More
    More

      L’arrivée d’un démon pour le tome 7 de Keiji

      Sorti de ses intrigues de pouvoir du tome six, Keiji se repose. Un démon apparaît pour retrouver sa fille, qui n’est autre que la petite protégée de notre héros. Comment Keiji va-t-il se sortir de cette situation impossible ? La réponse dans la chronique du tome sept,

      Une imagination débridéeKeiji face à un démon

      Après avoir obtenu l’aide du shogun, Keiji se rapproche encore du pouvoir en rencontrant la garde rapprochée de l’empereur. En effet, depuis son succès précédent, il est devenu un combattant reconnu et l’empereur le fait surveiller par un espion, bien peu discret : il s’agit d’un géant au visage démoniaque. Ce champion du clan de Nagiri remplit également une mission plus personnelle. Il vient chercher la protégée Ofû au nom du chef de son village. On pense qu’un combat va arriver entre ce démon et Keiji. Cependant, touché par le récit du démon, Keiji décide de l’accompagner dans son village de montagne.

      Avec ce volume, le réalisme historique s’éloigne encore plus pour laisser place à l’imagination débridée de Tetsuo Hara. Cette exubérance fait également le sel de Soten No Ken, son autre série chez Mangetsu. Le démon vient du village de Nagiri. Ses habitants sont connus pour leurs muscles de l’épaule gauche surdéveloppés. Tetsuo Hara s’en donne à cœur joie dans la déformation des corps. Ces combattants sont les descendants d’un démon ce qui est plausible tant leur visage est disgracieux. Malgré sa taille de géant, ils peuvent grimper dans les arbres comme un écureuil. Un village est en permanence dans le brouillard qui ne se lève qu’une fois tous les vingt ans. Des rochers se brisent lors d’un duel. Plus loin, des personnages utilisent leur esprit pour bousculer leurs adversaires et même les paralyser.

      Ces aspects magiques coexistent avec les codes des films de samouraï. Le code de l’honneur règle toute la vie des hommes qu’ils soient nobles ou des ninjas appauvris. Des cases mettent en valeur les combattants comme cette rangée de shinobi placés sur le bord d’un toit

      … au service des personnagesKeiji fait la paix par l'alcool

      Aux yeux des autres Hommes, Keiji est totalement imprévisible. Il ne semble vivre que pour son plaisir et suit ses humeurs très changeantes. L’avantage pour le lecteur c’est que les voyages sont nombreux. Les divers paysages (la forêt, un village dans le creux d’une vallée) sont superbement exécutés. De plus, les rebondissements sont aussi imprévus que le personnage principal est surprenant. Farceur, il préfère humilier ses adversaires que de les transpercer. Sa liberté rend jaloux les autres mais ils l’admirent aussi pour cela. Il réussit même à désamorcer les tensions et à se faire accepter partout par sa gentillesse et son humour. Bien qu’il partage l’excentricité de kabuki-mono, il reste respectueux des gens simples. Un ennemi tente d’ailleurs d’utiliser la prétention et l’appât du gain légendaire des kabuki-mono pour le piéger. Keiji vit dans l’excès (de tenues, de femmes, d’alcool) tout en étant toujours sur ses gardes. En cas de doute, il ne se sépare jamais d’un sabre.

      Ofû la petite fille accompagnant Keiji est la première à voir le démon et on comprend brusquement le lien entre cette douce et frêle petite fille et le gigantesque démon. C’est l’occasion de découvrir son passé. Cette série est aussi un hymne à l’amitié et à la solidarité (surtout masculine). En effet, les femmes sont souvent en arrière-plan sauf Ofû. Keiji est si attaché en amitié qu’il en oublie tout le reste. Dans le tome précédent, le lecteur rencontre son futur meilleur ami. Un autre géant Kanetsugu Naoe, bras droit d’un seigneur puissant. Ici, Mitsunari est un conseiller de l’ombre du régent et admirateur de Keiji. Les personnages sont de plus en plus nombreux mais le dessin permet de vite les reconnaître et une note présente leur biographie avant et la destinée ensuite lors de leur première apparition.

      Keiji est un homme plus vivant que les autres. Il va plus loin autant dans les plaisirs que dans l’honneur. Cela en fait un personnage très attachant mais cela offre également au lecteur une surprise constante. A chaque nouveau tome, le lecteur est aux aguets se demandant ce qui se passer.

      Vous pouvez retrouver sur ces liens des chroniques sur les débuts de la série et sur Chiruran, un autre manga se déroulant à la même période.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité