More
    More

      The Wicked + The Divine : notre critique du tome 2, Fandemonium

      Après un premier tome, Faust Départ, voici la suite de The Wicked+The Divine, la nouvelle série évènement de chez Glénat Comics. Notre critique.

      Lucifer a disparu. L’ange déchu est tombé pour de bon. « Morte pour nos péchés » qu’ils disent. Laura, elle, se sent comme orpheline et reste cloitrée chez elle. Jusqu’au jour où elle reçoit une lettre d’Inanna… Le dieu de l’amour a l’intention de retrouver les assassins de Lucifer. Contre toute attente, il s’agirait de fans. Pour en savoir plus, Inanna a besoin d’une aide extérieure car il ne peut pas faire confiance aux autres membres du Panthéon. Laura l’adore, et il a justement besoin d’elle…

      Il faut bien avouer que chez JustFocus, le premier tome de The Wicked+The Divine nous avait enchanté. Quoi de plus normal que de vouloir connaître la suite ? Glénat Comics n’a pas trop fait attendre le lecteur en publiant le 15 février le second volume, intitulé Fandemonium. Nous y retrouvons Laura, notre narratrice préférée, en pleine déprime. Quelques semaines se sont écoulées depuis les derniers évènements et Laura est en plein doute sur ses pouvoirs potentiels. Si le premier tome nous présentait tous les personnages, cette suite se concentre essentiellement sur Laura, Inanna et Cassandra. Cela ne veut pas dire que les autres personnages sont absents, bien au contraire. Ananké, Woden et Sakhmet sont là, mais plus en retrait.

      The Wicked+The Divine FandemoniumLucifer est mort. Et Laura et Inanna vont tout faire pour découvrir ce qu’il s’est réellement passé. L’enquête autour de ce décès est passionnante d’un bout à l’autre, tant l’univers de The Wicked+The Divine est riche et maitrisé. Kieron Gillen, responsable du scénario, connait son sujet et le restitue de la meilleure des manières. Le travail sur les différentes divinités est assumé jusqu’au bout, même s’il ne faut pas s’attendre à un copié/collé de la mythologie. Non, ce qui est intéressant dans son approche est justement le côté réinvention des choses. Une remise à jour de certains détails est vraiment appréciable et rend le sujet une nouvelle fois passionnant. Le côté pop est toujours bien présent, comme lorsque le personnage d’Inanna apparait et disparait dans une pluie d’étoiles violettes : un véritable hommage au Purple Rain de Prince !

      Du côté du dessin, Jamie McKelvie poursuit sur son excellente lancée du premier tome. Que ce soit l’expression du désir sexuel ou les effets de la drogue comme la MDNA, le rendu est, pour le lecteur, très satisfaisant. Les couleurs sont chatoyantes, le trait est assumé et rond, et permet de ne dévoiler que la juste dose de mystère.

      Ce nouveau tome est aussi l’occasion de découvrir deux nouvelles divinités, qui auront leur importance à l’avenir. Nous décelons aussi un peu plus d’humour que dans Faust Départ, ce qui est un point à relever. La fin, qui s’achève sur un cliffhanger encore plus gros que le précédent, nous promet pour la suite de gros bouleversements à venir. L’auteur sait où il va, et son intrigue ne s’écrit pas au fur et à mesure. Il y a une certaine cohérence dans les évènements, et nous avons hâte de découvrir la suite !

      En conclusion, Fandemonium confirme une fois de plus le véritable potentiel de la série de Gillen et McKelvie. Si vous n’avez toujours pas découvert The Wicked+The Divine, un seul conseil : n’hésitez plus ! Pour les connaisseurs, les États-Unis ont déjà une certaine avance, ce qui nous laisse espérer encore de belles heures de lecture en compagnie de Laura et compagnie !

      Retrouvez toutes les sorties comics de l’éditeur Glénat en consultant notre dossier sur les sorties du mois de février 2017 !

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.