Partez en Inde avec Assassin’s Creed Brahman

0
1942

La série Assassin’s Creed nous a projeté dans de nombreuses périodes révolues. Découvrez dans Brahman l’Inde au moment où les maharadjahs tentent de survivre alors que le Royaume-Uni impose sa domination coloniale.

Brahman, une plongée dans un récit d’actionLe vol du début dans Assassin's Creed Brahman

Les scénaristes Brenden Fletcher et Karl Kerschl proposent dans Assassin’s Creed Brahman un polar historique et contemporain. Dans une usine à l’abandon, un homme ligoté sur une chaise et portant un masque de réalité virtuelle grimace de douleur. Toute la suite du récit complet en un tome revient dans le passé pour expliquer cette situation étrange. En effet, on découvre que dans un monde numérique, il vit au XIXe siècle et s’avance vers un palais pour voler un diamant, le Kor-i-Nor. Cette pierre précieuse devient le MacGuffin pour dévoiler les sentiments des personnages et les tourments d’un pays.

En effet, Brahman nous présente également une princesse, petite-fille du maharadjah Ranjit Singh. On est dans un récit d’aventures : un voleur et plusieurs assistants recherchent à l’aide d’une carte au trésor un bijou maudit dans un palais aux pièces cachées. Ce n’est que le début d’une course-poursuite car deux groupes sont en concurrence : les Assassins et les Templiers. Il y a aussi une histoire d’amour. Ce schéma est imparable en comics mais correspond aussi au jeu vidéo. Arbaaz Mir est également un personnage clé d’Assassin’s Creed Chronicles: India et du roman Assassin’s Creed Chronicles: Underworld.

Un récit historique

Des pourparlers dans Assassin's Creed Brahman

Par Assassin’s Creed Brahman, l’éditeur Black River propose un voyage dans la mythologie indienne dès la première page. Le lecteur découvre alors les teintes douce des dessinateurs Karl Kerschl et Cameron Stewart. Ensemble, ils réalisent de magnifiques scènes d’action par leur dynamisme et l’élégance des gestes. On est bien dans l’esprit du jeu même si le dessin est très différent et recherché. En effet, les dessinateurs séparent la mise en page entre le présent et le passé. Dans la période actuelle, la structure est rigide autour de quelques cases alors que le lecteur trouve des pleines pages sans case pour le passé comme si on était dans le rêve. L’opposition passe aussi par la couleur. Le présent est très gris alors que les couleurs explosent dans le passé. Le passé est plus joyeux car vibrant d’aventures face au contemporain plus quotidien.

Assassin’s Creed Brahman est également un voyage en Inde et une leçon d’histoire. Dans les premières pages d’Assassin’s Creed Brahman, des fonctionnaires anglais négocient avec un prince local pour faire accepter leur domination. Des bonus séparent l’imaginaire de la réalité historique. Le maharadjah Ranjit Singh du début est le fondateur de l’empire Sikh.

Les personnages principaux sont Indiens. Ce choix est peut-être un détail pour certains mais c’est très rare en comics. On joue au squash. Les visages sont repris d’acteurs de Bollywood et des expressions indiennes parsèment les dialogues. Une femme dénonce le racisme de la publicité occidentale car le photographe blanchit la peau de l’actrice. Le thème est en lien avec l’Hindouisme. Le casque de réalité virtuelle scanne l’ADN et permet de remonter des siècles en arrière en transcrivant les vies antérieures. Cette révélation bouleverse la vie des amoureux et devient le cœur du sujet. Un homme de condition médiocre peut-il être aimé d’une femme puissante ?

Assassin’s Creed Brahman est la meilleure adaptation à ce jour de la saga vidéoludique en comics. Le récit très rapide est le plus prenant par l’alternance rapide entre le présent et le passé. Le livre propose un visage neuf sur l’Inde et il s’agit du titre le mieux dessiné.

Retrouvez sur notre site les chroniques du premier et du deuxième tome d’Assassin’s Creed Valhalla.