More
    More

      Avis : Un premier chapitre exaltant pour Platinum End dans le Jump SQ !

      Nous vous en parlons assidument depuis quelques temps à travers l’annonce de ce nouveau manga, mais aussi de sa première image… Le clap du grand retour du duo de mangaka composé de Takeshi Obata et Tsugumi Ohba a bel et bien sonné aujourd’hui même avec la sortie du premier chapitre de Platinum End !


      Tous les fans japonais ont pu enfin avoir entre leurs mains le tout nouveau Platinum End et son tout premier chapitre, sorti dans le Jump SQ ce jour. Un retour grandement attendu par les fans après la fin de ses cousins, Bakuman et Death Note.

      Qu’en est-il de ce grand retour ? Que vaut Platinum End, le dernier venu dans la famille Ohba/Obata ?


      Synopsis

      Mirai Kakehashi est un lycéen. Peut-être devrait-on dire qu’il l’était avant son suicide. Mais sa chute ne sera pas complète ni ténébreuse… La rencontre entre un humain et un ange signant le début de la nouvelle vie de Mirai… Doté de deux pouvoirs offerts par Nasha, l’ange mystérieux, Mirai reprend vie. Mais cette faible lueur ne va t’elle pas le plonger un peu plus dans des abysses plus obscures encore ?


      Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le chapitre est déjà en ligne sur internet et traduit en français. Il vous sera donc possible de vous le procurer si la mouche de la curiosité vous titille depuis l’annonce de Platinum End. Et pour ceux qui hésitent encore, je vous propose de découvrir mon avis sur ce premier chapitre, avec le moins de spoilers possible !


      Platinum End : Un coup de crayon familier


      news-xlarge-SQ platinum EndBien entendu, on se souvient tous des similitudes dans les traits des personnages ou des décors de Death Note et de Bakuman. Platinum End ressemblera lui aussi à ses cousins de ce côté-là ! Notre personnage principal répondant au nom de Kakehashi Mirai, nous rappelle un Light tantôt déboussolé, tantôt animé d’une essence psychotique qui nous rappelle de bons souvenirs. Le visage des protagonistes paraît parfois simple, mais les sentiments et postures sont retranscrits à la perfection et nous font presque nous sentir aussi mal que les personnages.

      Platinum End est travaillé dans les décors, détaillé à chaque page et parvient même à nous attirer dans les confins de l’univers pour mieux nous y garder captifs jusqu’aux prochains chapitres… Un coup de crayon signé Obata Takeshi que l’on retrouve avec un plaisir incommensurable !




      Un scénario intriguant et captivant pour ce premier chapitre


      L’histoire du premier chapitre s’ouvre sur la vie scolaire de Kakehashi Mirai et de son ascension avant la vertigineuse chute dans laquelle il prévoit de se jeter tête et cœur fermés. Mais c’était sans compter sur l’intervention d’un ange. Un ange qui, de premier abord, parait sain et aimable. Mais qui s’avérera être un peu différent de la définition habituelle qu’on en fait… Mais c’est justement ce qui donne cette pointe de piment à Platinum End et ce qui va guider l’évolution haletante de ce chapitre. Un scénario qui ne fait que s’amplifier et accumuler des petits détails avant de nous dévoiler ce qui est sans aucun doute l’intrigue majeure de l’œuvre d’où découleront les prochains évènements…

      Il faut dire que côté scénario, rien qu’avec les quelques lignes sorties avec la première image colorée, Platinum End avait déjà piqué ma curiosité. Même si on nous annonçait l’histoire d’une rencontre entre un ange et un humain, on ne pouvait décemment pas penser que tout allait s’arrêter aussi simplement en connaissant le talent de Obata Takeshi et Ohba Tsugumi. Et à la lecture de ce premier chapitre, il est clair que l’histoire risque de prendre quelques détours, à mon plus grand plaisir ! L’arrivée de ces deux pouvoirs qui doivent permettre à Mirai d’être heureux, l’annonce surprenante de ce Dieu en fin de chapitre, le départ de ces treize anges… Bref, les dés sont jetés dans les dernières planches concluant ce premier chapitre que je trouve très réussi pour ma part.


      Une ambiance d’une lumineuse noirceur pour Platinum End



      Platinum End

      Côté ambiance, on tombe sur un aspect peu évoqué de la société japonaise dès les premières pages… Le Japon est l’un des pays où le taux de suicide est le plus élevé, notamment chez les lycéens ou enfants scolarisés… La non uniformisation au moule, l’absence d’appartenance à des groupes sociaux, autant de raisons pouvant pousser tôt ou tard à vouloir mettre fin à ses jours. Un sujet fort et compliqué à aborder au Japon, malgré les aides et programmes développés, ou les séries parlant plus ouvertement du sujet comme le drama LIFE.

      Une fois l’épisode du suicide éludé, Mirai trouve le chemin de l’espoir avec de nouveaux pouvoirs lui permettant de réaliser l’un de ses rêves. Mais cet espoir n’est qu’un fin filament, bien vite tranché net par Nasha qui se désignera à lui comme son ange gardien. Mais un ange gardien qui incite à voler et contrôler d’autres personnes contre leur volonté est-il si « ange » que ça ? Un comportement et des déclarations qui feront replonger Mirai dans une noirceur qu’aucune lumière ne pourra percer avant d’éclairer cet évènement tragique d’une vérité sordide… Aujourd’hui, Mirai a fait un pas vers la lumière grâce à Nasha, mais ne serait-ce pas pour mieux reculer vers les ténèbres plus tard ? Des doutes qui ne s’éclairciront pas avec la fin de ce premier chapitre… Il ne nous reste qu’à patienter sagement jusqu’au second chapitre de Platinum End !


      Un retour en fanfare pour Ohba Tsugumi et Obata Takeshi avec Platinum End qui nous replongent dans un univers pas si angélique, qui risquerait bien de se noircir aisément au fil des pages que compteront leur manga… Un manga que je suivrai avec grand plaisir au fil des prochains mois en espérant dans le futur, une publication peut-être française !


      0

      5 Commentaires

      1. Perso j’aime ni DN ni Bakuman, donc s’est pas ma came. Par contre en nouveauté de cette semaine qui est très bon et dont y faudrait parler ya « Kasane la voleuse de visage » chez Ki-oon.

        0
      2. Merci. J’avais peur d’un déjà-vu intense avec cette nouvelle série, qui aurait trop rappelé « Death Note ». Mais visiblement, elle possède sa propre identité. Machi, tu me rassures… !^^

        0
        • Au plaisir ! C’est à ça que servent nos critiques ou brèves. Si ça a pu t’enlever des doutes et t’aider à apprécier cette nouvelle œuvre qui vaut le coup d’œil sans a priori, j’en suis ravie !

          0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité