Suivez Dingo Quichotte tout près des éoliennes

0
325

Revisiter des classiques de la littérature est une pratique très courue de la BD enfantine. Elle l’est encore plus chez Disney qui n’a cessé de s’amuser avec la grande littérature. Découvrez avec Dingo Quichotte comment Cervantes est bousculé par un vent mauvais.

Dingo Quichotte enchante le réel

Dingo Quichotte ou le secret d'une librairie

Le début de Dingo Quichotte peut apporter un sentiment de déjà-vu quand un accident bouleverse le quotidien banal des personnages Disney. Dingo a hérité de sa famille d’une librairie de bandes dessinées, Historias y historietas, mais il méprise ces récits fantastiques. Tout est bouleversé par un boîte remplie de bd. En la recevant sur le coin de la tête, Dingo confond l’imaginaire et la littérature : il subit un cas de possession littéraire ! Dingo se prend pour un chevalier du moyen âge, Don Dingo de Castille et réinterprète tout son environnement ! Mickey devient Sanchito Mouse. Ensemble, ils vont partir dans le monde moderne à la poursuite de voleurs de bétail, d’éoliennes terrifiantes avant qu’une plus redoutable menace se révèle.

Le dessin de Claudio Sciarrone illustre les délires de Dingo Quichotte : un parc d’attraction devient un château. Clarabelle avec son amoureux Horace est une demoiselle en détresse enlevée par un ennemi. Le dessinateur joue sur la colorisation quand un monochrome marron illustre l’attaque du château. De plus, des effets explicitent les parties représentant des comics. Le style de Dingo Quichotte se place dans les canons de la maison Disney mais en les modernisant. L’organisation des éléments dans la case est plus dynamique. Il y a moins de traits et les formes sont moins systématiquement rondes. Le grand format surprend le lecteur habitué à des revues plus petites.

Miguel de Cervantes avec de grandes oreilles

On pourrait croire que Dingo Quichotte est une adaptation très libre, par Disney, du romancier espagnol Miguel de Cervantes. Rien n’est moins sûr. Dingo devient un rêveur dans un monde qui n’est pas fait pour lui. Cette distance correspond parfaitement au sujet du livre de Cervantes. Don Quichotte est un noble désargenté voulant vivre une aventure digne de la geste chevaleresque alors que le monde a changé. Dingo Quichotte touche parfois juste historiquement quand les envahisseurs sont des Normands ou des Languedociens. La dernière partie plus moderne relance l’intérêt et le plaisir de lecture.

Pour une fois, Dingo est le coeur de l’histoire et n’est pas uniquement l’assistant de Mickey. C’est même l’inverse car c’est ce dernier qui suit son ami dans les péripéties nombreuses et souvent réussies. De plus, les dialogues dans Dingo Quichotte sont assez drôles.

Rêver rend audacieux

Le fan de bd dans Dingo Quichotte

Dingo Quichotte oppose deux visions de la littérature. Mickey est fan du genre tandis que Dingo a une vision comptable et familiale. Il veut poursuivre l’œuvre de ses ancêtres mais c’est tout. Mickey est heureux de faire plaisir aux jeunes lecteurs quand Dingo est satisfait de remplir le tiroir-caisse. Quand il tombe malade, c’est parce qu’il a réprimé son imaginaire trop longtemps. Par le syndrome de possession littéraire, la réalité disparaît pour laisser place à un monde foisonnant : un magicien, des chevaliers félons… Cependant, cette confusion est un remède pour le médecin et pour la morosité de Dingo.

Le scénariste Fausto Vitaliano construit dans Dingo Quichotte un monde parallèle dans l’univers Disney. Le livre débute dans la ville imaginaire au nom espagnol, Ciudad de Esmeralda ou la cité des merveilles. Elle est plus moderne car elle fonctionne par l’énergie éolienne. Cependant, il fallait bien des moulins dans une histoire de Don Quichotte.

Le scénariste joue aussi avec les personnages. Horace est le meilleur garagiste de la ville. Clarabelle dirige un restaurant. Pat Hibulaire est le shérif de la ville grâce au soutien du gouverneur. Ce policier corrompu crée des délits imaginaires pour récupérer de l’argent. Sans trop en faire, Fausto Vitaliano dénonce alors l’arbitraire policier. De la même manière, les grands méchants sont ceux qui détiennent le pouvoir dans la ville.

Dingo Quichotte, édité par Glénat, est un parfait récit d’aventure pour les plus petits. Ils ne vont pas s’ennuyer. De plus, le livre est aussi une fable avec une morale joyeuse (et cruciale pour les enfants) sur l’importance de l’imagination.

Retrouvez d’autres chroniques sur des bd Disney avec Donald en vacances et une autre revisite des classiques avec Power Rangers.