More
    More

      Suivez le final monstrueux de Bitter Root

      Après des combats haletants, la famille Sangerye arrive dans le tome 3 au terme de son combat contre les démons. Découvrez avec Bitter Root comment une famille afro-américaine va sauver les États-Unis.

      Tous contre une

      Tome 3 de Bitter Root

      Les premiers tomes de Bitter Root ont montré les actions des Sangerye aux États-Unis dans les années 1930. Depuis trois générations, cette famille afro-américaine lutte contre les démons Jinoos. En effet, des Blancs sous le coup de la haine se métamorphosent en démons et attaquent toutes les minorités. Cependant, la grand-mère Etta a créé des potions capables d’inverser le processus. Cette lutte est loin d’être facile, car son mari et la quasi-totalité de ses enfants sont morts lors de combats contre ces démons. Ce sont donc les petits-enfants, Blink, Cullen, Ford et Berg, qui poursuivent la lutte. Les rebondissements dans Bitter Root sont nombreux, car les tomes précédents ont montré qu’il existe un autre monde d’où viennent ces monstres.

      C’est dans ce purgatoire que le lecteur a découvert que certains enfants d’Etta ont survécu. Sur Terre, en plus de la haine, la peine pouvait transformer des êtres humains de toutes les communautés en Inzondos plus intelligents et résistants. Ces deux groupes de monstres sont les marionnettes d’un diable Adro cherchant à dominer le monde. De nouvelles menaces naissent aussi quand la nature est touchée par la haine. Les racines de la haine qui étaient une parabole s’incarnent dans le réel. Pour vaincre ces forces combinées, les Sangerye devront combattre par leurs armes, mais aussi contre leurs démons internes, mais tous ne survivront pas…

      Bitter Root, une série méconnue à découvrir

      La nature en colère de Bitter Root

      Écrite par David F. Walker, Chuck Brown et Sanford Greene qui assure également les dessins, Bitter Root a été plusieurs fois nominés et récompensés aux Oscar de la bd américaine. Cependant, la série est encore trop méconnue en France. Ce troisième volume conclut pourtant en beauté une magnifique série. Au fil des épisodes, les combats sont de plus en plus massifs. La famille Sangerye affronte quelques monstres puis une masse monstrueuse lors de l’attaque de New York, tout un monde dans le purgatoire et finalement un démon majeur dans le dernier tome. Bitter Root est également un hymne pour la tolérance et la solidarité des minorités. Les blancs envoûtés par les démons sont une parabole du système raciste qui infecte le pays à l’époque, mais aussi la haine raciale individuelle d’aujourd’hui.

      Le récit ne fait pas des Afro-Américains de simples victimes de ce système, car la famille de Sangerye lutte contre la haine. Par eux, Bitter Root démontre qu’une classe moyenne et une bourgeoisie cultivée se forme dès les années 1930. C’est elle qui a créé toute une culture avec entre autres le jazz et la littérature de la Harlem Renaissance. Cependant, le récit dépasse les communautés pour devenir humaniste, car le chagrin fait également muter les Afro-Américains. Dans différents quartiers plusieurs minorités s’organisent et se rassemblent. Dans le volume trois, le scénario élargit encore plus l’horizon historique en évoquant Mein Kampf et la Shoah.

      Édité par HiComics, Bitter Root se clôt dans ce troisième tome par une superbe morale finale : c’est par l’union de tous les êtres et de tous les savoirs que l’on peut lutter contre le mal. Le texte clôturant ce dernier épisode annonce que ce n’est qu’une fin temporaire. En effet, les personnages si nombreux et intéressant qu’il y aurait de quoi écrire de nombreux récits annexes.

      Vous pouvez retrouver les chroniques sur les débuts de la série sur ce lien ou une chronique sur the Plot un autre récit d’horreur et de famille.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité