More
    More

      Oussekine, fresque déchirante de l’Histoire française sur Disney+

      En adaptant l’histoire de Malik Oussekine, jeune étudiant tué par les coups de la police française puis instrumentalisé car arabe, Antoine Chevrollier ne raconte pas qu’une affaire. Outre ses grandes qualités visuelles et narratives, Oussekine est une fresque de l’Histoire française et met en lumière celle d’une minorité outragée et mortifiée. 

      C’est la lumière de Malik qui nous a guidé.”, livrait le réalisateur très ému à l’avant-première qui s’était tenue au Rex, entouré par la famille Oussekine et toute son équipe. La première mini-série française diffusée par Disney+, véritable série évènement de la plateforme, a cette foi, si précieuse, dans sa puissance évocatrice et politique, ainsi que dans son travail de la reconstitution historique. Des qualités disparates dans le paysage sériel français que Oussekine parvient à polariser, affermi par une authenticité par degrés impérissable. Analyse.

      Au cœur de la famille

      Oussekine sur Disney la critique eclairee de la redaction
      Oussekine, Itinéraire Productions / Disney+ © Jean-Claude Lother

      Au-delà d’une reconstitution captivante et d’une solennité admirable dans la volonté de dresser une fresque politique, Oussekine prend sa source au cœur de la famille. Porté par un casting prodigieux, Hiam Abbass y est notamment bouleversante de justesse et de retenue, Antoine Chevrollier fait honneur à la famille Oussekine en leur offrant un hommage à hauteur d’homme. Durant l’élaboration du scénario et de sa structure, le réalisateur s’est longuement entretenu avec les frères Mohamed et Ben Amar pour y apporter une aura et une rigueur factuelle. D’une sincérité déchirante et sublime, Oussekine s’impose surtout comme le récit d’un drame familial avant d’être celui d’une affaire d’État. Une manière de restituer une dignité si longtemps refusée aux Oussekine, longtemps diffamés et dont l’histoire a été instrumentalisée. Un choix politique et admirable qui nous ramène à l’histoire de l’immigration et, plus frontalement, à l’histoire de France.

      Une esthétique dévouée

      105516709
      Hiam Abbass & Slimane Dazi, Itinéraire Productions / Disney+ © Jean-Claude Lother

      S’appuyant sur une imagerie subtile et dépourvue d’artifices, Oussekine démêle avec aisance toute l’intrication d’un tel drame et ses répercussions. De même qu’elle dresse une frénésie sociétale qui aboutira à un procès surprenamment filmé avec pondération, la mini-série consacrera de longues séquences aux origines. D’abord celles de la violence, juxtaposant la mort du jeune français au massacre du 17 octobre 1961 ayant coûté la vie à plus d’une centaine d’algériens, segment bouleversant tourné avec un prosaïsme saisissant. Puis, invoquant avec habileté le flashback, nous transportant aux origines de l’immigration algérienne en s’étayant sur la figure du père Oussekine, d’une dignité empoignante. Une esthétique épousant l’ambition noble et délicate d’une œuvre primordiale que l’on attendait plus.

      Oussekine s’imposera assurément dans le paysage sériel français de par sa croyance manifeste qu’un autre monde est possible, à condition de le regarder en face. Une mini-série nécessaire à découvrir dès maintenant sur Disney+.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité