More
    More

      Découvrez Sandman par la mort

      Tandis que la série Sandman arrive très bientôt sur Netflix, il est plus que temps de découvrir ce chef-d’œuvre de la bande dessinée par Death. Et si la mort était la plus belle des histoires ?

      Commencer par la fin

      Sandman Death chez Urban

      Sandman est un comics unique. Récompensé par plusieurs prix littéraires, il a connu à la fois un massif succès public et une reconnaissance critique au-delà des journalistes de bd. Déjà adapté en podcast, c’est pourtant par les comics qu’il est le plus fort. Le lecteur ne suit pas un seul récit mais une suite de contes autour d’une famille dysfonctionnelle mais aussi puissante. Les infinis sont des déesses et des dieux qui incarnent des concepts de la conscience du Rêve, du Destin, de la Destruction, du Désespoir, du Désir, du Délire et en particulier de la Mort dans ce volume. Rassurez-vous, il est inutile de connaître les thèses de Platon sur les Idées pour saisir la beauté de Sandman car la série nous fait aussi pénétrer les recoins délaissés de la Terre.

      Plusieurs morts en un

      Si l’idée de vous lancer dans cette série longue de plus de 2 000 pages sur sept volumes conséquents chez Urban vous effraie, Sandman Death est la plus belle porte pour pénétrer dans l’univers envoûtant de Neil Gaiman. Cette clé s’ébauche dès la couverture, réalisée comme toutes les autres de la série par Dave McKean et se confirme dans le sommaire. Sandman Death est un volume composite où on trouve deux épisodes de la première série, trois récits complets en un épisode et deux récits plus longs. On alterne donc entre la densité d’une nouvelle et la profondeur d’un court roman. Les bonus sont aussi nombreux en fin de volume.

      L’ensemble est unifié par la magnifique écriture de Neil Gaiman. Loin de simples dialogues informatifs, il est un écrivain sensible et poétique. Il apporte une profondeur à chaque personnage car aucun être humain ou divin n’est entièrement bon ou mauvais. De plus, Death apporte une tension dramatique par l’intervention : qui va mourir ? Mais on trouve différents dessinateurs. Mike Dringenberg et Colleen Doran semblent composer un collage de photos anciennes très saturées et d’un dessin fin. S’occupant des longs récits, Chris Bachalo est encore au début de sa carrière mais son style personnel est totalement convaincant. Il propose des cadrages très innovants à l’époque.

      A New Death

      Sandman Death par Bachalo

      Death, la grande sœur de Morphée, apparaît très vite dans l’épisode huit de Sandman inclus ici. Elle sert de contrepoint à Sandman, elle est insouciante alors que son frère est un rabat-joie. Par ce personnage, Neil Gaiman change l’image de la Mort. Oubliez le suaire et le squelette inquiétant et découvrez une jeune fille gothique. En pleine période New Wave, l’inspiration vient du rock. Death est très proche de Siouxsie et Morphée de Robert Smith des Cure. Oui, la mort est belle et profonde. Death ne passe jamais inaperçue. Déguisée sous sa forme mortelle nommée Didi, elle séduit certains et glace le sang d’autres passants.

      Dans Sandman, Death est plus un guide vers l’au-delà que la Faucheuse condamnant un être humain au trépas. Malgré son pragmatisme professionnel, elle éprouve une compassion pour les mortels qui sont dans la plupart des cas très énervés de la voir. Elle est partout mais reste présente pour tous. Elle soutient une humoriste partie avant la gloire et, par différentes morts, elle redonne paradoxalement le goût de la vie à Morphée puis à un ado suicidaire et grunge. Elle aide une héroïne à trouver un sens à sa vie. En effet, Appartenant à DC comics, on croise dans Sandman la super-héroïne Élémentale.

      Sandman Death n’est pas une seule longue mort mais plusieurs différents récits ayant tous le même personnage pour acteur principal, la mort. Chaque récit est un voyage où Death est l’interlocutrice nécessaire pour que chacun pénètre dans les profondeurs de son âme ou accepte la fin de la route. Dès les premières pages, par le récit des aventures de Morphée, il est fort possible que vous ayez l’irrépressible désir de lire le premier tome de la série principale.

      Vous pouvez retrouver sur ces liens sur des sorties récentes d’Urban comics : American Flagg ! et Le dernier des dieux.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité