Ruby l’ado Kraken, l’épopée d’une ado pas comme les autres

Critique du film de Kirk DeMicco et Faryn Pearl

0
2230
Affiche du film

Après une année 2022 fructueuse avec la sortie de l’excellent Le Chat Potté 2 : La Dernière Quête, les studios Dreamworks reviennent avec l’histoire de Ruby l’ado Kraken, cette fille de 15 ans interdite de s’approcher de l’océan sous peine de se transformer en kraken géant.

Jolie esthétique aquatique

On ne peut nier la qualité de l’animation des studios Dreamworks, qui ne cesse de se renouveler au fur et à mesure des films. Ruby l’ado Kraken est un beau film d’un point de vue esthétique et c’est probablement sa plus grande qualité. La mise en scène du monde aquatique est la plus frappante de tout ce spectacle et nous embarque dans un univers multicolore et magnifique. Les studios nous font une nouvelle proposition visuelle qui sort de leurs carcans habituels et ça fonctionne, même en dehors de l’eau. Le world building du monde de Ruby est bien pensé et on se retrouve avec plaisir dans cette ville balnéaire à l’architecture originale, sans compter les secrets que regorgent l’océan. Un plaisir pour les yeux du début à la fin, dans la lignée de l’évolution esthétique des productions Dreamworks.

Des ados dans les clichés

Ruby est une ado de 16 ans et elle rentre dans tous les clichés de la Gen Z, pour le meilleur mais surtout pour le pire. Tous les adolescents de Ruby l’ado Kraken sont obsédés par les réseaux sociaux et on retrouve l’archétype des « choses à faire absolument de telle ou telle manière parce qu’un tel l’a vu on ne sait où » (un classique du film pour adolescent) à travers ce prisme. On se sent assez vite dépassé par le charabia débité et par cette obsession qui enlève un peu de développement aux personnages, surtout secondaires. Les personnages semblent être des ados avant d’être des personnalités et c’est dommage parce que leur design est intéressant et que la performance des acteurs est vraiment bonne. Quelques dynamiques de groupe fonctionnent bien mais la plupart ont ce côté trop cliché pour qu’on s’y attache.

Des liens familiaux craquelés

Les films d’animation de ces dernières années destinés à un public jeunesse ont des sujets de plus en plus sérieux avec un sous-texte moins subtil qui laisse entendre qu’on a une manière plus directe d’évoquer ces sujets avec les enfants. C’est une vraie avancée du film jeunesse, et le sujet phare de ces films sont les liens familiaux et le traumatisme intergénérationnel (les traumatismes qui se transmettent de génération en génération). On le voit beaucoup chez Disney et on le retrouve dans Ruby l’ado Kraken. Ruby a appris toute sa vie qu’elle ne devait pas s’approcher de l’eau et quand elle le fait accidentellement elle découvre un tout nouveau monde qui lui a toujours été interdit. C’est une renaissance, une découverte pour elle qui rentre en conflit instantané avec l’histoire de sa mère. Le sujet est abordé d’un point de vue intéressant avec des personnages de mère et de grand-mère charismatiques et forts mais il manque encore de développement.

Ruby l’ado Kraken est un film sympathique qui semble se destiner à un public très jeune. Un moment qu’on ne regrette pas mais qui manque de développement quand il aurait eu tout intérêt à en faire plus. 

En salles le 28 juin