E-Ratic se recharge dans le tome deux

0
137

Après le premier tome électrisant d’E-Ratic, le scénariste et dessinateur Kaare Andrews poursuit sa série dans un tome deux chez Black River sur un Spider-Man à durée limitée…

Un Spider-Man sous tension…

Le premier tome d’E-Ractic partait d’un monde bouleversé par l’apparition de pouvoirs chez les individus. On suivait Oliver Leif, collégien venant d’arriver dans la ville de Mapleton. Il est le marginal de l’école et subit les brimades des joueurs de foot ou de la brute Arbutus. Il faut dire qu’il est maladroit et fan de comics. En secret, Oliver est un super-héros sous l’identité d’E-Ratic. Étant un Renaissant, il possède des pouvoirs mais uniquement pendant dix minutes. Malgré ce twist réussi, on pense très souvent à Spider-Man.

La vie d’Oliver se complique dans le deuxième tome d’E-Ractic. Considéré comme un criminel, il est poursuivi par l’agent Zed du FBI. Oliver craint d’échouer et de blesser ses proches d’autant plus qu’il a libéré le Vacant, une masse consciente d’énergie. il lui reste 68 minutes pour éviter son retour. E-Ratic rencontre également la princesse Ianna, une Amazone venue d’Agartha pour lutter contre le Vacant.

et un lycéen bien entouré…

En parallèle, le scénario de Kaare Andrews construit tout un monde autour d’Oliver. Son grand frère Casper est son opposé complet. Il se fait très vite des amis par son affabilité et ses qualités physiques de footballeur américain. A la suite de la disparition de leur père, la mère d’Oliver emmène sa famille à Mapleton pour changer de vie dans une ville de banlieue. On pourrait croire qu’elle se reprend en main : elle a un emploi et un nouveau compagnon, mais, en réalité, c’est un échec. Elle est endettée et retombe dans l’alcool au point de s’endormir son verre à la main. Ce n’est pas l’arrivée d’un nouveau membre de la famille qui va simplifier la situation.

Au lycée, Oliver se lie d’amitié avec Bijou, un autre geek fan de Donjons et Dragons. Il vit une histoire d’amour une fille populaire, Kristen Smith. L’ayant sauvé d’un criminel, il lui a révélé son identité secrète d’E-Ratic. Sous cette identité, le jeune homme est aidé par doc Peters.

Les craintes d'E-Ratic
Les craintes d’E-Ratic

… dans une série parodique

On comprenait progressivement dans le tome un que Kaare Andrews se détache des classiques des super-héros en proposant une parodie de ces récits. Le dessin refuse le photoréalisme, mais s’inspire des cartoons en exagérant chaque expression. Ce nouveau style est de mieux en mieux maîtrisé au fil des épisodes. Les détails sont de plus en plus nombreux sur les grandes cases alors que les scènes plus resserrées insistent sur des expressions des visages dynamiques et efficaces par leur exagération.

Le scénario fait même du récit une dénonciation de la pression scolaire. Dans le premier tome, la professeur de mathématiques enseigne le marxisme tandis que la salle de sociologie est ornée d’une portrait de Kim Jon-Il. L’ensemble des professeurs avait subi un lavage de cerveau par le professeur Marquez. La nouvelle proviseur Whip est une adepte fanatique de la bienveillance au point de sembler puérile. En parallèle, le besoin de protection transforme le lycée en dictature.

Se distinguer par sa supériorité tout en étant dans la norme est l’impératif contradictoire des lycéennes et lycéens. Les geeks profitent de leur connaissance informatique pour obtenir du pouvoir. Même si elle aime un nerd, Kristen veut trouver une solution pour remonter en couple l’échelle de la réputation en faisant d’E-Ratic une star du net. Pourtant, Oliver veut se fondre dans la masse au point d’être invisible. Il craint de blesser des innocents. Il se refuse d’user de son pouvoir et se concentre pour garder en lui son énergie comme le ferait Bruce Banner avec Hulk. La visite de Ianna dans le lycée permet au scénariste de poser un regard candide sur ce monde.

Jouant avec une plus grande subtilité du mélange le récit de super-héros et l’humour, Kaare Andrews transforme l’essai. Le premier tome d’E-Ratic rassemblait la première mini-série qui ayant obtenue un grand succès, se prolonge dans ce deuxième volume toujours aussi fun. Les complexes relations d’Oliver avec ses amis et sa famille font également d’E-Ratic une série touchante sur l’adolescence malgré certaines incohérences.

D’autres articles vous feront découvrir des séries de Black River avec Blanche-Neige et Out of Body.