More
    More

      True Detective – Saison 2 DVD/Blu-Ray : L’heure de la réhabilitation ?

      Mal-aimée pour sa propension à s’être trop affranchie de sa prépondérante aînée, la saison 2 de l’anthologie True Detective se paie une sortie en DVD & Blu-Ray chez la Warner Bros. L’occasion de se pencher en détail sur la genèse chaotique du show et son édition probablement conçue à des fins de réhabiliter la série.

      Autopsie d’un massacre

      Alors que les grands pontes d’HBO admettaient récemment être responsables de l’accueil critique/public désastreux rencontré par la deuxième saison du show de Nic Pizzolatto, la sortie du coffret consacrée au dit programme à tout l’air d’une manœuvre désespérée. Sortie en grande pompe en Juin dernier, juste après la saison 5 de Game of Thrones chapeautée elle aussi par HBO, True Détective était supposée être l’événement télévisuel de l’année. Et difficile d’en penser autrement. Une solide réputation héritée de la première saison (l’effet McConaughey), un casting à tomber (Colin Farrell, Rachel McAdams, Taylor Kitsch ou l’inusable Vince Vaughn) et un cadre prenant place dans la Californie du Sud, loin du strass et des paillettes d’Hollywood : bref la recette typique de la série, oscillant entre la prétention d’un show qui condense tous les tics et névroses du polar, et la modestie que d’afficher une volontaire séparation avec son concurrent cinématographique vers lequel lorgnent déjà beaucoup de productions style Vinyl. 

      true_detective_season_2_taylor_kitsch_paul_woodrugh_102875_1600x900

      Manque de pot, l’attente du public, couplée à la descente en règle du show par la presse auront eu raison de cet enthousiasme quitte à ébranler l’aura quasi christique de la chaine câblée, qui n’aura eu dès lors de cesse à se confondre en excuse ou détourner l’attention en invoquant un mea culpa des têtes dirigeantes pour se donner bonne conscience. De belles paroles jusque ici restées lettres mortes, mais qui au vu de l’édition proposée par Warner pourrait bien donner du crédit à certains irréductibles qui affirment depuis le début de la qualité du show mené par Nic Pizzolatto. Si bien, qu’on se demanderait presque s’il n’est pas venu le temps de réhabiliter la série ? Car, après avoir suivi les pérégrinations de ces 4 âmes toutes en proie à des névroses dans ces paysages idylliques de Californie, gorgés de corruption et de soleil, un seul constat s’impose : la série mérite assurément toute notre attention. Passé en effet la déception que de ne pas revoir les bouilles charismatiques de McConaughey et Harrelson, que déjà l’alchimie s’opère avec les nouveaux personnages. Entre un flic corrompu sérieusement porté sur la bouteille, une inspectrice en proie aux préjugés sexistes, un motard au trauma d’Afghanistan refoulé et un ancien malfrat qui renoue avec les affaires, la série se fait encore une fois l’écho du monde vu par Nic Pizzolatto : un monde dévoré par la noirceur, l’ambition et le stupre et réduit à laisser sur le carreau nombre d’âmes pas assez vaillantes pour encaisser le choc. La saison 1 se faisant déjà l’écho de cet échec pré-programmé dans le bayou de la Nouvelle-Orléans, la nouvelle mouture ne pouvait que se fondre dans le paysage candide et gorgé de soleil de la Californie, terre des illusions et du paraîtreEt ça n’a pas manqué. Car, passé la déception engendrée par sa diffusion TV, force est de reconnaître avec cette sortie DVD/Blu-Ray, que cette seconde saison vaut en effet plus que les critiques dont elle fut l’objet.

      exclusive-true-detective-true

      We get the world we deserve…

      Niché dans une jolie édition répartie en 3 DVD, force est d’admettre toutefois que la qualité n’est pas décelable à tous les niveaux. Si l’on loue volontiers ce découpage tripartite qui amplifie les qualités du master (qu’on voit dans les contrastes et le visuel des épisodes), on ne peut en dire autant à la vue des pistes audios. Si la voix suave et fuyante de Colin Farrell trouve un parfait écrin ou se nicher avec la VO et sa piste DTS-HD Master Audio 5.1, la langue de Molière se voit quant à elle quelque peu ignorée puisque ne disposant pas de mixage HD, et seulement d’un maigre DTS 5.1.

      true-detective-season-2-Colin-Farrell-Ray-Velcoro

      Au rayon des bonus, même constat. Si le coffret met délibérément le paquet sur « Création du Massacre de Vinci » une vignette de presque 30 minutes se faisant l’écho de l’incroyable fusillade de l’épisode 4, véritable pic émotionnel de la série qui a nécessité 5 jours de prises de vues, une centaine de figurants et des milliers de cartouches, le reste n’est que déception, essaimant ses atouts sans trop y croire notamment avec le module « La Californie selon True Détective » qui ne consiste qu’en d’incessants panoramiques sur fond de musique composée par T-Bone Burnett. Reste alors un dernier module conçu sans doute à des fins d’expliquer l’implication des acteurs dans le projet, tous louant de manière plus ou moins indirecte le talent de Pizzolatto : « Dans les Coulisses de True Détective ». Là encore, la déception se fait sentir puisque il n’est presque jamais question des influences de Pizzolatto sur la saison, et on reste de fait un peu ignorant de la manière qu’a usé le showrunner pour digérer le succès de la saison 1 et la pression encaissée pour écrire la suite.

      En résumé, si l’édition aura au moins eu le mérite de considérablement rehausser le niveau de la série, force est d’admettre que les bonus et le soin apporté au coffret ne constituent pas des éléments suffisants pour imposer la série au rang d’événement télévisuel de l’an 2015.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité