More
    More

      Critique « Psychokinesis » de Sang-Ho Yeon : un film de science-fiction coréen

      Sang-Ho Yeon, le génial réalisateur de Le Dernier Train pour Busan est de retour, directement sur Netflix, avec un autre film du genre : Psychokinesis. Un homme ordinaire se découvre des super-pouvoirs qu’il va utiliser pour défendre sa fille contre la police corrompue et la mafia coréenne.

      Dans la droite lignée de Chronicle

      Avec Le Dernier Train pour Busan on était en droit d’obtenir un véritable chef d’oeuvre pour ce nouveau film. Le cinéaste jouait avec les codes du genre pour livrer une profonde oeuvre politique et horrifique. Avec Psychokinesis, Sang-Ho Yeon utilise la même approche. Il joue avec les codes des films de super-héros et se sert de cette approche pour dénoncer la corruption de son pays. Pourquoi est-ce dans la lignée de Chronicle ? Parce que Sang-Ho Yeon utilise une approche très réaliste dans la matérialisation des pouvoirs. Avec des effets spéciaux presque fauchés, il donne une atmosphère mi-réaliste mi-jeux vidéo à la manière de Josh Trank dans Chronicle (2012).

      C’est également une manière de réfléchir à comment un individu lambda réagirait avec des super-pouvoirs. C’est ce qu’a tenté de raconter maladroitement Nick Love en 2016 avec American Hero. Sang-Ho Yeon oppose les pouvoirs d’un homme seul face à l’entièreté d’un gouvernement corrompu. Il oppose le peuple aux puissants et expose l’impuissance du premier face aux seconds.

      Un manque cruel de renouvellement


      Malheureusement Psychokinesis ne va pas plus loin que ce postulat de départ. Avec son final en apothéose, rien n’est bien surprenant dans le film de Sang-Ho Yeon. Les personnages sont relativement stéréotypés, les relations classiques, et les enjeux communs. Le personnage principal est un père qui va devoir rattraper ses années d’absence avec sa fille qui le déteste. Il va devoir faire ses preuves, aidé par ses super pouvoirs. Classique donc. Les enjeux opposent un groupe de jeunes individus prêts à tout pour défendre leur terre face à une police corrompue au service d’une milice qui cherche à racheter le local. Bref rien de bien surprenant. Les ressorts émotionnels fonctionnent à minima. Finalement, l’intérêt premier de Psychokinesis, c’est bien le décalage entre le film de super-héros et la culture coréenne.

      Malgré son postulat de départ ultra séduisant, Psychokinesis déçoit. Le traitement est ultra classique, les personnages fades et les situations éculées. Reste des effets spéciaux et une approche réaliste qui n’est pas sans rappeler Chronicle, classique du genre.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.