Critique « Piano Paradiso » au théâtre au Coin de la Lune

Critique « Piano Paradiso » au théâtre au Coin de la Lune

La compagnie d’Alain Bernard nous présente au festival d’Avignon off 2018 un spectacle musical enchanteur dans lequel l’auteur nous offre sa biographie musicale, dans Piano Paradiso. A découvrir au théâtre au coin de la lune. Après Piano Rigoletto c’est au tour de Piano Paradiso de faire son entrée sur scène. La musique ? Ma vie.

Confortablement installé, le spectateur est au théâtre, devant une scène quasi vide, très peu de lumière… Il va se passer quelque chose? Discrètement, un synthétiseur montre son nez à cour…

La présence du piano est plus qu’un élément du décor

Mais oui ! La présence de ce piano est plus qu’un élément de décor ; il est la vie, toute la vie d’Alain Bernard qui entre, sobrement habillé et nous dévoile le secret de sa vie : la musique. Aucun artifice, ni sur scène ni dans le costume,  aucune exhortation de qui que ce soit n’ont pu le détourner de ce qui est sa substance même. Quatre-vingt-huit touches noires et blanches sur lesquelles il a consacré toute sa vie et ses passions. Car pour lui, le piano est le roi des instruments, – d’où le titre, Piano Paradiso  –  celui sur lequel le pianiste compose des musiques de film. C’est d’ailleurs sa mission .

La mission d’Alain Bernard

Il doit honorer une commande en composant une petite valse mélancolique. Peu inspiré par cette mission, il prend les chemins de traverse et présente ainsi les différents tableaux de sa vie d’artiste. Depuis ses premiers cours fastidieux, en passant par une fac de musicologie rébarbative, seul compte pour lui l’inspiration du moment, le détournement facétieux de morceaux célèbres.

Sous la direction de Gil Galliot, avec beaucoup d’humour et d’ironie, dans une langue riche en jeux de mots, il endosse tour à tour le costume d’un bonimenteur (le synthé !), de prof de fac (un vrai cours sur le cintre, instrument de musique, à la Devos), de chef d’orchestre (allemand, il va de soi!) sans oublier de pasticher Chopin, Enio Moricone, Gainsbourg, sans parler de musique de publicité de génériques radio et télévision. Petit quiz pour les spectateurs qui se donnent à fond pour trouver les réponses…

Le talent d’Alain Bernard est tel que ses doigts (prolongement des touches, à moins que ce ne soit le contraire ?!?!) attaquent un morceau classique et l’interprète à la façon bossa nova, jazz, tango, musique russe, musique asiatique sans que le spectateur-auditeur, même à l’oreille avertie ne sente le passage d’un style à l’autre… Fantastique ! Au final, il composera presque sans réfléchir et devant le public la petite valse mélancolique. Mission accomplie !

Une heure et quinze minutes de bonheur en compagnie de ce musicien espiègle, à vivre pour tous ceux qui aiment battre la mesure en rythme et sortir de la salle le sourire aux lèvres en harmonie (« et par les temps qui courent… ») avec la musique, celle qui fait battre le coeur!

 

Piano Paradiso de et Par Alain Bernard

théâtre: Au coin de la lune,

24 rue Buffon Avignon 84000 

à 14h30 durée 1h15

 

Chantal Audeval

Pour Just Focus

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.