More
    More

      Retour à Berratham, quand les corps disent plus que les mots

      Après une création dans la Cour du Palais des Papes au Festival d’Avignon, « Retour à Berratham » s’offre la scène du Théâtre de Chaillot. Angelin Prejlocaj a souhaité mettre en mouvement les mots de Laurent Mauvignier. Il signe ici une chorégraphie haletante où la puissance des corps est ciselée de finesse et de grâce.

      Les cicatrices de l’après-guerre au centre du récit

      « Retour à Berratham » s’ouvre sur un paysage d’après-guerre : voiture brulée, sacs poubelles et barbelés. Cette « tragédie épique contemporaine » évoque le retour d’un jeune homme qui a fui sa ville au début des combats. Par lâcheté, par désir de liberté ? Il revient à présent rechercher son amour de jeunesse, Katja, qui a été mariée de force durant la guerre.
      Entre passé et présent, fantômes et survivants égarés, le jeune homme traverse sa ville natale dont il ne reconnait rien, ou si peu. Plus que la guerre, c’est donc ici l’après-guerre et ses cicatrices, ses scories qui sont au centre du récit.

      Des corps somptueux, des voix moins envoûtantes

      Sur scène, 3 comédiens, rappelant les chœurs antiques, déclament le texte de Laurent Mauvignier, une commande- du chorégraphe Angelin Prejlocaj. Et 11 danseurs nous en proposent une illustration épurée et délicate.

      De belles images, sublimées par une création lumière de Cécile Giovansili, se succèdent, notamment avec la démultiplication de l’action principale en plusieurs couples de danseurs. Ils jouent avec les décors et les costumes pour nous surprendre et donner une touche très originale aux chorégraphies.

      Si les corps nous émeuvent dans leur grâce, mêlant force et agilité, le texte plus récité que joué n’est pas toujours audible.

      Le récit peut sembler s’étirer sans réelle pertinence. Dommage que l’impact des mots soit amoindri alors que l’on se retrouve pourtant embarqué dans l’histoire. Malgré ce déséquilibre certain entre la beauté des chorégraphies et un texte dont on perd parfois le fil, Retour à Berratham, qui a reçu un accueil très mitigé au Festival d’Avignon, semble avoir conquis le public du Théâtre de Chaillot.

      Bande-annonce de « RETOUR à BERRATHAM »

      Infos pratiques

      Retour à Berratham, jusqu’au 23 octobre au Théâtre de Chaillot
      1 Place du Trocadéro, 75016 Paris
      Tel: 01 53 65 30 00

      Durée 1h35

      Texte : Laurent Mauvignier
      Chorégraphie, mise en scène : Angelin Preljocaj
      Scénographie : Adel Abdessemed
      Lumières : Cécile Giovansili

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.