Unlocked, le nouveau film sud-coréen à ne pas rater

0
1891

Unlocked est un film sud-coréen réalisé par Kim Tae-joon d’après le roman d’Akira Shiga. Il est sorti sur Netflix en streaming le 17 février 2023. Avec Chun Woo-hee, Yim Si-wan et Kim Hee-won.

L’histoire

Na-Mi perd son téléphone portable et se retrouve attrapée dans les filets d’un psychopathe dangereux.

Impressions

Si le scénario peut se contenter d’une seule phrase, la réalisation n’est pas moins complexe, faisant preuve d’une extrême méticulosité. Im Si-Wan, semble s’affirmer et se complaire dans ce genre de rôle visqueux et organisé. Son sourire bon enfant devient alors source de frissons et de mal-être. Que va-t-il arriver à Na-Mi derrière ce sourire angélique et presque compatissant ?

Unlocked soulève plusieurs points importants. Nous l’avons compris depuis longtemps, de nos jours, la plupart des êtres humains sauvegardent leur vie dans un téléphone. Celui-ci est devenu la prolongation de la main, une drogue dont la perte peut s’avérer la fin du monde. Avec raison, certes, car adresses, vidéos, photos, informations, réseaux sociaux, exposés, travail, codes, numéro de compte bancaire, de sécurité sociale… des conversations privées… tout est stocké virtuellement dans cet appareil. (Inexistant dans l’enfance et la jeunesse de certains, et pourtant, nous avons survécu !).

De nos jours, une rumeur fait le tour de la planète

Un autre point très grave, ce sont les fausses informations qui peuvent arriver à circuler sur Internet. Les conséquences. Avant, à l’époque où les ordinateurs n’étaient qu’illusion, une rumeur circulait entre voisins, dans un petit village… la télévision nous a toujours manipulé, souvent à notre insu, mais c’est quand même « quelque chose » qui restait de l’autre côté de l’écran. Il n’y avait pas de vraies interactions. De nos jours, une rumeur fait le tour de la planète. Ces fausses informations arrivent jusqu’aux oreilles, ou plutôt jusqu’aux yeux de toutes ces personnes qui sont prêtes à tout croire. Et ne rien pardonner. Ainsi, comme il est du domaine de l’impossible de prouver le contraire, ladite information devient une réalité, avec les conséquences qui s’en découlent. La personne se fait licencier, ou harceler et même, menacer de mort.

fullsizephoto1611564 Unlocked, le nouveau film sud-coréen à ne pas rater

Se faire hacker de nos jours est synonyme de viol. Nous sommes nus devant un intrus que nous ne connaissons même pas. La paranoïa s’installe. Les premiers plans la rendent beaucoup plus palpable et réelle. La musique du compositeur Dalpalan (Vanishing Time: A Boy Who Returned, Believer, The Call entre tant d’autres) la densifie. Joon-Young, joué par un Im Si-Wan terrifiant et sûr de lui, s’amuse comme un chat avec une souris sans raison apparente. Si nous observons un chat jouer avec une souris, nous pouvons constater la plupart du temps qu’il affiche une moue ennuyeuse et assez plate. Dévorer sa proie sans préliminaires semble dénoué de tout intérêt. Et même si le but ultime est de manger la pauvre malheureuse, toute cette attente rend le moment insupportable pour tout témoin.

Cela prouve la totale désinhibition à laquelle nous sommes de plus en plus soumis

Le Japon souffre en ce moment de ce qu’on appelle le #sushiterrorism. Des internautes se filment en train de lécher des sushis ou de bouteilles de sauce de soja dans les « kaitenzushi », ces bars à sushis où la nourriture défile sur un tapis roulant. La raison ? Est-ce parce que c’est drôle ? Est-ce pour attirer des millions des vues ? Le fait est que ce phénomène ne fait rire que leur cour et que cela prouve la totale désinhibition à laquelle nous sommes de plus en plus soumis. Le téléphone portable est devenu une arme, un instrument qui peut détruire facilement la vie d’autrui. Et le pire c’est que cela est rentré dans les normes. Cela fait partie désormais de notre vie.

Na-Mi, joué par l’extraordinaire actrice Chun Woo-Hee (Ah ! Géniale dans « Vertigo ») passe d’être la victime à devenir le prédateur. Le changement d’attitude est notoire et entraîne toute une autre dynamique à la trame. Si le film pourrait pêcher d’une certaine lenteur où l’on aurait presque envie de pousser tout le monde à faire quelque chose, ce n’est que pour nous immerger dans l’atmosphère méthodique et méticuleuse du psychopathe. Na-Mi n’a plus rien à perdre et l’homme en face d’elle s’avère être un monstre abominable.

Unlocked joue avec nos peurs primales, s’épanche dans ce sentiment de claustrophobie et d’impuissance qui peut provoquer l’intrus invisible. Joon-Young fait des nous ses marionnettes et la pièce de théâtre dont il est le créateur fait de lui un dieu déchu qui tire quand même les ficelles de notre vie. Même si le cinéma sud-coréen a déjà fait mieux, ce film a le mérite de nous garder les yeux rivés sur l’écran tout le long du visionnage. Son suspense et la peur qui s’en découle prennent appui sur l’interaction avec le spectateur. C’est une histoire qui pourrait arriver à n’importe qui d’entre nous, dans une société où l’absence de téléphone portable est devenue inimaginable.