Shangri-La Frontier tome 12 : sur tous les fronts

0
450
shangri la frontier

Shangri-La Frontier est le titre phare des éditions Glénat. Surfant sur la vague des isekai, le manga de Katarina s’est démarqué, dès ses débuts, de la concurrence par l’ambition de son univers, la connaissance quasi encyclopédique du monde du jeux vidéos, la beauté de la mise en scène et les rebondissements permanents. Ce 12ème tome poursuit ce sans faute visuel et narratif en nous proposant de nouveaux défis et une immersion dans un nouvel univers.

Le don d’ubiquité

Shangri-la Frontier, Shanfro en abrégé, est le jeu M.M.O.R.P.G le plus en vogue. Devenu un G.O.A.T quasi instantanément, il attire les meilleurs joueurs du Japon et du monde, en particulier Rakuro, le roi des bouses. En effet, après être devenu une légende en venant à bout des jeux mal foutus, il s’est lancé dans Shanfro avec un but simple : devenir le premier joueur à vaincre les Sept Suprêmes, les boss ultimes du jeu. Pour glaner son second succès, il s’est mis en quête de Kthaanid, le terrifiant monstre marin. Débarqué dans une étrange ville sous-marine n’obéissant à aucune règle normale, il en apprend plus sur son adversaire.

Mais tout va très vite. En effet, il n’a que sept jours, avec ses alliés, pour déterminer une stratégie, comprendre le fonctionnement de la cité et terrasser ce monstre. Et pour couronner le tout, Rakuro a accepté, dans la vraie vie, de participer à un tournoi de jeux vidéo pour affronter Star Rain, l’équipe des champions étasuniens, sur le prochain titre des créateurs de Shangri-la Frontier, Galaxia heroes Chaos. Comment va-t-il concilier ces deux objectifs ?

shangri la frontier

Shangri-La Frontier tome 12 : deux salles, deux ambiances

La première partie de cet opus reprend là où s’est arrêté le précédent, au cœur d’une cité des abysses. L’ambiance lorgne du côté de l’horreur grâce au bestiaire mi-hommes, mi-poisson, à l’architecture étrange de cette cité. Les murs sont décrépis, le bois est dévoré par l’humidité. Tout semble sur le point de s’effondrer, d’être englouti et pourtant tout se redresse. La même étrangeté accompagne fonctionnement de la gravité : celle-ci est inversée. Le lieu agit dès comme un labyrinthe, un défi au bon sens, qui amène nos héros aux limites de leur capacité.

Or, la seconde partie change radicalement d’ambiance. Notre héros se retrouve plongé, en V.R, dans un univers super-héroïques digne d‘Avengers 1 ou Batman Arkham City. Il doit choisir entre incarner un super-héro sauver la ville et les innocents ou être un super-vilain et semer le chaos. A la moiteur de la ville fantomatique répond la froideur d’une métropole moderne accompagnée de tout le folklore issu des comics. A la faune marine succèsde le folklore super-héroïque où l’auteur pastiche The Flash, Poison Ivy….

shangri la frontier

L’esprit du gamer

Ce 12ème volume s’intéresse à nouveau au fonctionnement du cerveau de gamer. Katarina montre d’abord comment les compétences de transmettent de jeu en jeu. On ne devient pas un bon joueur, on le devient à force d’épreuves, de bonds entre différents univers, d’expérimentation entre des gameplays différents. Le jeu développe un esprit d’enquête ; un sens de l’improvisation qui s’aiguise de partie en parties. Ce qui donne toutes ses lettres de noblesse à l’e-sport évoqué à travers l’équipe américaine.

Shangri-la Frontier s’intéresse aussi à la relation intime qu’entretiennent les gamers et les concepteurs de jeu vidéo. Ces derniers, tels des artistes apposent leurs marquent, sont reconnaissables par leur gameplay, leur manière de construire leurs univers. Les gamers, tels des critiques d’art, traquent ces marqueurs pour repérer les créateurs et anticiper leurs pièges. La création vidéo-ludique se transforme elle-même en jeu où il faut déjouer les attentes, surprendre sans décevoir, satisfaire sans ennuyer.

shangri la frontier

Shangri-La Frontier : de toute beauté

Nous le signalons à chaque tome mais Shangri-La Frontier est un manga visuellement extraordinaire. La richesse des décors ne se dément encore pas, la diversité des créatures, ici le bestiaire marin, pioche autant dans la mythologie que dans la pop culture. Et il en va de même pour la plongée dans l’univers des Comics ou la représentation du monde réel. Tout demeure magnifiquement dessiné, cadré et mis en scène.

La force de ce dessin tient dans sa capacité à nous faire passer en quelques cases dans des ambiances radicalement différentes. Le monde sous-marin joue sur le registre de l’horreur : nous ne sommes pas loin du vaisseau de Davy Jones de Pirates des Caraïbes II. Le monde super-héroïque joue au contraire la carte du réalisme et nous fait vivre le quotidien de Spiderman. De même, le dessin nous fait passer par tous les états : angoisse, humour, parodie, sérieux, hommage, mystère. Le tout au service d’une histoire, racontée à hauteur de joueurs, qui rappelle que, même dans ces univers virtuels, ces gamers n’ont pas perdu leur humanité.

Ce 12ème volume de Shangri-La Frontier est passionnant de bout en bout. L’univers ne cesse de s’étendre et nous n’avons plus qu’une hâte : dévorer le volume suivant. La série est à retrouver sur le site des éditions Glénat.