ET arrive sur Terre dans Space Connexion

0
129

Que feriez-vous si vous rencontriez des extra-terrestres ? A cette question, El Diablo et Romain Baudy, dans Space Connexion, ne vous proposent pas une réponse mais quatre ! Découvrez dans la chronique pourquoi ils n’ont pu se mettre d’accord…

Une visite de l’espace hilarantePremière nouvelle de Space Connexion

Proposé par les éditions Glénat, Space Connexion pourrait vous surprendre. En effet, loin des habituelles sagas de science-fiction étalées sur des dizaines de tome, ce premier volume compile quatre nouvelles de bd. Cependant, chaque récit traite d’un thème commun : la rencontre avec des extra-terrestres, un thème cher aux sites complotistes. Étant donné la structure, le lecteur ne peut s’empêcher de faire des passerelles entre les nouvelles. Les soldats et les chercheurs sont souvent présents. L’opposition entre ces deux est un enjeu central car chacun a une approche parallèle. Naïfs, les chercheurs voient ces êtres comme une source de découvertes et d’expérimentations. Négative, l’armée veut écraser cette civilisation étrangère. Cependant, au bout de quelques minutes, les deux groupes réagissent toujours par la violence. Ils ne comprennent rien et imaginent toujours que cette nouvelle civilisation vient les dominer.

Space Connexion est également unifié par une même équipe artistique autour du scénariste El Diablo, du dessinateur Romain Baudy et des coloristes du Studio Arancia. Ces artistes mettent en avant l’humour comme le dénouement hilarant de la deuxième nouvelle. Il y a certes des blagues isolées mais le rire est surtout une forme d’engagement politique. Le premier récit critique les conséquences écologiques et le mépris des populations autochtones dans les recherches de pétrole au Nord du Canada. El Diablo et Romain Baudy posent le même regard moqueur sur l’humanité : les extraterrestres voient les humains comme des barbares incapables de s’entendre. Cette vision parodique de la rencontre du troisième type est typiquement française : capturés par des aliens, des scientifiques se demande où chier et les humains ne sont même qu’une nourriture de luxe.

De multiples visiteurs

Les nouvelles de Space Connexion ont des tailles différentes. Après une longue première nouvelle de vingt pages, on trouve deux récits plus courts et un format intermédiaire. Chaque nouvelle propose une vision différente de la vie dans l’univers :

Abduction traite de l’enlèvement d’une élite humaine. Les personnages kidnappés sont issus de différentes parties du monde et ont divers métiers. Des scientifiques, des diplomates et des médecins sont enlevés mais aucun ne sait pourquoi. Sous l’impulsion du professeur Delmas, ils décident de se révolter et la nouvelle pose alors une question : l’humanité peut-elle travailler collectivement pour une cause commune ? Cette question a une cruelle actualité avec la guerre en Ukraine. Au départ, ces chercheurs sont des simples d’esprits car ils n’ont aucune gêne d’être nus mais, rapidement, les sentiments différents émergent… Coup d’approche commence par une course-poursuite entre deux races extraterrestres : un vaisseau du peuple veganien est touché et arrive sur Terre pour faire les réparations. On pense au début de Star Wars mais le lecteur découvre alors que les membres de ce grand peuple ont la taille d’un insecte. Ils sont d’ailleurs attaqués par d’immense fourmis rouges. Clôturant Space Connexion, Pandémie imagine que ce premier contact se déroule pendant une épidémie mondiale.

Un dessin entre le rire et la scienceUne page de Space Connexion

Space Connexion voyage aussi dans les paysages terrestres. Coup d’approche est dans un climat tempéré alors que Les Gardiens se déroule dans un climat polaire. C’est l’occasion pour le dessinateur Romain Baudy d’affirmer avec talent son style mixte. D’un côté, il joue sur l’exagération des expressions et la déformation des corps pour nous faire rire. D’un autre côté, il s’intègre dans la science-fiction avec les structures biotechnologique du premier vaisseau. La science-fiction lui permet de sortir du réalisme pour créer des corps extraterrestres aussi délirants que réussis. On le voit dans les bonus avec différents croquis des couvertures des chapitres et plusieurs passages de tests sur les créatures extraterrestres. L’artiste sait à la fois rendre les scènes d’humour et les parties d’action. Romain Baudy a une vision moderne de la représentation avec des morphologies humaines très diversifiées.

El diablo et Baudry démontrent un talent inhumain dans Space Connexion. Oubliant totalement leur sérieux, ils proposent un regard multiple sur les extraterrestres mais surtout une vision terrienne du présent. Il semble préférable que les extraterrestres évitent notre Terre si on suit Space Connexion car les visites finissent souvent mal.

Si la science-fiction vous intéresse, n’hésitez pas à consulter les chroniques sur Happytech et X-O Manowar.