bien que sa meilleure amie, Karianne, ne soit que cynisme et aigreur, ils dansent de joie quand Gustav reçoit sa première lettre et refuse d’ouvrir ce cadeau si exceptionnel. La famille s’agrandit avec l’arrivée d’un chien. Brego est capable de parler mais son don lui sert à partager son caractère capricieux. Il refuse catégoriquement toute forme de dressage surtout que l’humanité est ennuyeuse. Souvent le plus drôle de la famille, il impose à son maître de n’écouter que du jazz. Pour lui, la seule raison valable de rester dans cette famille c’est la nourriture.

      Dunce et l'école

      Une vie professionnelle absurde

      Sans être reliée à l’actualité, Dunce est ancrée dans le XXIe siècle. Une journée sans internet est décidée unilatéralement par Børge, le chef de bureau de Jens, mais comment une start-up peut alors fonctionner ? On doit donc occuper son temps par des jeux ridicules en entreprise : faire des » lego pour stimuler la créativité. Néanmoins, Jens admet que le progrès a du bon. Il n’a par exemple aucune nostalgie des cassettes audio. Les employés sont si accro qu’ils reconstituent internet en réel en construisant un mur Facebook et Instagram pendant que leur chef se cache pour répondre à un match Tinder. Il faut dire que leur patron semble bien dépressif et socialement inadapté. Lorsqu’ils se font expulser de leurs bureaux à cause de la gentrification, le trio se retrouve dans un espace de coworking avec énormément d’activités de détente… mais pas une seule réalisation concrète. Børge se convertit au hipsterisme par la grâce d’un foodtruck mais trouvera sa voie – et la richesse peut-être – dans la réhabilitation des fêtes des saints scandinaves. La qualité des bd d’humour vient certes du personnage principal mais pour que la série dure plus de quelques pages c’est la diversité et la qualité des personnages secondaires comme Peanuts. C’est le cas avec Dunce par la galerie hilarante de collègues et de proches de Jens. Dunce est aussi une série animalière. Même si le héros et sa famille sont humains, son collègue de bureau est un corbeau et son chef Børge est une espèce de poisson.

      404 comics démarra fort avec Dunce et réalise également un bel ouvrage. C’est d’ailleurs la première fois que je vois un éditeur expliquer en page de garde des choix de fabrication comme la reliure et la qualité du papier. Avec Dunce, même si le lecteur en apprend peu sur la Norvège, il sortira souriant et enrichi d’une leçon sur l’humanité et l’espèce canine. On a en effet eu l’information essentielle que les crottes de rennes attirent les chiens. Nous comptons sur vous pour vérifier…

      Vous pouvez retrouver dans nos chroniques d’autres séries d’humour comme L’homme le plus flippé du monde ou Ma voisine est indonésienne.

      +2

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.