The Volunteered Slaves embarquent à bord de leur Astronaef

0
307

The Volunteered Slaves préparent leur cinquième album, SpaceShipOne, prévu pour septembre 2021. Pour cet album, leur jazz se colore d’électro, d’afrobeat et de funk. Un premier extrait, Astronaef, vient d’être révélé, qui assure un décollage immédiat.

Pour leur nouvel opus SpaceShipOne, The Volunteered Slaves ne visent plus le ciel mais l’espace. La musique, toujours organique, se charge d’électro. La poésie est bien là, entre lyrisme et transe. Libertaires, les Volunteered Slaves fabriquent une musique qui nous rend captif. Le groupe est entré en cabine d’enregistrement en mars 2020, pour une mise en orbite de l’album SpaceShipOne début septembre 2021.
Depuis près de 15 ans le combo de surdoués The Volunteered Slaves nous entraîne dans son cocktail incandescent de jazz, de funk, de musiques pop et afro. Le collectif illuminé de jazz protéiforme trempe son groove dans le hip hop et l’électro sur un cinquième album jubilatoire prévu pour la fin de l’été. Le groupe, qui tire son nom d’un thème de Roland Kirk Volunteered slavery, nous embarque une fois encore dans un voyage sonore sidérant et planant.

The Volunteered Slaves - ASTRONAEF
The Volunteered Slaves – ASTRONAEF

Des orchestrations parfaitement ciselées, des rythmiques funk étourdissantes, une poésie militante et des titres originaux au sommet. Un groupe à conseiller aux amateurs de Kamasi Washington ou de John Coltrane. Il faut dire que ce groupe ne ressemble à aucun autre en France. Dès le départ, ils ont décidé de ne rien décider et improvisent une musique au-dessus des genres et des chapelles. Jazz, funk ou afro, nul ne sait où ils habitent mais ils donnent instantanément envie d’y vivre aussi. A leur propos, Sylvain Siclier du journal Le Monde parle de « l’une des formations les plus excitantes du moment… qui, plutôt que de s’écouter penser, joue pour que le corps lui réponde, et ravive l’ultime sursaut du jazz, celui de l’osmose avec le funk».

Voici en extrait le premier titre à découvrir, qui s’appelle Astronaef :

le site officiel