More
    More

      Les Eternels : on était à la conférence de presse avec Chloé Zhao

      A l’occasion de la sortie de Les Eternels, ont a eu la chance de se rendre à la conférence de presse avec Chloé Zhao. Une rencontre de vingt minutes à l’hôtel Bristol, avec la réalisatrice oscarisée, présentée par le YouTuber Joe Hume. Pour rappel, Les Eternels est en salles depuis le 3 novembre dernier !

      Qu’est-ce qui vous a inspiré chez Jack Kirby (le créateur des Eternels) ?

      Je me suis posé la question : pourquoi Jack Kirby a créé Les Eternels ? J’ai senti qu’il avait envie de faire un pas de côté par rapport aux trames narratives habituelles pour donner une nouvelle sonorité au genre. C’était un timing parfait pour que nous puissions nous aussi faire un pas de côté dans le MCU. C’était très excitant de voir comment déconstruire certains clichés du genre.

      Comment trouver l’équilibre entre nouveauté et la continuité avec le MCU ?

      Le film se passe immédiatement après les événements de Avengers : Endgame, quand tout le monde revient sur Terre. Pour moi c’est un élément écologique très important. C’est génial d’avoir une histoire qui se déroule à ce moment précis, et ses conséquences sur la planète. J’ai été très encouragée à faire un film un peu unique, avec de tout nouveaux personnages, totalement déconnectés des autres.

      Les Eternels : on était à la conférence de presse avec Chloé Zhao
      Chloé Zhao ©Aubin Bouillé

      Quelles ont été vos influences, notamment par rapport au manga ?

      Le manga fait étroitement parti de ma vie. Il y a deux choses qui m’ont influencé. D’abord le ton du manga, qui est totalement unique, qui passe du sérieux au cocasse en quelques secondes. J’ai voulu emmener ça avec moi. Ensuite, il y a l’action. Le traitement de l’action est fou, comme dans Dragon Ball Z. J’ai voulu recréer ça.

      Quelle est la voix qu’on entend à la fin du film ?

      C’est quelqu’un qu’on va prochainement rencontrer dans le MCU. C’est l’un de mes super-héros préférés.

      Comment avez-vous abordé cette transition entre Nomadland et Les Eternels ?

      Je ne sais pas comment faire autrement que de faire les choses avec mes tripes. Chaque décision que je prends, ma relation avec mon équipe, les acteurs, ma caméra, c’est toujours quelque chose que j’aborde avec mon instinct. Je dois ressentir de l’intérêt. Si je n’en ressens pas, je ne vais même pas aller sur le tournage. Pour moi c’est la même chose que ce soit Nomadland ou Les Eternels. Marvel Studios est très différent des autres gros studios traditionnels de Hollywood. Il y a moins de responsables. Ils ne sont que trois. Je ne parlais qu’à deux personnes pour prendre toutes les décisions. Ils ont créé une bulle pour me laisser travailler comme je voulais, tout en me sécurisant si jamais je partais dans la mauvaise direction.

      Les Eternels : on était à la conférence de presse avec Chloé Zhao
      ©Aubin Bouillé

      Est-ce que Les Eternels correspond à vos thématiques habituelles ?

      Je pense que dans mes films, il y a toujours des personnages qui ont besoin d’être maître de leur destin. Mais le moyen d’y parvenir est inaccessible. Dans Les Eternels il s’agit de leur foie et de leur conscience d’eux-mêmes. Je pense que je les mets dans cette situation parce que je pense qu’on ne peut pas vivre tout seul. Il faut une connexion avec quelque chose de plus grand. Je ne suis pas religieuse mais je pense qu’il y a quelque chose qui manque en moi par le fait de ne pas croire en dieu. Donc j’essaye de construire une relation avec la nature et je me demande pourquoi j’existe dans l’univers, quel est mon but sur Terre ? Donc mes personnages luttent avec cet équilibre, avec le sens de soi, et quelque chose de plus grand.

      Pourriez faire une adaptation live d’un manga ?

      C’est une question difficile, parce que c’est dur de faire une adaptation de manga. Si je devais en faire une ce serait Trigun. Mais c’est un énorme classique, et il faut faire attention avec les adaptations de mangas. Je ne voudrais pas être responsable d’un naufrage…

      Comment avez-vous sélectionné vos musiques ?

      C’est une collection très éclectique. Les choix viennent de moi et représentent un peu mes goûts musicaux. Ces chansons, que ce soit Pink Floyd, BTS, The Foreigners, c’est toute la musique que j’aime. C’est aussi simple que ça. Pink Floyd n’apparaît pas souvent dans les films parce que les droits sont extrêmement chers. Mais je voulais Pink Floyd car c’est universel, elle parle à tout le monde, c’était indispensable pour moi.

      Les Eternels : on était à la conférence de presse avec Chloé Zhao
      Chloé Zhao ©Aubin Bouillé

      Comment Marvel vous a approché ? Avez-vous eu carte blanche ?

      Quand j’ai fait Nomadland, j’ai vraiment été seule dans ce monde. Je ne peux pas faire un film comme Les Eternels seule. C’est une vision globale, c’est une collaboration. Je ne cherche pas à avoir toute la liberté. Je voulais qu’on ait une vision globale, qu’on soit tous d’accord.

      Quel sera votre prochain projet ?

      Bob Dylan disait : « Celui qui n’est pas occupé à naître est occupé à mourir ». Je vais toujours rechercher de nouveaux projets pour renaître à chaque fois. A chaque fois je débarque totalement nue dans un nouveau projet, et je dois réapprendre à grandir, à renaître. Je suis terrifiée à chaque fois mais j’ai besoin de ce sentiment, sinon je suis incapable de créer. En ce moment, je travaille sur une nouvelle adaptation de Dracula avec Universal.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité