« Hystéries » : entre humour grinçant et émotion

0
123

Sans vouloir verser dans une approche psychanalytique, le dictionnaire définit l’hystérie comme une excitation violente, inattendue, spectaculaire et qui paraît exagérée.

C’est exactement ce que nous propose cet excellent spectacle sur la base de dix scènes que tout couple est susceptible d’avoir vécues, d’une manière ou d’une autre. Dix situations apparemment anodines, mais qui dérapent vite sur la base d’un mot de trop, d’une réflexion apparemment anodine, d’une simple allusion.

Incompréhensions, mésententes, règlements de comptes, crises plus ou moins larvées, non-dits encaissés depuis des années, malentendus, quiproquos, querelles d’égos, difficultés relationnelles, hypocrisie, perversité, sadisme… Tout y passe et conduit à des crises d’hystérie et à des séparations.

Une pièce à l’humour grinçant

Les scènes, aigres, virulentes, parfois violentes et brutales, sont entrecoupées moments de franche complicité entre les deux protagonistes qui savent qu’ils s’aiment encore, ou se sont aimés, et tentent de sauver la situation. Un humour grinçant ou cocasse, la dérision semblent pouvoir être à même de ramener ces couples à la raison et de relativiser l’importance somme toute très relative de leurs heurts. Mais les mots ont été prononcés, les allusions faites, les procès d’intention réalisés, et la seule issue à ces crises d’hystérie s’avère la séparation.

Les différentes scènes de couple sont habilement séparées par des chansons drôles, enlevées, enjouées dont l’humour contraste avec l’issue fatale de ces crises d’hystérie.

Quelques exemples de répliques, très véridiques, donneront une idée de la tonalité de la pièce :

  • On ne dit pas tout ce que l’on pense, mais quand on dit quelque chose, c’est qu’on le pense !
  • Je vais essayer d’être ce que tu attends de moi
  • Pourquoi tu ne m’aimes plus.

Ce sont des choses qui arrivent

  • Quand on n’est pas ensemble, on oublie pourquoi ça ne marchait pas entre nous, mais quand on se retrouve, on le sait.
  • J’ai envie de toi. C’est parce que je n’ai presque rien mangé au restaurant
  • La solitude à deux, c’est la pire
  • Je ne peux pas avoir des rêves pour deux. Il faut que tu les alimentes un peu
  • Quand on est une femme et que l’on a du poil au menton, en général on l’épile

 

La pièce s’achève sur ces propos qui sont un bon résumé :

On est si différents, comme le jour et la nuit, comme le noir et le blanc, comme une crise d’hystérie !

 

La pièce est brillante : drôle, émouvante, réaliste, parfois violente et cinglante ! Elle ne manque évidemment pas de nous rappeler certaines situations vécues ou presque qu’un minimum d’intelligence ou de compréhension de l’autre auraient fait tourner différemment.
L’amour reste, fort heureusement, le plus grand des mystères, et celui qui donne le plus de sens à la vie !

Les trois interprètes, Nathalie Freymond, Nathan Pannatier, Olivier Giroud, font preuve d’une belle énergie et d’une étonnante vitalité. Une excellente mise en scène de Gaétan Mottet, fait d’Hystéries un spectacle à ne manquer sous aucun prétexte.

 

Informations pratiques :

Au Verbe Fou

Du 6 au 30 juillet
Relâche les 12, 19, 26 juillet

Texte : Alexis van Statum
Mise en scène : Gaétan Mottet
Interprètes : Nathalie Freymond, Nathan Pannatier, Olivier Giroud