More
    More

      The Last Dance : Episodes IV et V – Grandeur et Déchéance

      Deux nouveaux épisodes de The Last Dance sont disponibles sur Netflix cette semaine. De l’émergence du basket business au scandale de paris dans lequel Michael Jordan a été impliqué, ces deux nouvelles parties mettent en contraste la légende des parquets et ses performances surhumaines. L’homme est pris d’assaut par une presse sans merci pour le mener, peu à peu, vers un dénouement inéluctable.

      Episode IV: Basket Business et Dream Team

      Dans le sport professionnel, il nous est coutumier de voir les stars prêter leur image à des marques diverses et variées. D’équipements sportifs à des fournisseurs d’accès à internet en passant par des chaines de fast food. Le sport business fait intégralement partie du paysage publicitaire.

      Mais tout ce business est relativement récent. Et la personne qui lui a permis de prendre son essor est Michael Jordan. Jusqu’au milieu des années 80, seuls les joueurs de tennis les plus en vue (Jimmy Connors, Arthur Ashe, John McEnroe…) avaient des contrats de sponsors avec des marques hors de leur sport de prédilection. En 1984, et l’arrivée de Michael Jordan dans la ligue, David Falk fait tout pour devenir son agent. Non seulement avait-il flairé le potentiel du jeune joueur, mais il avait aussi dans l’idée de se servir de ce potentiel pour en faire la plus grande star publicitaire de la planète.

      Première mission, trouver un équipementier pour les chaussures. Converse, alors leader dominant du marché des sneakers pour les joueurs NBA, refuse de signer Michael Jordan. La marque travaille déjà avec les plus grands joueurs de la ligue de l’époque. Ainsi elle ne voit pas comment donner de la visibilité à un Rookie (débutant) face à ces superstars. Michael Jordan veut absolument signer avec… Adidas, sa marque préférée. Mais la firme connait de grosses difficultés d’organisation et n’arrive pas à suivre le rythme.

      L’apparition des Air Jordan

      C’est là que David Falk a l’idée de contacter une petite marque qui monte et qui fabriquait essentiellement des chaussures de course à l’époque. Cette marque porte le nom de Nike. L’équipementier fait venir la jeune star et toute sa famille pour les séduire et conclure le contrat. La famille repart avec l’assurance que Michael Jordan pourra jouer sa première saison professionnelle avec des chaussures à son nom: les Air Jordan sont nées. Phénomène de société, les Air Jordan prennent les rues d’assaut et amènent les sneakers dans la culture Street.

      Nouveaux modèles tous les ans, publicités tournées par Spike Lee, c’est la rampe de lancement qui permettra à Michael Jordan de décrocher un nombre considérable de sponsors. Il gagne alors une visibilité qui fait de lui le sportif le plus reconnu de la planète.

      The Last Dance : Episodes IV et V - Grandeur et Déchéance

      Mais pour maintenir ce niveau de popularité, il faut être performant. Très performant. En 1992, Michael Jordan est meilleur marqueur, meilleur joueur et dans la sélection des 5 meilleurs défenseurs de la ligue. Cerise sur le gâteau, un second titre de champion consécutif. C’est alors que Michael Jordan rejoint la meilleure équipe de basket-ball de tous les temps. La Dream Team des JO de Barcelone. Les 10 meilleurs joueurs NBA et les 2 meilleurs joueurs universitaires prennent Barcelone d’assaut pour une véritable démonstration qui remet les pendules à l’heure après la défaite de l’équipe universitaire US en 1988 à Séoul. Michael Jordan décroche ainsi sa seconde médaille d’or après celle de Los Angeles en 1984.

      Des titres et des distinctions individuelles en pagaille, des contrats publicitaires juteux… tout semble aller pour le mieux pour le joueur le plus adoubé de la planète. Mais cette gloire vient avec un prix, celui d’une pression permanente, d’une presse envahissante et, parfois, vindicative. La situation commence à dégénérer et nous commençons déjà à entrevoir un dénouement dramatique.

      Episode V: Sueurs et épuisements

      Dans la foulée du titre de champion de 1992, les Bulls partent à la conquête d’un triplé qui les ferait entrer définitivement dans la légende du sport.

      Après une saison maîtrisée de bout en bout, et un record de victoires dans l’histoire de la franchise pour compléter le tableau, les Bulls affrontent les Knicks de New York en finale de conférence. Un duel au parfum de passation d’armes entre les champions fatigués et une jeune équipe intrépide de New York.

      Les Knicks gagnent les deux premiers matchs (il faut en gagner 4 pour remporter la série) à New York. Les Bulls sont dos au mur et n’ont jamais été aussi proches de perdre leur couronne.

      A la veille de la seconde défaite au Madison Square Garden, Michael Jordan est aperçu à Atlantic City, dans un casino en compagnie de son père. La presse en fait un scandale et accable la star des Bulls, l’accusant de ne plus avoir envie de gagner. L’ampleur de l’affaire est décuplée avec la sortie d’un livre qui relate le penchant du basketteur pour le jeu. Il est même cité à comparaître en tant que témoin au procès d’un de ces partenaires de golf. Un escroc notoire, qui l’avait délesté de la somme de 57.000 $. Même si ses paris n’étaient pas illégaux, les montants à plus de 6 chiffres des sommes en jeu divulgués par la presse viennent ternir l’image du sportif.

      The Last Dance : Episodes IV et V - Grandeur et Déchéance

      Une star fatiguée ?

      Michael Jordan est dos au mur, étrillé par l’opinion publique, mené 0-2 en finale de conférence, il décide de ne plus parler à la presse et leur fait savoir qu’il donnera sa réponse sur le terrain. S’ensuivent quatre démonstrations de haut vol pour gagner la série face aux New-Yorkais et s’adjuger une troisième finale NBA en autant d’années.

      En finale, les Bulls retrouvent les Suns de Phoenix. Phoenix est la meilleure équipe de la saison et ils comptent dans leurs rangs le joueur qui a remporté le titre de meilleur joueur de la saison, Charles Barkley. Michael Jordan est vexé de ne pas avoir remporté ce titre pour une troisième fois d’affilée. Il est d’autant plus motivé pour gagner cette finale et pour montrer, une fois encore, qu’il est le meilleur joueur de la ligue. La série est serrée et intense. C’est la finale la plus disputée par la dynastie de Chicago. Les Bulls arrivent à bout des Suns et Jordan soulève son troisième titre de champion. Il offre une moyenne de plus 40 points par match en torturant Dan Majerle en prime. Je vous laisse le plaisir de découvrir les détails de cette histoire de la bouche de Jordan lui-même.

      La victoire est bien au rendez-vous mais la joie est mesurée, le soulagement prend le dessus. On sent la star fatiguée, autant physiquement que mentalement. Un point de non retour vient d’être atteint.

      Nous arrivons à un moment de la série où nous découvrons l’homme derrière le basketteur et de mieux comprendre certains choix, certaines décisions dont les motifs semblaient être incompréhensibles jusque là. Le personnage public, sollicité de toutes parts, harcelé par la presse, soumis au jugement permanent du public. Le compétiteur, voulant toujours gagner sur et en dehors du parquet. Le businessman, menant ses affaires avec la même rigueur qui a fait son succès sur le terrain. Vivement la semaine prochaine pour découvrir la suite de cette série captivante et réalisée avec brio.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.