Critique du tome 11 de Shy : espoir et désespoir

0
548

La série Shy est entrée depuis deux tomes dans un nouvel arc narratif. Conservant son esprit résolument shonen, l’œuvre adopte néanmoins un ton plus sombre tandis que l’action toujours présente laisse une place à l’introspection et à l’exploration du passé de nos héros et de leurs ennemis. Ce 11è volume ne déroge pas à cette règle confrontant Shy à son douloureux passé tandis que l’univers s’agrandit encore tant du côté des héros que des vilains.

Shy à tout prix

Les précédentes victoires contre Amalarilk (voir ici la critique du tome 10) n’ont fait qu’attiser la colère de ce groupe de super-vilains. Leur chef, le mystérieux Stigma, a défini de nouveaux objectifs : capturer Shy. En effet, la jeune héroïne du Japon a développé une étonnante capacité. Elle parvient à interférer avec les anneaux, ces artefacts encore méconnus que porte chaque membre d’Amalarilk et qui les rend facilement manipulables par leur mentor. Pour Stigma, il est urgent de contrer cette menace mortelle.

Il déclenche donc une traque féroce et malgré la protection des autres héros de la Terre, Shy décide de se mettre en retrait et de ne plus user de ses pouvoirs. Mais Amalarilk ne renonce pas facilement et multiplie les opérations. Pour les héros, il faut se démultiplier, pour Shy, apprendre de nouvelles capacités tandis que le mystère autour des anneaux s’épaissit et que Stigma dévoile un nouvel atout.

9782505114352 p 2 Critique du tome 11 de Shy : espoir et désespoir

League of heroes vs legion of vilains

La richesse de l’univers de Shy se dévoile à nouveau dans cet opus riche en révélations et en personnages. En effet, de nouveaux héros apparaissent : celui de la Grèce, de l’Inde ou de la Thaïlande. Présentés dans le volume précédent, ils ont droit à un vrai développement insistant autant sur leur puissance que leur vie intime, leurs doutes, leur hobby. Ce 11è tome perpétue la tradition du décalage en nous offrant une improbable et hilarante séance de karaoké, occasion pour l’auteur d’humaniser ses jeunes personnages.

Les adversaires ont aussi droit à un développement conséquent. Bukimi Miki en dévoile un peu plus sur leur passé, leur enfance surtout. Le lecteur se doutait qu’ils vivaient avec d’importants traumas. L’histoire s’intéresse d’un peu plus près à leur itinéraire comme pour nous annoncer que l’emprise de Stigma peut être vaincue. Ceci donne au récit une nouvelle force notamment dans les affrontements entre les deux camps. Le lecteur ressent toute la frustration accumulée par ses serviteurs du Mal et tout le dilemme des héros dans leur volonté de les ramener vers la lumière.

9782505114352 p 7 Critique du tome 11 de Shy : espoir et désespoir

Les mystères de Shy

Ce 11è volume tout en proposant de longs passages centrés autour des autres héros proposent des révélations étonnantes sur Shy et sur ses pouvoirs. En effet, dès les premières pages, nous en apprenons beaucoup sur la sœur de Shy, Shine, la précédente super-héroïne du Japon, aujourd’hui disparue. Elle semble être l’inverse de sa sœur : forte, cheffe dans l’âme, ne doutant jamais. Pourtant, son drame encore nimbé dans l’inconnu, sa personnalité, nous laissent entrevoir des choix déchirants et des sacrifices terribles.

L’autre mystère entourant Shy concerne à la fois ses pouvoirs et sa connexion avec le cœur. Son extrême sensibilité en tant humaine expliquerait la puissance de son pouvoir de super-héros. Ne serait-ce pas là l’une des clés de l’univers de ce manga ? L’homme et le héros sont interconnectés à travers deux univers inverses. Ce qui est une faiblesse dans le monde réel se transforme en pouvoir dans celui des super-héros. Et tout semble indiquer que notre héroïne n’a qu’entraperçu la vraie nature de sa puissance.

shy

Here comes a new challenger

Au fur et à mesure que l’histoire progresse, la menace se précise. Stigma en effet sort enfin de sa réserve à la fin de ce volume. Celui dont on ne sait encore rien mais dont l’ombre plane sur notre héroïne depuis le premier tome se risque à une confrontation avec nos héros. Qu’a-t-il en tête ? Quels liens l’unissent avec Shy ? Le personnage est tellement retors que l’on frissonne à l’idée du piège qu’il a concocté à nos héros.

Une autre menace s’incarne à travers les bagues. Que sont réellement ces artefacts ? Des inhibiteurs, des catalyseurs ou des libérateurs ? Toutes ces questions se focalisent autour du personnage de Iko, l’une des premières victimes des machinations de Stigma. Grâce à Shy, elle a pu dans le volume 1 briser l’envoûtement de la bague. Elle reste néanmoins liée d’une étrange façon à ses anneaux. Et ce volume 11 nous le rappelle avec fracas en remettant en cause, avec brio, tout ce que nous croyons savoir. Iko et ces anneaux semblent destinés à jouer un grand rôle.

Ce volume 11 poursuit le sans faute réalisé par la série Shy depuis le début. Changement de ton, variation du rythme, révélation savamment dosée, Bukimi Miki maîtrisent la narration à la perception pour maintenir intacte notre curiosité.