More
    More

      La Jetée, la série espagnole dont personne ne parle

      Il est clair qu’Álex Pina et Álvaro Morte (notre cher et séduisant professeur) cités dans le même projet, donne envie de jeter un coup d’œil, même si réticent à El embarcadero. Pourquoi réticent ? Parce qu’après ce succès planétaire qui a été La casa de papel, on aurait tendance à se lancer d’emblée dans une nouvelle production avec l’espoir que le réalisateur ait à nouveau été touché par la grâce. Du coup une série créée avec l’arrogante certitude qu’elle s’exportera dans le monde entier, donne comme résultat un amalgame de sujets, chansons, paysages et messages greffés dans un fil conducteur titubant et sans âme qui se veut… un thriller ?

      L’histoire

      Alexandra et Oscar vivent un amour parfait mais une nuit, la police annonce à Alexandra que son mari s’est suicidé dans la nuit. Elle apprend alors que celui-ci menait une double vie avec Veronica. Elle va alors se rapprocher de cette dernière pour comprendre ce qui s’est réellement passé. (Wikipedia)

      Fiche technique

      Titre original: El embarcadero
      Genre: série dramatique
      Création: Álex Pina, Esther Martínez Lobato
      Pays d’origine : Espagne
      Nb. de saisons  2
      Nb. d’épisodes 16
      Durée 50 minutes
      Diff. originale 18 janvier 2019 – 17 janvier 2020
      Site web https://elembarcadero.movistarplus.es/

      Distribution
      Álvaro Morte, Verónica Sánchez, Irene Arcos, Roberto Enríquez

      Impressions

      El embarcadero

      Impossible de ne pas penser à Almodóvar et à sa capacité d’ajouter la chanson qu’il faut exactement au moment qu’il faut. Il caresse par ce fait l’Espagne que j’aime tant et nous transmet ce sentiment de faire partie du décor. Ou Wan kar-wai qui a toujours su très adroitement nous embarquer dans la ville de Hong Kong, nous submergeant dans une ambiance très propre à son style. Si l’un des buts d’Álex Pina était de transmettre l’essence de l’Espagne, c’est raté, parce que la seule chose qu’on finit par croire, c’est que le sexe en Espagne c’est du grand n’importe quoi.

      Dans le cas de ‘La Jetée’, nous ne serons pas touchés ni par les paysages, ni par la mer, ni par le village ni encore moins par les personnages. Et même si les chansons sont magnifiques, elles sont très calculées, comme une sorte d’autocollant au milieu du papier peint. Cette volonté de donner une sensation de liberté, se voit avortée et remplacée par toutes ces scènes de sensualité sauce au miel et tout ce sexe à outrance. À croire que depuis Les 50 nuances de Grey, on cherche à en faire tellement plus qu’on se demande quelle sera la prochaine étape ! Aucune intention de jouer les prudes mais c’est que, malheureusement, l’intrigue patauge et a beaucoup du mal à sortir son nez de l’eau au milieu de tout ce méli-mélo.

      4002941

      Cette même intrigue, portée sur les épaules du personnage d’un Álvaro Morte, qui flâne en off partout les petits espaces que le scénario a bien voulu lui accorder, n’est finalement qu’illusion. Dommage, son talent n’a pas de tout été mis en valeur mais plutôt bafoué. Les personnages qui gravitent autour cet axe enfui sous des milliers des couches, prennent trop de place. Leur personnalité pas crédible ne réussit pas à sauver la présence du scénario. En regardant la fin du tout dernier épisode, il n’y a qu’une phrase qui nous viendra à l’esprit : Tout ça pour ça…

       

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité