OLIVE : la deuxième partie est aussi fascinante que la première

0
496

OLIVE est apparue dans les pages du Journal de Spirou en décembre 2019 et a immédiatement séduit par son charme indéniable, sa fraîcheur et son originalité. Le premier album onirique racontant le quotidien de la jeune schizophrène confrontée au monde réel a beaucoup impressionné, et le deuxième volet intitulé Allo la Terre ? qui paraîtra le 12 février est aussi bon.

Dessin impeccable

Annoncé d’emblée comme un ensemble découpé en quatre albums, Olive a tout ce qu’il faut pour charmer le lecteur. Et pas seulement chez les jeunes. A commencer, comme toujours lorsqu’on parle de bande dessinée, par son esthétique. Le dessin est remarquable, alliant parfaitement le réalisme du quotidien, dans des détails finement observés, aux arabesques oniriques de l’univers imaginé par l’héroïne. Et la mise en couleur trop souvent critiquable dans la BD contemporaine est ici parfaitement adaptée. Lucy Mazel connaît son boulot et maîtrise son sujet.

Et scénario à l’avenant

Il en va de même pour Véro Cazot. Son histoire tient parfaitement la route et on espère qu’il en sera de même jusqu’au bout. On espère juste qu’on ne nous sortira pas une fin bateau et décevante du type : « En fait, le personnage a rêvé toute l’histoire ! » Mais, d’après ce qu’on découvre dans Allo la Terre ? ça ne devrait heureusement pas être le cas.

Cette fois-ci, Olive se laisse un peu apprivoiser et elle s’ouvre un peu plus au monde réel. Les éléments se mettent en place petit à petit, on creuse son histoire personnelle et on a droit à quelques révélations dont on pouvait se douter de la nature, il est vrai, mais ce n’est aucunement un problème.

Olive2 OLIVE : la deuxième partie est aussi fascinante que la première

Si l’on doit adresser un reproche à Olive, c’est que le livre aurait peut-être mérité de paraître en un seul volume de cent cinquante ou deux cents pages au lieu d’être scindé en quatre volets. Après tout, on le fait pour d’autres albums (Mécanique céleste ?). On patientera donc gentiment jusqu’à septembre pour connaître la suite (Sur les traces du Nerpa), et encore un an après pour enfin savoir le dénouement (Retour sur Terre) de cette étrange aventure, mêlant réalisme et fantastique.