More
    More

      My Hero Academia tome 32 : en place pour le final

      La série My Hero Academia enchante le public français depuis 2016. Publiée par les éditions Ki-Oon, elle n’a eu de cesse de se renouveler partant des codes classiques du shonen pour basculer vers un ton plus sombre. L’ensemble s’appuie sur le parcours de son héros que n’aurait pas renié Jospeh Cambell. Avec ce 32ème tome éblouissant, le manga aborde son ultime arc narratif (selon les dires de l’auteur) et réunit tous les fils de son intrigue riche y compris ceux développés dans les longs métrages indépendants. 

      Au bord du précipice

      Dans l’arc précédent, les héros de My Hero Academia ont fait face à la plus terrible des alliances. L’Alliance des Super-vilains dirigée par Tomura Shigaraki et l’armée de Libération des super-pouvoirs menée par Re-Destro ont fusionné pour former le Front de Libération du paranormal. Tomura Shigaraki, l’héritier de All for one se retrouve à la tête de cette immense organisation terroriste. Pour le contre-carrer, les héros du Japon mobilisèrent toutes leurs forces pour attaquer les milliers de membres de l’organisation et empêcher Tomura d’achever sa transformation.

      My Hero Academia

      L’affrontement a débouché sur une victoire à la Pyrrhus. Les héros ont éliminé une partie de leurs ennemis mais leurs pertes ont été lourdes. Surtout Tomura et ses lieutenants ont fuit et All for One a commencé à fusionner avec son successeur. Et fort de ses nouveaux pouvoirs, Tomura a organisé l’évasion d’une grande partie des super-vilains emprisonnés au Japon. Le chaos se répand dans les rues, la population se détourne des héros dont certains jettent l’éponge. L’espoir repose désormais sur une poignée de défenseurs regroupés autour des derniers héros valides, des élèves de Yuei et de Deku.

      L’odyssée de Deku

      Cet opus de My Hero Academia approfondit l’itinéraire de Deku. Ayant découvert le secret du One for all, il apprend désormais à maîtriser les alters des autres détenteurs du pouvoir. Pour ce faire, il en apprend encore plus sur les liens entre son alter et celui de sa némésis. Il découvre aussi la vie, les choix, les failles de ses prédécesseurs et comprend pourquoi il a été choisi par All Might. L’auteur trouve une explication très belle et intelligente. Cette quête a aussi un prix. Il devient la cible prioritaire d’All for one qui cherche à capturer cet alter qui lui échappe depuis si longtemps.

      Sans titrefg

      Deku est donc contraint de faire un choix. Ne voulant plus exposer ses amis, il décide de faire cavalier seul. Digne d’un ronin, il va lui-même mener sa double quête, personnelle et héroïque en arrêtant autant de vilains qu’il le peut. Ceci donne des passages très forts, tristes où l’on voit notre héros changer physiquement au risque d’apparaître aux yeux du public comme un vilain. Pour espérer vaincre, Deku accepte le sacrifice ultime, à savoir plonger dans l’ombre et tester la force de ses convictions.

      My Hero Academia : un récit très actuel

      Le dernier long métrage avait déjà montré comment cette fiction s’inspirait des doutes de notre société contemporaine. Ce nouvel arc l’approfondit en mettant d’abord en scène une situation de chaos. Quand les héros chutent, quand les pouvoirs publics vacillent, la population se renferme sur elle-même et tente de se faire justice toute seule. Une partie des citoyens en effet se mue en « justiciers » sans se soucier du code moral et traite tout possesseur d’alter comme un ennemis. Et gare à la malheureuse personne dont l’alter lui donne une apparence bizarre. Elle deviendra le bouc émissaire idéal.

      titreon111996

      Cet opus traite aussi de la versatilité des opinions publiques et de la manipulation par l’image. Il suffit qu’un héros trébuche pour que la suspicion se répande et que le public prenne pour argent comptant la moindre information. L’auteur de My Hero Academia fustige avec élégance notre addiction à l’information prémâchée et à notre facilité à juger sans recul. Il fait de son récit un crépuscule des idoles où s’effondrent nos mythes au rythme des fausses et vraies révélations.

      Une ambiance envoutante au service d’un univers en extension

      Ce 32ème tome perpétue ce qui fait l’immense qualité de cette série : son ambiance. Ses graphismes, son découpage, sa diversité empêchent en effet le lecteur d’abandonner sa lecteur une fois un tome entamé. L’auteur Kohei Horikoshi et ses assistants conservent cet équilibre incroyable entre des scènes de combat démentielles et des moments de pause, d’enquête, d’introspection servant la narration. Le créateur de My Hero Academia se permet même de briser souvent le 4ème mur pour expliquer son découpage, dévoiler les secrets des attaques de Deku ou rappeler l’identité de tel ou tel personnage croisé 10 tomes auparavant. Ceci maintient toujours le lecteur concentré dans son histoire.

      Sans titregf

      Celle-ci d’ailleurs se déploie dans de nouvelles directions audacieuses et inattendues. En effet, My Hero Academia se plaît à multiplier les clins d’oeil à des figures de la pop culture. Par exemple, cette tueuse implacable est une symbiose entre Deadshot et la veuve Noire. La série montre ainsi à quel point elle doit autant aux comics qu’au shonen.

      L’autre extension intéressante repose sur les liens approfondis entre le manga et les longs métrages, notamment le 2nd et le 3ème. L’auteur a toujours insisté dans ses commentaires sur sa volonté de maintenir la cohérence de son vaste univers. Il la renforce dans ce tome en citant les héros du reste du monde (présents dans le 3ème film) ou en s’appuyant sur la complémentarité entre Deku et Bakugo  (au coeur du final  du 2nd film).

      Ce 32ème volume ouvre en apothéose ce nouvel (et ultime arc ?) de ce manga déjà culte. Virtuose, dynamique, profond, il fascine, interroge et laisse présager d’une fin épique. 

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité