Nouvelle Création : On a volé le bras de Costentenus ! au Cirque Electrique

0
451

Hey! La Cie nous fait voyager dans l’univers du tatouage et du cirque au travers d’une création originale On a volé le bras de Costentenus ! Du 20 Octobre au 1er Novembre 2015 au Cirque Electrique.

 

On a volé le bras de costentenusDe quoi s’agit-il ?

Bienvenue dans le Tatoo Hall, un lieu unique honorant la mémoire des grands tatoués dont celle du saint patron « Le Prince Costentenus ». La troupe a, par miracle, recueilli le bras de cet idole et veille sur cette précieuse relique. Seulement cet objet d’art va disparaître. Mais qui volé le bras de Costentenus ?

Présentés par des maîtres de cérémonie particuliers, le spectacle s’apparente à un cirque moderne où les arts traditionnels et originaux (maniement de gramophones, danse cabaret, orgue de barbarie, danse Bûto, mât chinois…) se mélangent aux arts numériques (création de décors animés) pour créer une ambiance onirique très esthétique. Les personnages retracent, par épisodes de vie, l’histoire du tatouage en Occident depuis le 19ème siècle.

« ON A VOLÉ LE BRAS DE COSTENTENUS !, spectacle vivant, commente d’un point de vue fantasmagorique la grande épopée du tatouage depuis le XIXème siècle et l’état d’esprit des grands personnages qui l’ont traversé. Le spectacle s’inspire également des mythes de cet art populaire, égrainant le spectaculaire de ses formes picturales, l’esprit flamboyant et cocasse de ses artistes pionniers et le caractère souterrain des milieux au sein desquels il naviguait. »

 

Capitaine CostentenusLa Légende de Costentenus

Costentenus est LA figure du 19ème siècle sur la scène mondiale du tatouage. Orné de 388 dessins sur l’ensemble de son corps, Costentenus est découvert par l’entrepreneur du spectacle Barnum. Ce dernier va nourrir la légende de Costentenus. D’après sa biographie fantasmagorique, Constantine, rentrant de diverses aventures en Asie, serait tombé aux mains de troupes tartares en Birmanie et aurait été tatoué plusieurs mois durant. D’après d’autres sources, « L’homme de Birmanie », aurait été prisonnier dans un harem égyptien. Plus plausible, de son vrai nom Alexandrinos Georgias, ce grec chrétien serait né dans une province d’Albanie et aurait peut être été tatoué selon sa volonté par des artistes italiens et espagnols.
Son succès vient de ses performances depuis 1874 sur des scènes telles que les Folies Bergères et lors d’expositions ou de conventions. Sa légende persiste car personne ne sait ce que Costentenus est devenu depuis sa dernière apparition publique en 1890…

Sur scène : Mr Djub, Rosita Warlock, Lalla Morte, Yannick Unfricht, Antoine Bitran, Sarah Brown et Alba Faivre
Technique : BatManu, Yannick Unfricht, Frédéric Voisin, Bruno Teutsch,  Ilan Sberro

 

Information pratiques

Du 20 Octobre au 1er Novembre 2015

Cirque Electrique

Place du Maquis du Vercors – 75020 Paris