Critiques de la franchise Insidious

0
2863

Insidious – « La nuit dernière, je me suis regardé dormir »

Un petit garçon plonge visiblement dans le coma après être tombé d’une échelle.

Chaque sourdement d’esprit est parfaitement maîtrisé en étant imprévisible et inquiétant. Les Ghostbuster sont assez cocasses avec leurs approches peu académiques. Le film relève l’exploit d’effrayer – il est véritablement flippant – sans massacrer quiconque. Les jumpscares sont, pour une fois, réellement retors et ingénieux. Un cliffhanger final qui promet une suite sensationnelle.

IMG 0109 Critiques de la franchise Insidious

Insidious : Chapitre 2 – « Il y a une personne derrière toi »

En allant chercher Dalton dans le précédent volet, son père est revenu avec une entité maléfique.

Quelques mois à peine après Conjuring – les dossiers Warren, James Wan itère avec des mécaniques similaires mais toujours efficaces. Il y a même une brillante histoire sur un serial killer dont il est étonnant que le réalisateur n’ait pas produit un spin-off sur lui tant il adore le faire avec son autre saga. Néanmoins, le cliffhanger final est moins mémorable que celui du premier et l’impression de déjà-vu saborde quelque peu l’œuvre.

IMG 0110 Critiques de la franchise Insidious

Insidious : Chapitre 3 – « Quand tu appelles un mort, tous les autres t’entendent »

Plusieurs années avant les déboires de la famille Lambert, Quin Brenner sort d’un coma léger avec un spectre attaché à elle.

Déjà, faire une préquelle est une idée stupide qui n’était nullement nécessaire. Leigh Whannell effectue un travail remarquable pour une première œuvre mais ce n’est pas novateur comme l’était le premier. Le principal souci viendrait de son titre car à part quelques personnages qui sont réutilisés, cela conviendrait totalement indépendamment. Néanmoins, même avec le son douillettement baissé, le métrage augure quelques sursauts de stupéfaction.

IMG 0111 Critiques de la franchise Insidious

Insidious : La Dernière Clé – Il y en a dans la maison. Ils sont partout »

Élise assiste, impuissante, au décès de sa mère. Des années plus tard, des manifestations étranges surviennent dans la maison de son enfance.

Comme c’est devenu l’habitude au fil de la franchise, le métrage s’amuse avec l’angoisse, une acoustique surprenante et des jumpscares industrieux. Contrairement au dernier volet, ce film a quelque chose à raconter sur deux hommes démoniaques qui ne sont pourtant pas des esprits malveillants. Insidious : la dernière clé amène un regard neuf sur un personnage emblématique de la saga. Néanmoins, la scène finale promet une énième itération…

IMG 0112 Critiques de la franchise Insidious

Insidious: The Red Door – « Si on est bourrés, on pourrait te baiser »

Dalton va à l’université, mais il est confronté à des visions cauchemardesques.

Ce film clôt enfin l’épopée des Lambert, après dix années d’à-côtés. Patrick Wilson est promu au rang de réalisateur, mais il se satisfait d’une mise en scène désolante basée sur une profusion de jump-scares plus du tout inspirés. Néanmoins, le métrage dissèque analytiquement et efficacement les meurtrissures et les turpitudes entre un père et son fils. Bref, le metteur en scène a vainement cherché à faire la différence en abordant quelques originalités pour nous concocter un final qu’on aurait apprécié comme une apothéose.