More
    More

      Live Report du concert de Thylacine à la Gaité Lyrique

      Alors que l’été n’est pas encore officiellement là, Thylacine nous a donné très très chaud à la Gaîté Lyrique à l’occasion du festival Futur en Seine vendredi dernier. 

      Celui qu’on surnomme le loup* (Le thylacine est un loup de Tasmanie disparu depuis plus de 70 ans, pour les néophytes du monde animal) a encore fait très fort vendredi dernier à la Gaîté Lyrique.

      A 23 ans, Thylacine aka William Rezé, enchaîne les EP et ne manque certainement pas de ressources. Il commence en effet très jeune une formation de saxophone au conservatoire d’Angers, qui lui permet de découvrir l’univers du jazz et de l’improvisation. Il joue dans différents groupes à la recherche de plus de liberté mais en vain. En 2012, il trouve enfin sa voie, et décide de se lancer en solitaire dans l’électro. Il se distingue de l’univers d’autres musiciens, en apportant un monde sonore totalement planant, avec un renfort d’instruments acoustiques, dans un univers visuel absolument transcendant.

      C’était un pur moment de création artistique. Grâce à Laëtitia Bely, qui s’occupe habituellement de tout ce qui est mapping et art visuel, Thylacine abolit toutes les distances entre public et artiste. Chaque spectateur peut ainsi prendre part à cette performance à la fois apaisante et évocatrice. Le public a véritablement l’impression d’entrer dans la musique grâce à la synchronisation parfaite de l’image et du son.

      Thylacine nous fait voyager dans le monde entier : sa prestation au saxophone du morceau Home, mélange de jazz et d’électro, nous envoie quelque part en Allemagne, probablement dans la colocation imaginaire de Paul Kalkbrenner et un musicien des rues de la Nouvelle-Orléans. Il improvise avec une violoniste rencontrée à New-York. On se sent alors tout petit devant cette rencontre insolite entre un soliste du philharmonique de New-York et un percussionniste africain. Thylacine conclue sur un dernier morceau en avant-première de son prochain album qu’il a écrit alors qu’il voyageait à bord du Transsibérien et nous renvoie à une galopée sauvage en Mongolie.

      En résumé, les spectateurs en ont pris plein les yeux et les oreilles pendant cette soirée où ils ont pu apprécier les titres originaux de Thylacine.

      Pour ceux qui ont raté ce rendez-vous, ne vous inquietez pas, il est toujours possible de le voir, revoir ou découvrir prochainement :

      le 26 juin à Solidays, Paris

      -le 27 juin au festival du Rock dans tous ses états, Evreux

      -le 4 juillet au montreux jazz festival, Montreux

      Aux Francopholies, Dour, Vieilles Charrues et encore bien d’autres….

      Pour le suivre sur son facebook : https://www.facebook.com/thylacine.w
      Pour écouter son Bandcamp : https://thylacine.bandcamp.com
      Site officiel : http://www.intuitive-records.com

      En attendant, voici de quoi apprécier sa musique :

       

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.