More
    More

      DGTL Barcelona : une superbe édition !

      Nous vous avions annoncé le festival DGTL qui s’est tenu le weekend du 15 août à Barcelone et nous avons eu la chance d’y assister. Vous le décrire en un seul mot serait impossible tant l’expérience a été inoubliable ! Pourquoi ? Vous allez le découvrir.

       Retrouvez notre report photo ci-dessous. 

      DGTL BARCELONA 2016 by Ludivine Pellissier on Exposure

       

      Une quatrième scène pour cette seconde édition

      L’année dernière naissait le festival DGTL Barcelona. Pour la deuxième édition, les organisateurs ont vu les choses en grand : il n’y avait pas 3 mais 4 scènes. Qui dit scène supplémentaire, dit bien évidemment artistes supplémentaires ! Et quitte à faire les choses à fond, autant proposer des b2b d’artistes que personne n’a encore associés ! Il y a eu un vrai parti pris sur les choix des invités, aussi bien le vendredi que le samedi, avec un mélange d’artistes incontournables comme Ben Klock, Marcel Dettmann, Nina Kraviz ou Maceo Plex, et d’artistes moins connus ou locaux.

      Trois sets à retenir 

      Comme pour la majorité des festivaliers, le set le plus improbable à nos yeux était le b2b Ame/Rodhad. Deux grands DJs avec chacun son style très spécifique : Ame joue d’ordinaire de la deep house planante et dansante, Rodhad, lui, est le pro de techno froide et sans parole. Ce duo d’un soir nous a offert un magnifique set, parfaitement construit, avec des phases un peu plus planantes mais toujours très froides. C’était un set haut en couleur et très intense, avec un rythme soutenu qui n’a jamais relâché la pression. 
      Gui Boratto, invité sur une des plus grandes scènes a mis le feu pendant 1h30 de live ! Le grand bonhomme brésilien, qui ne s’est pas arrêté a su nous faire tous swinguer. La foule était en transe et en alerte sur chaque enchaînement pour tenter de deviner la musique suivante. 

      DGTL
      Joachim Pastor, membre du label français Hungry music, était aussi présent. S’il passait un peu tôt dans la journée du samedi, les gens se sont tout de même déplacés en masse pour le voir ! Sa musique mélodique nous a emporté dans un univers parallèle où chacun se laisse porter par les notes. 

      Un espace hors du temps

      Le lieu était le même que celui de l’an passé, à savoir un espace industriel, avec 3 scènes extérieures et une scène couverte. L’une d’elle, plus petite, plus intime, spécialement faite pour des artistes avec un univers plus spécifique, était au bord de la mer. Sur chaque scène, la scénographie était très travaillée avec des jeux de lumières ainsi que des constructions faites d’enchevêtrements de cubes, de bois et écrans. Chaque espace scénique était séparé par de gros containers qui permettaient d’arrêter le son. Les DJs étaient proches du public, ce qui permettait d’avoir une vraie osmose. 
      Les espaces pour se reposer ou manger étaient aussi bien aménagés. Des petites tables en bois avec des bancs vous permettaient de manger tranquillement, le tout éclairé par de petites loupiotes suspendues. De cagettes en bois ainsi que des palettes étaient disséminés un peu partout dans le festival. DGTL

      L’art et la musique

      Et oui, ça marche assez bien ! Depuis plusieurs années, les gros festivals essaient d’apporter autre chose aux festivals de musique. Ils veulent renouveler l’expérience. Le DGTL mise tout sur l’art et fait à chaque fois participer des artistes internationaux à des installations artistiques. Cette année, nous avons eu droit à un tunnel de lumineux qui changeaient de façon aléatoire. C’était superbe de se balader comme dans une faille spatio-temporelle. Un artiste a réussi à faire voler des lasers, comme des ondes qui changeaient de couleurs. Deux énormes paraboles étaient placées au centre de toutes les scènes. Enfin, deux géantes créatures humanoïdes blanches venaient danser dans la foule passant entre les gens comme des apparitions. 

      La protection de l’environnement

      Ils l’ont fait ! Un festival de musique électronique 100% végétarien et qui fait le tri sélectif ! Un parti pris fort, ou si quelques personnes râlaient pour l’absence de steak, la majorité des festivaliers était contente de la qualité des produits. Le samedi, des smoothies frais étaient vendus pour 1€50,  le tout accompagné de brochettes de légumes gratuites, délicieux ! 
      Des poubelles étaient placées partout dans le festival et des équipes veillaient à ce que le lieu reste propre. 

      Niveau organisation, les bars, les entrées, les caisses, et même les toilettes étaient accessibles rapidement ! Très peu d’attente peu importe l’heure, malgré le nombre que nous étions : une très bonne gestion de la foule en général.

      DGTL

      C’est un festival qui malgré son jeune âge compte déjà parmi nos meilleures expériences. Le DGTL est un superbe événement, avec une très bonne ambiance et une belle atmosphère et une foule qui ne se prend pas la tête et se parle dans toutes les langues ! 

      Nous le recommandons vivement !

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité