Critique du film « Le Livre des Solutions »

0
3321
le ivre des solutions affiche de film
Dernier film de Michel Gondry le livre des solutions

Pour son nouveau film, Michel Gondry (à qui l’on doit des œuvres comme L’écume des jours, le blockbuster The Green Hornet ou encore l’incroyable Sunshine of the Spotless Mind) s’attaque à une histoire semi autobiographique en racontant les aventures de Marc, incarné par Pierre Niney. Marc est un cinéaste en herbe qui doit encore faire ses preuves. Pourtant, ses méthodes peu orthodoxes, et son excentricité, le poussent à s’éloigner des chemins balisés et des grands studios pour proposer son propre travail, et ses propres mœurs, aussi étonnantes soient elles.

Le Livre des Solutions : un personnage excentrique

Le Livre des solutions doit beaucoup à son protagoniste. Michel Gondry met en scène un héros coloré, étonnant, socialement inadapté, qui cumule les écarts mentaux par rapport à ses paires, mais aussi ses proches. Exigeant, antipathique, désagréable, impulsif, agité, mais aussi touchant, ambitieux, attachant, Marc est un protagoniste ambivalent, qui ne sait pas réellement qui il est, qui ne sait pas tellement ce qu’il veut, et qui impose ses troubles comportementaux à ses amis.

Marc souffre d’un trouble de l’attention. Haut potentiel intellectuel, Marc ne sait pas se concentrer plus de 5 minutes sur une tâche simple, ne sait pas se concentrer sur un événement après l’autre. Chaque petit détour, chaque petite mésaventure devient une épreuve à passer, à affronter dans le bruit, le mouvement, et l’excentricité.

En ça, Michel Gondry propose un personnage complexe et complet, qui déjoue les codes de l’artiste torturé, en se mouvant en artiste presque autiste, dont le caractère est un poids pour ses proches et ses collaborateurs.

Difficile de savoir si Michel Gondry se met lui même en scène à travers le personnage de Pierre Niney. Difficile de savoir si le cinéaste français souffre des mêmes troubles de l’attention, si il était sensiblement le même plus jeune, ou si c’est une matérialisation de sa manière de travailler. Une représentation de son exigence, mais aussi de sa poésie, de son décalage, de son approche saugrenue de l’art, qui parsème sa filmographie.

Une œuvre poétique, hommage au cinéma

Un peu à la manière de Soyez sympa rembobinez, Michel Gondry rend ici aussi un hommage au septième art dans sa conception la plus pure. Il rend hommage au système D, aux moyens du bord, à une approche personnelle, enfantine, alternative de la création d’une œuvre cinématographique. Il rappelle ainsi, avec une naïveté qui lui est propre, qu’avec de l’ambition, une volonté inébranlable, un grain de folie, et des amis indéfectibles, tout est possible, même rencontrer Sting.

Plus ancré dans le réel que ses autres films, Le Livre des solutions s’inscrit totalement dans la carrière de son auteur. Gondry propose une fois de plus une aventure humaine touchante, entrelacée d’évènements cinématographiques absurdes et poétiques, à la manière de cette conclusion ou notre héros creuse un trou dans une salle de cinema pour se cacher du succès. Bref, sans être son film le plus transcendant, Le Livre des solutions est une comédie maligne, qui porte un regard plein de gentillesse sur les patients qui souffrent de TDAH et autres TDA.