More
    More

      Svetlana Alexievitch, prix Nobel de Littérature 2015

      Svetlana Alexievitch est la première auteure biélorusse à recevoir aujourd’hui, Jeudi 8 octobre 2015, le prix Nobel de littérature. L’académie suédoise sacre

      «  son oeuvre polyphonique, mémorial de la souffrance et du courage de notre époque ».

      Son œuvre engagée, notamment orientée vers les événements politiques et de défense de la Russie, a fait d’elle un auteur dont la production oscille entre littérature, documentaire et analyse historique. Elle rejoint le banc serré des trois Biélorusses à avoir reçu un prix Nobel.

      Elle est aussi connue pour avoir reçu le prix Médicis essai en 2013 pour La fin de l’homme rouge ou le temps du désenchantement publié chez Actes Sud.

      Retrouver les œuvres suivantes de Svetlana Alexievitch, traduites en français :

      • Les cercueils de zinc / traduit du russe par Wladimir Berelowitch avec la collaboration d’Elisabeth Mouravieff. – Paris : C. Bourgois, 1990. – Traduction de: Cinkovye mal’čiki
      • Ensorcelés par la mort : récits / traduit du russe par Sophie Benech. – Paris : Plon, 1995. – Traduction de: Začarovannye smert’ju
      • La Supplication : Tchernobyl, chroniques du monde après l’apocalypse / traduit du russe par Galia Ackerman et Pierre Lorrain. – Paris : France loisirs, 1998. – Traduction de: Černobyl’skaja molitva
      • Les cercueils de zinc / témoignages réunis et présentés par Svetlana Alexievitch ; traduit du russe par Wladimir Berelowitch et Bernadette du Crest ; avec la collaboration d’Elisabeth Mouravieff ; preface de Dimitri Savitski. – Paris : C. Bourgois, 2002. – Traduction de: Cinkovye mal’čiki
      • La guerre n’a pas un visage de femme / traduit du russe par Galia Ackerman et Paul Lequesne. – Paris : Presses de la Renaissance, 2004. – Traduction de: U vojny ne ženskoe lico
      • Derniers témoins / traduit du russe par Anne Coldefy-Faucard. – Paris : Presses de la Renaissance, 2005. – Traduction de: Poslednie svideteli
      • La Fin de l’homme rouge : ou Le temps du désenchantement / traduit du russe par Sophie Benech. – Paris : le Grand livre du mois, 2013. – Traduction de: Vremja second chènd

       

      Pour mémoire, c’est Patrick Modiano qui avait reçu l’an dernier le prix Nobel de littérature 2014 pour son oeuvre littéraire.

      Source : Nobelprize.org 
      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité