Critique du volume 1 de Demons Stars : le looser magnifique

0
2344
demons stars

L’éditeur Kazoku nous offre en ce printemps un nouveau titre, Demons Stars qui devrait plaire aux amateurs de comédie scolaire déjantés. Scénarisée par Shuji Abe et dessiné par Shin Mikuni, cette introduction nous a totalement conquis et nous vous expliquons pourquoi.

Bienvenu en enfer

Yusuke Kokubo, lycéen de 15 ans, traîne une malchance unique. A chaque étape importante de sa vie, un imprévu enterre ses espoirs. Il rate encore et toujours les concours d’entrée au lycée.  Et avec cette suite d’échecs, ses rêves de devenir avocat s’éloignent. Une dernière chance lui est offerte : intégrer le lycée Miyato, le pire de la ville, le plus violent où règne la loi du plus fort.

Et si cette perspective ne suffisait, Yusuke apprend d’un « exorciste » qu’il est la cible d’un démon qui le tuera dans trois mois. Pour conjurer le sort, il obtient un carnet où est écrit le futur. Il obtient l’occasion de réécrire son avenir et d’échapper à son funeste destin. En apparence tout du moins car chaque réécriture de son histoire induit une nouvelle série d’épreuves au cœur d’un lycée tenu par des gangs. La course contre la mort commence.

demons stars

Demons Stars, quand G.T.O rencontre Death Note

Ce premier titre nous régale par sa construction. Il va, en effet, proposer de remonter dans le temps pour comprendre un agneau, un lycéen sans histoires est devenu la terreur de son lycée. Il y a dans ce volume un vrai côté G.T.O avec ses gangs, ses embrouilles et ce décalage permanent. Car, à la différence d’Onizuka, un loubard qui doit faire ses preuves comme enseignants, ici, c’est un premier de la classe qui doit faire ses preuves comme loubard. Et on s’amuse de la créativité de l’auteur pour imaginer comment cette brebis emprunte le costume du loup.

Mais cette transformation entraîne toute une chaîne de causalité, un effet papillon permanent provoqué par la possession du carnet. La référence à Death Note saute aux yeux mais en évacuant la dimension dramatique pour laisser la place à un humour ravageur. Yusuke lutte contre un destin tragique et est entraîné dans une course perpétuelle. À chaque problème réglé, il en crée de nouveaux encore pires. C’est toujours drôle, bien vu et surprenant.

demons stars

Bienvenue en Idiocracy

Demons Stars détourne avec brio les codes du manga scolaire, du manga de gangs. D’un côté en effet, il construit toute la mythologie de cet univers : les sociétés secrètes, les rites, les légendes, sa hiérarchie. Il ajoute les habituels archétypes : les premiers de la classe harcelés, les petites frappes, les meneurs de l’ombre, les looks improbables. Tout se règle à coups de poing sans la moindre intervention des enseignants.

Mais Demons Stars va totalement trahir, dans le bon sens du terme, ces codes. En effet, tout baigne dans une joyeuse folie animée par la naïveté ambiante. D’un côté, les voyous, pris dans leur monde secret, se laissent berner par Yusuke.  De l’autre, les intellectuels qui sur-interprètent les actes de ce dernier l’imaginant avoir toujours trois coups d’avance. Il en résulte un humour permanent provoqué par ces interprétations toujours loufoques.

demons stars

Demons Stars, un dessin inspiré

Cette belle narration s’appuie sur une ambiance graphique d’excellence. D’une part, elle parvient à retranscrire toute l’ambiance de folie qui baigne le récit. Les gros plans, les décors, servent à merveille cette plongée dans ce lycée improbable. D’autre part, Shin Mikuni utilise à merveille les codes du genre : les tenues vestimentaires, les coupes de cheveux, l’architecture de l’établissement. L’univers de G.T.O croise celui d’Akira.

Ce dessin sert surtout l’incroyable dynamisme et le mélange des genres de ce tome 1 de Demons Stars.  L’histoire file à toute vitesse au gré des multiples caprices du destin et de l’arrivée de nouveaux « boss » comme dans un jeu vidéo. De plus, ce manga alterne les ambiances différentes : comédie scolaire, histoire de gang, enquête policière… Tout y passe dans une construction toujours fluide et cohérente.

C’est donc une très belle découverte que ce Demons Stars. Récit drôle, référencé, nerveux, il réussit son pari de renouveler un genre riche en titres de grande qualité. Vivement la suite. Retrouvez ici tous les manga publiés aux éditions Michel Lafon.