More
    More

      Critique DVD « Une Vie » de Stéphane Brizé : spleen d’époque

      Auréolé l’année dernière du prestigieux prix Louis-Delluc, Une Vie de Stéphane Brizé fut l’occasion pour son réalisateur de proposer une nouvelle variation de sa poétique sociale appliquée à un film d’époque. C’est ainsi qu’il adapte l’un des plus célèbres romans de Maupassant qui y relate les amères désillusions jalonnant d’une vie, celle de Jeanne Le Perthuis des Vauds, une jeune femme, qui, tout juste sortie du couvent, est confrontée au machisme tentaculaire d’une société en pleine mutation. Sensible à l’esthétique picturale du roman qui emprunte beaucoup aux peintures réalistes de Gustave Courbet, le réalisateur a la bonne idée d’exposer cette destinée de manière elliptique et en donnant la part belle à la Nature. 

       

      Mélancolie de l’âme

      Une-vie-Stéphane-Brizé

      « Je suis un regardeur » a écrit Maupassant. Force est de constater que Stéphane Brizé a conservé le même poste d’observation ainsi que le double regard qu’il porte à ses personnages et à la Nature. Personnage à part entière du film, cette dernière semble réfléchir et donner le tempo du quotidien de la jeune femme qui semble être en symbiose avec ce décor normand sublimé par la photographie d’Antoine Héberlé. Touchante de mélancolie, Judith Chemla trouve ainsi un bel équilibre entre la délicatesse de caractère de Jeanne et la décrépitude de sa condition sans tomber dans le piège d’un misérabilisme poussif. Elle parvient ainsi à imposer sa place entre le décor éclatant et vampirisant des paysages normands et ces personnages masculins parfois paroxysme du grotesque. Peu musical, ce sont les sons du quotidien et de l’extérieur qui rythment intelligemment le film. On reprochera toutefois le recours massif à l’ellipse qui, en ne proposant que très peu d’instants, désamorce parfois la portée dramatique de certains événements ou empêche le spectateur de saisir dans sa globalité les enjeux de certaines scènes. Reste un film sensible et gracieux qui, en évaporant la tonalité moraliste du roman, s’affiche comme une belle captation de la Vie qui échappe à quelconque tentative d’univocité. 

       

      Bonus DVD

      le-prix-louis-delluc-decerne-a-une-vie-de-stephane-brize,M401748

      La sortie DVD est ainsi l’occasion d’en apprendre un peu plus sur la genèse du film et sur ses conditions de tournage. Diaphana réalise ainsi un joli travail en proposant d’excellents compléments tels qu’un entretien très enrichissant avec Stéphane Brizé mais aussi un autre qui s’attarde cette fois-ci sur des aspects plus techniques et dans lequel Antoine Héberlé et Pascal Jasmes (respectivement directeur de la photographie et chef op) qui évoquent leur travail sur le tournage.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité